1. Accueil
  2. Magazine
  3. Astuces voyage
  4. Voyage au féminin : conseils et bons plans
Astuces voyage

Voyage au féminin : conseils et bons plans

Mis à jour le : 8 mars 2018

Carte

Il n’y a pas que les hommes qui vagabondent, les femmes aussi ! Oui, oui, malgré les risques, malgré les peurs, malgré les règles, malgré la solitude, malgré le fait qu’on ne nous laisse pas toujours la paix… Bien souvent, les règles de sécurité du voyage au féminin sont les mêmes, ou presque, que celles qui s’appliquent aux hommes mais il existe certaines thématiques spécifiquement féminines...  

1. Règles de sécurité pour une femme qui voyage seule 

Il serait utopique de traiter également des femmes et des hommes dans le contexte du voyage car les femmes sont plus souvent affectées par les différences dans les relations sociales et les croyances religieuses locales. Toutefois, l’attention que vous accorde la gent masculine ne signifie pas que la situation soit problématique en soi : vous attirez parfois les attentions masculines dans votre pays d’origine sans qu’il y ait d’atteinte à votre sécurité ! En tant que femme en voyage (seule de surcroît), il est possible que vous éveilliez plus une sincère curiosité qu’un désir sexuel. Ce n’est toutefois pas une raison pour se mettre en position de vulnérabilité, la voyageuse avertie portera une attention particulière à ses choix vestimentaires et à sa communication (verbale ou non) afin d’établir le plus clairement possible ses intentions et ses limites.

Observation 

La première étape consiste à se familiariser avec la distance séparant les hommes et les femmes dans l’interaction quotidienne. Outre l’observation, n’hésitez pas à demander l’avis d’autres femmes sur ce qui est acceptable ou non et sur la réaction ou l’attitude à adopter. Travaillez à maintenir au moins cette distance entre les inconnus et vous-même puis tâchez de déterminer à quel moment la proximité ou la persistance devient problématique. Chez les Grecs ou les Italiens, par exemple, la distance sociale est très faible et les gens se touchent fréquemment en se parlant sans que cela pose problème. Observez particulièrement la manière dont les femmes s’y prennent pour maintenir cette distance et tentez de reproduire ces comportements si l’occasion se présente. Enfin, portez attention aux regards échangés. Soutenir le regard d’un homme, lui serrer la main ou lui sourire est inapproprié dans certaines cultures : vos intentions seront mal interprétées.
 
Si vous voyagez dans une région du monde où les droits des femmes sont restreints, informez-vous avant de pratiquer une activité qui ne semble pas commune auprès des gens du pays. Les pays du golfe Persique sont notoires en ce qui concerne les inégalités de droit : interdiction de conduire une voiture, d’aller à bicyclette, de porter un pantalon, de découvrir la tête, de s’asseoir auprès d’un homme dans un autobus ou un taxi collectif, etc. Sachez également que même si vous respectez la loi, des abus de pouvoir sont possibles et qu’il peut être difficile d’être prise au sérieux par les autorités lorsqu’un crime est commis contre vous.
Certaines régions pratiquent une ségrégation plus quotidienne des sexes. Cela peut se traduire par des infrastructures réservées aux hommes ou aux femmes, comme des cafés, hammams, taxis, etc. Dans certaines régions du monde, les menstruations sont considérées comme des périodes d’impureté et l’on vous demandera de vous abstenir de visiter certains bâtiments religieux ou de participer aux cérémonies. Vous trouverez également parfois des espaces ou des wagons réservés aux femmes dans les transports en commun afin de prévenir le harcèlement sexuel. C’est le cas en Égypte, au Mexique, au Japon ou en Corée du Sud pour ne citer que ces pays. 

Prévention 

L’observation vous permettra de connaître les distances, vêtements et comportements appropriés afin d’éviter les faux pas et les malentendus d’origine culturelle. Il faut garder à l’esprit que les apparences comptent et soigner l’image que l’on projette. Il y a toutefois beaucoup plus à faire pour éviter les problèmes lorsque l’on voyage seule…
L’un des plus grands défis est de trouver un équilibre entre la confiance et la méfiance. Les femmes qui dégagent une aura d’assurance et de confiance en soi sont moins perçues comme des victimes potentielles, ce qui les protège en quelque sorte des agressions. En outre, les femmes qui voyagent seules ont tendance à attirer sur elles la sympathie et même la protection des gens du coin. À qui peut-on faire confiance ?
Déterminez à l’avance votre degré de tolérance face aux situations inattendues et aux comportements inappropriés. Manifestez clairement qu’un comportement vous apparaît déplacé. Il est possible que le premier incident soit un simple malentendu, dans le doute, n’hésitez pas à formuler votre inconfort et vos limites. Il est risqué de tolérer qu’on aille répétitivement au-delà de vos limites. N’attendez pas de vous sentir vulnérable pour vous affirmer avec fermeté.

Attitude et self-defense

Si une situation inconfortable se présente, sachez ignorer le harcèlement et vous éloigner pour rejoindre un endroit fréquenté. Marchez avec assurance, la tête haute. 
Une stratégie particulièrement efficace est de formuler explicitement vos demandes en donnant une instruction sans équivoque à votre interlocuteur : “Arrêtez de me parler !”, “Cessez immédiatement de me toucher le bras.” Dans certains cas, il peut être nécessaire de faire une scène en pointant votre agresseur : cela vous attirera la sympathie de gens autour de vous tout en clarifiant vos intentions sans aucun doute possible. Cette stratégie est notamment efficace dans les cas où vous êtes subtilement (ou même pas très subtilement) tripotée par un inconnu dans les transports en commun. Ne craignez pas d’être embarrassée publiquement : le fait d’attirer l’attention sur la situation jettera la confusion sur votre agresseur. Si vous désirez que l’on vous vienne en aide, soyez encore une fois le plus explicite possible : adressez-vous directement à une personne et spécifiez ce que vous souhaitez qu’elle fasse (aller chercher le contrôleur, intervenir, vous amener plus loin, etc.).

Quelques astuces pour ne pas être embêtée en voyage !

  • Portez une alliance. Ce vieux truc fonctionne toujours, bien qu’il soit moins efficace qu’autrefois, changement de mœurs oblige…
  • Le soutien-gorge à rembourrage remplace avantageusement la ceinture porte-monnaie. Enlevez le rembourrage, mettez-y vos billets ! Attention toutefois à demeurer crédible…
  • Voyager léger vous rend moins vulnérable : vous serez plus apte à réagir en cas de problème et serez généralement moins ciblée comme touriste…
  • Assurez-vous du sens d’une invitation avant d’accepter. Au moindre doute, refusez. Rien ne vous empêche ensuite de changer d’avis.

2. Codes vestimentaires pour une femme en voyage 

Les codes vestimentaires sont le reflet le plus visible de la culture d’une région. Que ce soit pour des raisons religieuses ou simplement pour le maintien de l’ordre social, le choix de vêtements prend une dimension particulière pour la femme qui voyage tant au niveau de la sensibilité interculturelle que pour de simples raisons de sécurité. Les règles sociales sont parfois même encadrées par les lois, lesquelles obligent au port du voile ou d’une tenue jugée décente. On ne rigole pas avec la police des bonnes mœurs ! À titre indicatif, notez que les pays de la péninsule Arabique, l’Asie du Sud (Afghanistan et Pakistan) et l’Afrique du Nord (surtout l’Algérie et l’Égypte) sont réputés très conservateurs quant aux vêtements féminins.
Il serait long, fastidieux et rapidement obsolète de décrire les codes vestimentaires appropriés à chaque pays ou région du monde. En outre, vous devrez faire preuve de jugement : ce n’est pas parce que les jeunes filles du coin se découvrent les épaules ou portent des minijupes qu’il est approprié, respectueux ou prudent pour vous de le faire. Mais le contraire est aussi vrai, les étrangères formant alors une sorte de “troisième sexe” pour lequel certains comportements ou codes vestimentaires sont tolérés… Si peu de voyageuses se promènent seules dans la région, vous attirerez des regards curieux, même de la part des femmes !
Enfin, si vous voyagez sur une longue période, vous gagnerez à choisir quelques vêtements indispensables qui seront utiles dans la majorité des pays que vous visiterez. Il vous sera ensuite nécessaire de complémenter votre tenue avec quelques pièces achetées sur place, suivant les conseils de femmes du coin ou expatriées.

Les vêtements passe-partout pour voyager 

La règle d’or est de se fondre dans le paysage sans toutefois sombrer dans le folklore touristique. Observez les autres femmes et adaptez votre tenue. Sachez enfin que certains vêtements sont quasiment passe-partout : 

  • le foulard : grand carré ou rectangle de tissu opaque (fichu, pashmina, etc.) permettant de vous couvrir la tête si nécessaire. Les couleurs sombres et unies sont à privilégier. Peut servir également de châle ou de paréo.
  • pantalon ou jupe longue : en coton, ample et opaque, couvrant les chevilles. Le pantalon n’est pas toujours accepté comme vêtement féminin, mais il est généralement toléré chez les touristes. Si vous évitez les pays conservateurs, un pantalon en lin ou de type cargo fera l’affaire. 
  • haut à manches longues ou trois-quarts : également en coton, ample et opaque, de couleur sobre et près du cou. Pour plus de modularité, optez pour une tunique longue descendant au-dessous des fesses.
  • chaussures : sobres et fermées, confortables, à talons plats, faciles à retirer et à remettre. Il est souvent possible de porter des sandales ou des tongs, mais ce n’est pas partout le cas au-delà de la plage ou de la salle de bains…
  • sac fourre-tout : à porter en bandoulière pour plus de sécurité car cela minimise le risque de vol à la tire.
  • à la plage : ce qui est approprié à la plage varie énormément d’un pays à l’autre. Un maillot de bain une pièce sera approprié dans un plus grand nombre de situations, tandis que le deux-pièces tanga fera fureur sur les plages brésiliennes. Dans les pays très conservateurs, les plages ne sont pas des lieux mixtes et le port du maillot de bain est à réserver aux plages privées des hôtels. 

Les grands principes 

  • Observer, observer, observer ! Les normes vestimentaires varient à l’intérieur d’un même pays…
  • Se vêtir humblement, sobrement, discrètement, en évitant les bijoux et les objets de valeur.
  • Porter des vêtements amples qui couvrent la peau sans être transparents. Dans les pays plus conservateurs, le pantalon ne devrait pas permettre de voir les courbes.
  • Couvrir les épaules et le haut des bras, idéalement jusqu’au coude (manches trois quarts).
  • Mieux vaut éviter le short au-dessus du genou. Privilégier le pantacourt, une jupe longue ou un pantalon.

3. Rencontrer d'autres voyageuses 

Un excellent moyen de planifier un voyage et de répondre à vos questions est de prendre contact avec des femmes sur place (natives du pays ou expatriées) ou d’autres voyageuses au long cours. Parmi les réseaux les plus connus internationalement :

  • www.hermail.net : service d’entraide par courriel pour voyageuses
  • www.womenwelcomewomen.org.uk (Women Welcome Women World Wide) : réseau d’entraide et d’hébergement pour voyageuses. 
  • femmexpat.com : site d’expatriées françaises

Et bien sûr notre forum consacré aux femmes seules en voyage sur lequel vous pouvez poser toutes vos questions, découvrir les témoignages d'autres voyageuses... 
Une fois sur place, osez parler aux femmes que vous rencontrez ! Ne soyez pas timide car pour le moins que vous respectiez la culture locale, les femmes seront pour la plupart curieuses de faire votre connaissance. Les plus jeunes ont généralement des connaissances de base en anglais et pourront vous aider à communiquer avec les femmes plus âgées. 

4. Matériel utile pour une femme en voyage

Produits menstruels réutilisables

Il est parfois difficile de trouver sur la route les produits menstruels auxquels les femmes sont habituées (tampons, serviettes hygiéniques, etc.). Il existe toutefois plusieurs alternatives qui répondent triplement aux besoins de l’aventurière : écologique, économique et pratique.

Serviettes lavables

Il est assez simple de se fabriquer des serviettes lavables à l’aide de flanelle et d’un bouton-pression ou d’une pièce de Velcro. Des patrons sont disponibles sur Internet, mais si vous ne vous sentez pas couturière, vous pouvez vous procurer des Lunapads, des MaM Ecofit, des Popolini ou des Imse Vimse, pour ne citer que les grandes marques (les boutiques ont également parfois des serviettes sans marque). On les trouve parfois dans le commerce, notamment dans les boutiques de maternité à tendance écologique ou les magasins bio, mais il est aussi simple de les commander sur Internet. Le prix varie considérablement (de 4 à 25 € par serviette), mais une voyageuse n’en requiert que deux (on les lave à la main, au fur et à mesure) et elles sont rentabilisées rapidement.

Coupes menstruelles

Rares sont à présent les voyageuses au long cours qui n’ont jamais entendu parler des coupes menstruelles. Faites pour la plupart de silicone de grade médical, elles s’insèrent dans le vagin et recueillent le sang menstruel. À moins d’avoir un flux très élevé, il suffit de la vider deux à trois fois par jour, la rincer et la remettre en place. Assurez-vous d’avoir les mains propres avant de la manipuler. À la fin des règles, il suffit de la laver à fond avec un savon doux sans huile, de la rincer, de la sécher et de la glisser dans sa pochette de coton. On peut la plonger dans l'eau bouillante pour la stériliser, au besoin. D’une durée de vie d’environ 10 ans, elle est un peu chère à l’achat (30 € en moyenne) mais un calcul rapide fait apparaître des économies en moins de six mois.

Éponges

Beaucoup plus rarement utilisées, les éponges de mer naturelles sont lavables et réutilisables pour une durée de six à huit cycles et peuvent être taillées en fonction de l’absorption désirée. Elles doivent être rincées en profondeur toutes les trois heures, ce qui requiert une source d’eau propre et un bon sens de l’organisation. Comptez environ 5 € la pièce. Végétariennes aguerries, attention ! L’éponge de mer est techniquement un animal, pas une plante…

Pisse-debout

En camping, par -40°C, en bordure de route parmi les ronces ou les orties… qu’il serait parfois pratique de pouvoir uriner comme un homme ! Sachez qu’à présent, il existe une technologie permettant aux dames d’uriner debout. Plus besoin de vous cacher ou de baisser votre pantalon en public, il vous évitera les files d’attente interminables lors des concerts. L’innovation technologique est déclinée en une multitude de formes. Disponibles dans les boutiques d’activités de plein air et de camping, les modèles les plus connus en France sont le Freelax (www.freelax.fr ; 6-10 €, modèle très basique) et le Whiz (20 €, flexible, antibactérien et hydrophobe).
 


Paramètres des cookies