Palais de Ganden

L'avis de l'auteur Lonely Planet

résidence historique

En 1530, le 2e dalaï-lama fit ériger le Ganden Podrang (à ne pas confondre avec le monastère de Ganden) où vécurent ses successeurs jusqu’à la construction du Potala (1645) par le 5e dalaï-lama. Ce palais fut donc le lieu d’exercice du pouvoir politique et spirituel du Tibet central durant un siècle.

Pour rejoindre le palais du parking du monastère, passez devant les stands de xylogravures et de genévrier, et suivez le kora dans le sens des aiguilles d’une montre autour du monastère jusqu’aux escaliers.

La première salle sur la gauche est le Sanga Tratsang, une chapelle récemment rénovée avec les statues des divinités protectrices Namtöse (Vaishravana), Nagpo Chenpo (Mahakala), Dorje Jigje (Vajra ­Bhairavo), Chögyel (Dharmaraja), Palden Lhamo (Shri Devi ; sur une mule) et Dorje Drakden (qui communique par l’intermédiaire de l’oracle de Nechung), disposées autour du 5e dalaï-lama.

Montez les marches et traversez la cour principale, où des spectacles de cham (danse rituelle) se déroulent pendant la fête de Shötun. Les pèlerins tibétains s’arrêtent ici pour acheter des amulettes et des fils sacrés. L’étage supérieur du principal édifice comprend les trois chapelles qui composaient les appartements des premiers dalaï-lamas. La deuxième, sur la droite, est une salle d’audience avec des peintures murales très détaillées et le trône du 5e dalaï-lama, près d’un Chenrezig aux mille bras. La troisième servait de salon.

Descendez et traversez une dernière chapelle, dont l’entrée est défigurée par un slogan politique de la Révolution culturelle (le portrait de Mao n’a été que récemment ôté). Des panneaux dirigent vers la sortie au nord, via un stand de rafraîchissements et un sanctuaire rupestre dédié à Drölma.

Paramètres des cookies