1. Accueil
  2. Magazine
  3. Culture et voyage
  4. Tour du monde de l'art en plein air
Culture et voyage

Tour du monde de l'art en plein air

Mis à jour le : 6 décembre 2016

Carte

Pourquoi faire la queue devant les musées alors que des oeuvres splendides s’offrent à vos regards, gratuitement, dans la rue ?

1. Angel of the North (gateshead)

Cette étrange sculpture en acier domine la conurbation de Tyneside en Angleterre, du sommet d’une colline. Aussi haute que quatre bus à impériale et large comme un Boeing 747, elle est visible à plusieurs kilomètres à la ronde. Ses “ailes” amplement déployées attestent qu’il s’agit bien d’un ange, mais sa structure métallique évoque plutôt quelque cyborg du futur. Quoi qu’il en soit, elle est très impressionnante.
Impossible de manquer l’”ange du Nord”, que l’on arrive à Gateshead en train ou par l’autoroute A1. Pour l’admirer de plus près, prenez l’Angel Bus de Gateshead Interchange ou de la gare routière d’Eldon Sq, à Newcastle.

2. East Side Gallery (Berlin)

Après 1989, le mur de Berlin a servi de support à d’innombrables artistes pour exprimer l’euphorie de la réunification. L’East Side Gallery, le vestige le plus long du mur, est couvert de plus de 100 peintures et graffitis. Créatures oniriques inspirées par Dalí et dessins de murs de briques démantelés (façon Pink Floyd) évoquent encore avec force l’élan d’espoir qu’a représenté la chute du Mur. Une grande partie de ces oeuvres ont été dégradées par les intempéries ou par des actes de vandalisme, mais un programme de restauration a heureusement été engagé il y a quelques années.
L’East Side Gallery est située à proximité du centre-ville. On peut s’y rendre en train (descendez à la gare d’Ostbahnhof). Plus d’infos sur l’histoire et la restauration de cette partie du Mur sur www.eastsidegallery.com.


Détail de l'East Side Gallery. dalbera

3. Dessins au pochoir de Banksy

Les oeuvres de l’énigmatique et prolifique Banksy peuvent s’admirer un peu partout dans le monde, du mur séparant Israël de la Palestine à Bristol, où la rumeur veut qu’il ait vu le jour. Mélanges de peinture au pochoir et de graffiti, ces créations traitant l’actualité politique et culturelle sur le mode critique ont élevé l’art de la rue à des sommets. Banksy a expliqué qu’il s’était mis au pochoir parce que le graffiti prenait trop de temps. Dépêchez-vous d’aller admirer ses oeuvres in situ avant qu’elles ne soient effacées sur la demande des autorités ou vendues aux enchères chez Sotheby’s.
Vous trouverez sur www.banksy.co.uk le manifeste de Banksy, ainsi que des photos de ses oeuvres.

4. Statue de la liberté (New York)

Est-ce à cause de son nom ? Tout le monde semble se croire autorisé à prendre des libertés avec ce qui est devenu le principal emblème des États-Unis. Après avoir failli être détruite lors d’un attentat allemand en 1916, elle fut à moitié ensevelie sous des poussières radioactives dans La Planète des singes (1968). Puis le magicien David Copperfield la fit carrément disparaître en 1983, elle fut transformée en créature vivante dans Ghostbusters II (1989), détruite dans Independence Day (1996) et recouverte par la neige dans Le Jour d’après (2004).
On ne peut accéder au piédestal de la statue que muni d’un Monument Pass préalablement acheté en ligne. Pour plus de détails, visitez le site www.statueofliberty.org.


Statue de la liberté. Rakkhi Samarasekera

5. Rodina Mat (Volgograd)

Chapeau bas ! La Rodina Mat (“Mère patrie”), qui surplombe le Mamaïev Kourgan en Russie (une colline devenue un vaste mémorial), est l’une des plus grandes statues du monde : 83 m de hauteur. Un gigantisme à la mesure des 30 millions de Russes morts durant la Seconde Guerre mondiale auxquels elle rend hommage. Loin de la sérénité de la statue de la Liberté, la Mère patrie semble l’expression de la puissance et de la colère : elle brandit une épée de 11 m de longueur et sa bouche se tord en un rictus rageur.
En montant vers la statue, le tunnel dans la colline abrite un monument dédié à la bataille de Stalingrad.

6. Parc Güell (Barcelone)

Aménagé entre 1900 et 1914, le parc Güell à Barcelone a été conçu par Antoni Gaudí, architecte visionnaire, chéri des Espagnols. Il devait à l’origine faire partie d’une ville nouvelle, mais le projet fut vite abandonné. Gaudí a pu laisser libre cours à son goût pour une architecture atypique, inspirée des formes observées dans la nature : passages couverts évoquant un cloître enfoui au milieu des racines d’un arbre, colonnes ressemblant à des stalagmites tronquées couvertes de mosaïques multicolores, long banc en forme de serpent, grottes, niches et recoins en pagaille. Un chef-d’oeuvre inégalé.
Comptez 20 minutes à pied depuis la station de métro la plus proche (Lesseps). Le parc est généralement ouvert de 10h à 19h. 


Vue depuis le banc du Parc Güell. Peter Nijenhuis

7. Fontaine Stravinsky (Paris)

Automates noirs métalliques ou ronds et bariolés font jaillir l’eau, la pulsent, la vaporisent, la font tourbillonner dans un rythme un peu endiablé qui rappelle le cirque ou le jazz. Réalisée en 1983 par Jean Tinguely (les machines noires) et Niki de Saint Phalle (les sculptures bariolées), cette fontaine en hommage à Igor Stravinsky évoque ainsi l’influence du jazz sur le grand compositeur russe. Installée sur la place Igor-Stravinsky, la fontaine crée une animation ludique entre les tuyauteries colorées du Centre Georges-Pompidou et le gothique flamboyant de l’église Saint-Merri.
Le musée national d’Art moderne dans le Centre Pompidou se visite gratuitement le 1er dimanche de chaque mois.

8. Peintures murales de Mission (San Francisco)

Inspirées par les fresques mexicaines des années 1920 autant que par les délires psychédéliques des années 1960, ces célèbres peintures colorent d’innombrables murs du quartier latino de Mission à San Francisco. Motifs espagnols, aztèques et mayas, droits de l’homme, football, carnaval et cinéma mexicain sont les thèmes le plus souvent abordés, mais le plus important de tous reste la représentation de la communauté latino.
Le centre de ce quartier se trouve entre la 16th Street et Valencia Street. Vous pourrez admirer de nombreuses fresques du côté de la 24th Street. Toute l’actualité du district sur www.sfmission.com.


œuvre de Banksy dans le quartier de Mission. Steve Rhodes

9. Mont Rushmore (Dakota du Sud)

Les portraits géants de quatre présidents des États-Unis (Washington, Jefferson, Roosevelt et Lincoln) taillés dans le flanc du mont Rushmore ont profondément imprégné la culture populaire américaine, de La Mort aux trousses aux Simpsons, tout en conservant leur majesté. S’ils étaient dotés de corps, ces personnages mesureraient près de 150 m de hauteur.
Le mont Rushmore est accessible toute l’année sauf le 25 décembre. Consultez les horaires sur le site www.nps.gov.
Photo Fontaine Stravinsky :  mohsan


Paramètres des cookies