1. Accueil
  2. Magazine
  3. Sports et activités
  4. 10 expériences sous-marines inoubliables
Sports et activités

10 expériences sous-marines inoubliables

Mis à jour le : 16 décembre 2016

Carte

Prenez votre combinaison et votre détendeur, et plongez dans un monde sous-marin peuplé de dragons de mer, de stalactites, d'épaves ou de ruines mystérieuses.

1. Explorer le triangle de corail

Les eaux entre les Philippines et l'Australie, jusqu'à l'est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, abritent des écosystèmes parmi les plus riches du monde – et sans doute les plus beaux sites de plongée, avec quelque 605 espèces de coraux. Fourmillant de poissons, les coraux des Raja Ampat sont à juste titre célèbres, mais pour voir des gorgones géantes (coraux en forme d'éventail), des fouets de mer multicolores, des étoiles de mer bleues, des requins et des grottes et saillies sous-marines, rejoignez les pitons volcaniques de la baie de Kimbe, à l'ouest de la Nouvelle-Bretagne (Papouasie-Nouvelle-Guinée). Selon certains experts, c'est là que seraient apparus les tout premiers coraux.
Pour plonger dans la baie de Kimbe, les meilleures périodes sont de février à juin ou de mi-août à fin décembre.

2. Regarder dériver les continents (Islande)

Que vous évoque la tectonique des plaques ? Vos cours de géographie au lycée ? Oubliez les manuels poussiéreux : le lac Þingvellir, destination privilégiée par les sportifs en Islande, permet d'observer en direct le spectacle incroyable de la dérive des continents. La faille de Silfra, entre les plaques américaine et européenne, est remplie d'une eau glaciale cristalline où la visibilité s'étend jusqu'à 100 m. Il fait froid (une combinaison s'impose) mais les canyons, les tunnels et l'effet irréel des reflets renvoyés depuis la surface rendent ce site exceptionnel. Vous ne verrez pas de poissons ici mais des paysages sous-marins de toute beauté.
Située dans le parc national de Þingvellir, lieu du premier parlement islandais, la faille de Silfra peut faire l’objet d’une excursion d’une journée depuis Reykjavík.

3. Assister à une orgie sous-marine (Australie)

La Grande Barrière de corail, récif de corail le plus long du monde (2 300 km), donne l'occasion de nager parmi d'imposants animaux marins : mérous patates et napoléons de 150 kg à Cod Hole, palourdes centenaires géantes au large de Lizard Island, raies manta, requins et baleines en divers autres points. Mais le mieux est de plonger au moment où se déroule la plus grande partie échangiste de la planète : chaque année, pendant quelques jours, les coraux se reproduisent à l'unisson, rejetant des millions d'œufs et de spermatozoïdes qui flottent vers la surface tels des flocons de neige. Un spectacle surprenant et inoubliable.
Le frai a lieu quelques jours après la pleine lune, à la fin du printemps, généralement vers le mois de novembre. Vérifiez les dates probables auprès des écoles de plongée locales.

4. Plonger dans un puits sacré (Mexique)

L'homme a fait des merveilles avec le calcaire dans le Yucatán (comme les pyramides bâties par les Mayas dans la jungle), mais rien ne surpasse la nature. Les cénotes en sont la preuve : la péninsule regorge de ces gouffres formés à la suite de la dissolution du calcaire par les eaux souterraines. La plupart renferment des stalactites et stalagmites auxquelles les jeux de lumière donnent un air féerique. Pas étonnant que les Mayas les aient considérés comme des puits sacrés. Certains s'étendent sur des dizaines de kilomètres mais beaucoup, dont le Gran Cenote, peuvent être explorés par des plongeurs relativement peu expérimentés.
Le Gran Cenote est à 4 km au nord de Tulum sur la route de Cobá. Veillez à ne pas endommager les stalactites lors de la plongée.

5. Observer des raies dans les îles caïmans

Voir glisser vers vous une douzaine de monstres marins de 1 m de large armés de leur aiguillon épineux et venimeux est l'une des expériences les plus fortes que vous pourrez vivre dans 3 m d'eau. Le rassemblement qui a lieu à Stingray City dans la baie de North Sound, à Grand Cayman, s'expliquerait par le fait qu'autrefois, les pêcheurs nettoyaient leurs prises dans ces eaux calmes, attirant ainsi des pastenagues affamées. Aujourd'hui, les pêcheurs ont disparu mais les raies continuent de venir. Préparez-vous à recevoir le baiser-succion de ces élasmobranches mais ne les touchez pas sous peine d'enlever le mucus protecteur qui les couvre.
Le temps est plus sec et plus frais de décembre à avril. Venez plutôt l’après-midi, pour éviter les bateaux de croisière.

6. Admirer le coup de cœur de cousteau, Pulau Sipadan (Bornéo)

En qualifiant Pulau Sipadan d'« œuvre d'art inviolée », le commandant Cousteau, grand connaisseur de la mer, était encore en deçà de la vérité. Seule île océanique de la région, ce piton de calcaire jaillissant à 600 m au-dessus des fonds marins au large de la côte est du Sabah, dans la partie malaisienne de Bornéo, attire une incroyable variété d'espèces marines. L'île est réputée pour ses tortues (ne manquez pas la « tombe aux tortues »), ses à-pics vertigineux et ses quelque 3 000 espèces de poissons.
Il est interdit de dormir sur Sipadan. Contactez un tour-opérateur expérimenté pour obtenir un permis de plongée (ils sont limités à 120 par jour).

7. Découvrir les ruines mystérieuses de Yonaguni (Japon)

Qu'il s'agisse d'une pyramide sous-marine bâtie par l'ancienne culture de Mu, d'un vestige extraterrestre ou d'une formation rocheuse naturelle étrangement régulière, l'immense structure reposant au large de Yonaguni, l'île la plus occidentale du Japon, offre un spectacle à couper le souffle. Découvert en 1986, long de 100 m et haut de 25 m, ce bloc de pierre géométrique qui donne l'impression d'avoir été taillé aurait environ 8 000 ans. La force du courant ne rend pas la plongée très facile mais celle-ci en vaut la peine – sans compter que vous pourrez peut-être voir des requins-marteaux.
Les requins-marteaux s’observent surtout en hiver, entre décembre et février. 

8. Suivre le courant à Rangiroa (Polynésie Française)

Une plongée en dérive à Rangiroa se rapproche de ce que l'on éprouverait en étant aspiré au fond d'un lavabo en train de se vider. Quand la marée monte dans cet atoll de 80 km de long, les eaux du Pacifique se déversent dans les deux passes d'Avatoru et de Tiputa. En choisissant le bon moment, vous pourrez vous laisser emporter par le courant en compagnie d'une multitude d'espèces marines : dauphins souffleurs, thons, barracudas, carangues, raies aigles. Les requins de récifs, toujours présents, sont périodiquement rejoints par des bancs de requins-marteaux et d'immenses raies manta.
Les requins-marteaux se rencontrent surtout en janvier et février et les raies manta en septembre et octobre, mais les plongées sont fabuleuses tout au long de l’année.

9. Contempler la flotte fantôme de Chuuk (Micronésie)

En février 1944, les Américains bombardèrent la flotte japonaise ancrée dans le port naturel que forme le lagon de Chuuk, un récif quasi circulaire de 225 km de long, coulant une soixantaine de navires. Ces eaux cristallines abritent aujourd'hui le site de plongée sur épaves sans doute le plus impressionnant au monde, un véritable musée sous-marin rassemblant des bateaux, des avions de chasse, des tanks, des voitures, des armes, etc. Sur cette flotte fantôme veillent une armée de gorgones, d'anémones, de poissons de récifs et d'autres espèces plus massives comme des tortues, des raies manta et des requins.
La saison sèche s’étend de décembre à avril, mais le reste de l’année la pluie n’est qu’intermittente et la visibilité généralement bonne.

10. Plonger sous la glace à Tignes, Savoie (France)

Discipline confidentielle, la plongée hivernale en lac de montagne se développe en France. À Tignes, il existe depuis dix ans une école spécialisée. Le principe est simple : équipé d'une combinaison spéciale intégralement étanche, vous vous introduisez sous la glace, épaisse de plusieurs dizaines de centimètres, par un trou taillé à l'aide d'une tronçonneuse. Ici, pas question de coraux ni de poissons multicolores ; la magie réside dans la lumière, qui offre au plongeur une palette unique de bleus, filtrés par la surface gelée du lac.
De décembre à mi-avril, selon l’épaisseur de la glace (www.tignesplongee.com).
 


Paramètres des cookies