Basilique Notre-Dame- de-la-Daurade

L'avis de l'auteur Lonely Planet

patrimoine religieux

Pas facile de saisir dans son ensemble cette grande basilique rénovée à l’issue de longs travaux, construite sur un très ancien lieu de culte où se sont succédé des temples celtiques et romains et un sanctuaire wisigothique. On la découvre mieux depuis la rive opposée de la Garonne à laquelle elle fait face. De là, la façade de pierre à colonnades du XIXe siècle se laisse appréhender dans son contexte. Jadis, les jardins d’une abbaye bénédictine descendaient jusqu’aux rives du fleuve, mais la construction des quais au XVIIIe siècle nécessita leur destruction et la construction d’une nouvelle église appelée Deaurata signifiant “couverte d’or”, en raison des vestiges des mosaïques dorées de l’ancien sanctuaire qu’elle contenait. Dédiée à la Vierge Marie, l’église de la Daurade abrite la deuxième réplique d’une Vierge noire dont l’original en ornait déjà les murs au Xe siècle. Volée au XIVe siècle, reproduite puis brûlée à la Révolution, la statue actuelle a été sculptée en 1807.

Accès : 1 pl. de la Daurade ; tlj 8h30-19h, 18h en hiver ; Esquirol ou Capitole

Paramètres des cookies