-->

Temple de Dakshinkali

L'avis de l'auteur Lonely Planet

édifice religieux

Situé au confluent de deux rivières, dans un site boisé encaissé au creux d’un ravin, ce temple hindou est dédié à la déesse Kali, incarnation la plus sanguinaire de Parvati, l’épouse de Shiva. Pour satisfaire la soif de sang de la déesse, les pèlerins amènent divers animaux, destinés à être décapités et découpés par les prêtres du temple. Ces derniers sont également des bouchers expérimentés.

Une fois le sacrifice accompli, la viande est consommée – les pèlerins arrivent avec tous les ingrédients nécessaires à un barbecue et passent le reste de la journée à manger à l’ombre des arbres. Le samedi est le principal jour de sacrifice, mais le sang coule aussi le mardi. Le reste de la semaine, l’endroit est très calme. Au cours des célébrations annuelles de Dasain, en octobre, le temple est inondé de sang et l’effigie de Kali baigne dans une flaque rouge.

Le chemin qui mène au temple depuis le parking des bus est jalonné d’étals souvent enveloppés par la fumée des barbecues. Les fermiers vendent ici des produits qui seront mangés lors du repas succédant aux sacrifices, mais on peut aussi acheter des œillets, des noix de coco et d’autres offrandes destinées à la déesse. Seuls les hindous peuvent pénétrer dans la cour où trône l’effigie de Kali, mais les visiteurs peuvent regarder depuis les terrasses extérieures. N’oubliez pas que les sacrifices sont une cérémonie religieuse d’une grande importance pour les Népalais, et non un prétexte pour prendre des photos.

Derrière le temple principal, un sentier grimpe jusqu’au petit temple de Mata, d’où l’on découvre une belle vue sur la forêt. Au parking des bus, des stands proposent du thé et des pappadam.