1. Accueil
  2. Magazine
  3. Astuces voyage
  4. Huit conseils pour immortaliser vos rencontres en voyage
Astuces voyage

Huit conseils pour immortaliser vos rencontres en voyage

Texte par

Elisabeth Blanchet

Mis à jour le : 11 février 2019

Carte

D’après une étude de l’Université de Californie du Sud, les personnes qui prennent des photos de leurs expériences apprécient généralement les événements plus que les autres. Et quand on parle d’expériences, les rencontres sont souvent les moments les plus forts des voyages. Du portrait à la photographie de rue, de gens au travail, d’enfants, de manifestations et autres événements, voici quelques conseils pour faire de vous un portraitiste et un photographe de rencontres !

Connaître la culture photographique du pays

Vous en êtes déjà conscient : la photographie n’est non seulement pas perçue de la même manière selon le pays, la région où l’on se trouve, mais aussi selon la culture des gens que l’on côtoie. Renseignez-vous avant de partir. Tandis que certains peuples ou communautés tels que des tribus d’Afrique sub-saharienne, d’Amérique latine ou du nord comme les Amish sont réticents à ce qu’on leur « vole leur image », d’autres sont ravis d’être pris en photo. En Ouzbékistan par exemple, certains locaux vous demandent carrément de les prendre en photo. Dans tous les cas, demandez aux gens que vous comptez immortaliser leur consentement. Même si vous ne parlez pas la langue, le langage des signes armé d’un appareil photo est tout à fait explicite.

en_ouzbekistan_on_demande_a_se_faire_photographier_-_c_elisabeth_blanchet.jpg

En Ouzbékistan, on demande souvent à se faire photographier avec les voyageurs

La photographie de rue

Mais il n’est pas toujours facile de demander aux gens si on peut les photographier. Cela peut même casser la scène, enlever toute la magie de ce qu’Henri Cartier-Bresson définit comme l’instant décisif, c’est à dire la « reconnaissance simultanée, dans une fraction de seconde, d'une part de la signification d'un fait, et de l'autre d'une organisation rigoureuse des formes perçues visuellement qui expriment ce fait ». Bref demander à un élément de cet équilibre son consentement le briserait inexorablement. Alors n’ayez surtout pas mauvaise conscience, vous avez immortalisé une scène de rue à un moment donné dans le style de la photographie de rue. Pas besoin d’autorisation !

filles_du_grand_marche_de_lome_-_instant_decisif_-_c_elisabeth_blanchetjpg.jpg

L'instant décisif au grand marché de Lomé

Photographier des gens en activité

Une activité, un festival, un travail, un événement vous fascinent particulièrement, transformez-vous en reporter : suivez un ou plusieurs personnage(s) dans son ou leur activité - avec son accord bien sûr - et essayez de raconter une histoire avec vos photos. Variez les prises de vue : plantez le décor avec des vues d’ensemble puis rapprochez-vous des gens, prenez-les en pleine action mais aussi quand ils se détendent. Faites aussi quelques gros plans à la fois sur eux et sur ce qu’ils font : des photos de mains au travail, des visages en transe lors d’un festival, des objets clés comme un instrument de musique, des panneaux de revendication…

Se lancer dans le portrait

La beauté des gens vous subjugue, vous voulez les mettre en valeur pour vous et pour eux. Etre un bon portraitiste n’est pas donné à tout le monde mais voici quelques règles de base pour mettre toutes les chances de votre côté. Essayez de mettre à l’aise votre sujet, discutez avec, faites plusieurs poses de face, de trois quarts d’un côté comme de l’autre - on a toujours un meilleur profil ! -. Si vous décidez de prendre la personne en pied, ne les lui coupez pas ! Même si Photoshop permet des mini-miracles, pensez à votre cadrage et à réutiliser le même surtout si vous êtes dans une démarche de série de portraits. Pour une raison identique, ne prenez pas vos portraits n’importe où, utilisez un fond qui soit neutre et pas trop chargé car l’important, c’est votre sujet. L’oeil ne doit pas être distrait par des détails parasites « dans le fond ».

gens_du_voyage_irlandais_-_c_elisabeth_blanchet.jpg

Les enfants, l’innocence, la vie, la spontanéité sont toujours des sujets photographiques populaires parmi les voyageurs

Un peu de technique mais pas trop

Les portraits constituent sans doute la pratique photographique qui demande le plus de technique, un mot qui peut faire peur à beaucoup d’entre vous ! Rassurez-vous, les téléphones portable prennent d’excellentes photos si vous ne voulez pas vous embarrasser d’un appareil photo classique. Si vous préférez avoir en main un « vrai » boitier, vous pouvez jouer sur la profondeur de champ par exemple et rendre flou le « background » de manière à mettre particulièrement en valeur votre sujet. Quel que soit l’appareil utilisé, évitez le flash. Son utilisation peut en effet tout gâcher : "aplatir" le sujet, lui ôter du relief dans le visage et rendre l’image artificielle. Privilégiez la lumière naturelle. Sachez qu’elle s’apprivoise si on sait l’observer et qu’elle est toujours plus douce en début de matinée et en fin d’après-midi. Evitez les lumières trop fortes de milieu de journée surtout dans les pays proches de l’Equateur. Essayez d’exposer votre modèle sous différents angles. Petite astuce : s’il vous reste un peu de place dans votre sac avant de partir, munissez-vous d’un mini-réflecteur. Cet objet, obligatoire dans le kit d’un pro, se plie en cercle dans une housse et se déplie en une seconde. On l’utilise pour faire réfléchir la lumière naturelle sur son sujet. Evidemment, son utilisation nécessite un assistant. Justement, cela peut être le moyen de briser la glace entre le photographe et le photographié. Il suffit de trouver une troisième personne qui « passe par là » et se rend utile à la séance photo !

Photographier des enfants, droit à l’image et autorisations

Les enfants, l’innocence, la vie, la spontanéité sont toujours des sujets photographiques populaires parmi les voyageurs. Mais quid du droit à l’image ? Si vous restez dans un cadre de photographie de rue, de scène immortalisée et que les photos sont pour vous, vos souvenirs, vos albums à partager avec des amis, alors vous ne risquez rien. Par contre, si vous avez des ambitions de publication ou de vente d’images, pensez à obtenir des autorisations d’utilisation après des parents des enfants. Il existe des modèles tout prêts pour les personnes mineures et majeures. Adaptez-les en incluant vos coordonnées. Vous avez alors deux possibilités : soit vous téléchargez l’appli et faites signer l’autorisation sur votre téléphone, soit vous préparez des versions papier. Cette deuxième option est probablement la meilleure : elle vous permet de laisser un exemplaire à la famille, une trace écrite avec vos coordonnées, un geste qui les mettra plus en confiance qu’une signature sur un smart phone.

se_faire_photographier_chez_un_photographe_local_-_c_elisabeth_blanchet.jpg

Se faire photographier chez un photographe local

L’anti-selfie

Les selfies vous énervent. Et les gens qui font des selfies encore plus ! Mais vous voulez quand même avoir des souvenirs de vous. Il suffit de jouer à l’arroseur arrosé ou plutôt au photographe photographié en demandant à des locaux d’immortaliser votre présence dans leur pays. Vous pouvez aussi varier les plaisirs en vous faisant prendre en photo chez un photographe local dans un studio kitsch, ou par un photographe de rue. Il existe encore des pays où cette profession existe encore malgré les selfies ! A propos, gardez à l’esprit que « faire un selfie » est devenue une activité dangereuse : en six ans, 259 personnes sont décédées en faisant un selfie. Une bonne raison de plus de faire de l’anti-selfie et aussi, ainsi, de privilégier les liens avec autrui.

partager_ses_photos_-_c_elisabeth_blanchet.jpg

Partager ses photos une fois de retour

Partager ses clichés

Vous venez de rentrer de voyage, il est temps de « dérusher » tout ce que vous avez dans vos cartes mémoires ou de faire développer vos films si vous continuez à vous balader avec un boitier argentique. C’est le temps des bonnes et des mauvaises surprises et du partage. Bien sûr, qui dit partage, dit réseaux sociaux, blogs etc… Mais faites aussi des tirages, des albums photos comme dans le temps. Variez les plaisirs et imprimez aussi vos photos sur d’autres supports. L’objet photographique reste important dans un univers digital dont on ne connaît pas vraiment la pérennité de stockage des données. Surtout, n’oubliez pas les personnes que vous avez photographiées. Envoyez leur des tirages. Gardez le contact. Cela ne pourra que vous occasionner de bonnes surprises en retour.
 


Paramètres des cookies