-->

Ghats de crémation de l’Ouest

L'avis de l'auteur Lonely Planet

sitehindou

Bien qu’encombrée par les détritus et noire de pollution, la Bagmati est une rivière hautement sacrée. Pashupatinath est l’équivalent népalais de Varanasi (Bénarès, en Inde), au bord du Gange. Les ghats bordant la Bagmati sont les lieux de crémation en plein air les plus importants de la ville. Des feux ont ici brûlé nuit et jour au lendemain du séisme de 2015, tandis que des centaines de familles faisaient leurs adieux aux victimes du désastre.

Seuls les membres de la famille royale peuvent être incinérés directement devant le temple de Pashupatinath et les funérailles de dix d’entre eux ont d’ailleurs eu lieu ici après le massacre de 2001. Les funérailles des gens ordinaires se déroulent toujours sur les ghats situés au sud du temple. Le corps, enveloppé d’un linceul, est déposé sur un bûcher, que l’on allume sans cérémonial. Ces rituels de crémation font de Pashupatinath un lieu particulièrement intéressant. S’ils invitent à se questionner sur la mort, ils n’en restent pas moins des moments de deuil privés qu’il convient de respecter et de ne pas photographier.

Situées à l’extrémité nord des ghats, les grottes des yogis, utilisées comme refuges depuis l’époque médiévale et toujours occupées aujourd’hui par des méditants, sont visibles depuis l’autre rive.

En suivant la rive ouest vers le sud, on atteint un bouddha debout du VIIe siècle, à côté du temple de Raj Rajeshwari, endommagé, aux surprenantes dépendances arrondies en stuc.