Fidji

  1. Accueil
  2. Océanie-Pacifique
  3. Fidji
  4. Sports et activités

Fidji : Sports et activités

A faire aux îles Fidji

Les complexes hôteliers, les hôtels de charme et même les logements les plus sommaires proposent souvent un large choix d’activités à leurs hôtes ou travaillent avec des agences indépendantes de confiance qu’ils connaissent.

Action et aventure

Sur l’île de Viti Levu, vous pouvez faire du jet boat sur la rivière Nadi, une sortie en montgolfière au lever du soleil, un safari en jet ski autour des îles Mamanuca pour la journée (au départ de Nadi) et de la tyrolienne à Pacific Harbour ou sur l’île de Beqa au large. Sur les autres îles, vous devrez vous contenter de sensations fortes plus classiques en pratiquant le surf, la plongée, la randonnée ou toute autre activité dont il vous prendra l’envie.

Observation des oiseaux

Plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux peuplent les îles fidjiennes, dont beaucoup endémiques à une seule île : de quoi faire tourner la tête aux ornithologues amateurs. Sur Taveuni et Kadavu, il est facile de se rendre dans l’arrière-pays et vous n’aurez pas à aller loin pour voir certaines espèces peu farouches dépourvues de prédateurs. Des guides sont disponibles dans tout le pays  – demandez sur votre lieu d’hébergement.
Sur Vanua Levu, la péninsule de Tunuloa abrite l’espèce rare du monarque queue de soie. Sur Viti Levu, le Colo-i-Suva Forest Park près de Suva est très accessible et le Kula Eco Park sur la Côte de Corail offre aux ornithologues une chance de se retrouver nez à nez avec le canard à sourcils, espèce rare endémique de la région pacifique. Dans les zones urbaines, vous avez de fortes chances de voir le lori des Fidji rondouillard (perroquet commun) et le diamant vert-bleu à tête rouge. Les espèces agressives introduites, telles que les martins tristes, ont repoussé les oiseaux natifs dans la forêt, où vous pourrez entendre les carpophages de Peale et les méliphages verts. On peut aussi apercevoir quelque 23 espèces tropicales d’oiseaux de mer aux Fidji. L’oiseau le plus rare de l’archipel, le kacau (le pétrel), représenté au verso du billet de banque de 50 dollars, ne se rencontre que sur l’île de Gau dans l’archipel de Lomaiviti.

Plongée et snorkeling

De nombreux complexes hôteliers disposent de centres de plongée. À défaut, ils peuvent généralement vous orienter si cette activité est possible sur l’île.
Les amateurs de snorkeling ne sont pas laissés en reste avec un choix de trajets en bateau et d’excursions. Mieux vaut apporter votre propre équipement, car le matériel proposé gratuitement ou loué n’est pas toujours en bon état.

Pêche

Les villages disposent de droits sur les récifs et la pêche aux Fidji. Vous ne pouvez donc pas jeter votre ligne n’importe où : demandez d’abord l’autorisation. La plupart des complexes hôteliers les plus chers proposent des excursions de pêche et des locations de bateau, en privilégiant la pêche de surface et la pêche au jig en eaux profondes ou pas. Les complexes pour petits budgets peuvent organiser des bateaux et proposer du matériel de pêche, parfois une simple canne à pêche avec hameçons, appâts et plombs.

Randonnée

Cascades, chemins côtiers formés par la lave et panoramas luxuriants abondent. C’est sur l’île de Taveuni que l’on trouve les meilleurs sentiers de randonnée du pays, île dont une immense partie a été classée parc national. De fantastiques randonnées vous attendent aussi à Viti Levu, Kadavu, Vanua Levu et Ovalau, mais sur ces îles, il est impératif de s’offrir les services d’un guide. La plupart des chemins traversent les terres de villages, ce qui nécessite une autorisation et la connaissance des us et coutumes.

Équitation

Les Fidjiens qui vivent autour de Natadola Beach sur Viti Levu gagnent leur vie en proposant des excursions à cheval à la journée tandis que l’équitation est une activité courante dans les complexes hôteliers le long de la Côte de Corail. D’autres possibilités existent aussi à Vatuwiri Farm sur Taveuni et à Bulou’s Eco Lodge dans les Nausori Highlands.

Kayak

De nombreux complexes hôteliers mettent gratuitement des kayaks à disposition de leurs clients ; d’autres les louent pour environ 20 $ la demi-journée et 30 $ la journée. Les îles Mamanuca, Vanua Levu, Yasawa, Nananu-i-Ra et Kadavu recèlent toutes de très bons lieux pour faire du kayak. Certains kayakistes passionnés le pratiquent le long de la côte accidentée de Ravilevu sur Taveuni, mais on leur préfère généralement les côtes occidentales des îles, abritées des alizées du sud-est.
Il existe aussi des excursions spéciales en kayak de mer pendant les mois les plus secs, entre mai et novembre. Certaines associent kayak et randonnée dans la forêt tropicale, snorkeling, pêche ou visite de villages.

Croisières et circuits dans les îles

En fonction de l’île, vous pouvez faire le tour des sites à voir en minibus, autocar, voiture particulière ou 4X4. Autre possibilité : partir en croisière à la journée en direction de plus petites îles au large où vous profiterez de plages désertes d’une beauté inimaginable, avec pique-nique et séance de snorkeling souvent inclus.

Surf

La plupart des rouleaux se forment dans les récifs périphériques et les passages, et s’adressent à des surfeurs moyens et expérimentés uniquement. Pour atteindre ces récifs, vous aurez besoin d’un bateau et d’un guide. La sécurité maritime pouvant être laxiste, demandez des rames, des gilets de sauvetage et de l’eau potable ainsi qu’un téléphone portable à bord. La houle du sud déferle régulièrement de mai à octobre, mais il y a des vagues toute l’année. Les alizés viennent du sud-est et soufflent au large des fameux spots de surf. Les vents du nord soufflent de novembre à avril au large de la Côte de Corail.
Cloudbreak, Restaurants et Namotu Left sont facilement accessibles depuis les îles de Malolo, Malololailai, Namotu ou Tavarua de l’archipel des Mamanuca. Ils peuvent être rejoints tout aussi facilement en bateau depuis les complexes hôteliers situés près d’Uciwai Landing, sur Viti Levu.
Frigates, à Beqa Lagoon, peut être rejoint depuis le camping des surfeurs de l’île de Yanuca ou le complexe plus haut de gamme de Waidroka Surf & Dive Resort, près de Pacific Harbour. Pour éviter la foule, préférez Qamea et ses rouleaux capricieux.
La grande nouvelle dans les cercles de surf fidjien (ou bancs de surfeurs devrait-on dire), c’est que tous les rouleaux sont désormais accessibles à tous les surfeurs suffisamment courageux pour les affronter. Jusqu’ici, les villages fidjiens (qui, dans le cadre de la législation nationale, jouissent de droits de pêche coutumiers) vendaient les droits exclusifs pour les zones de surf aux complexes touristiques qui en limitaient ensuite l’accès à leurs clients. En 2010, Le Surfing Areas Decree a mis un terme à cette pratique.

Visite de villages

Elle figure au programme de nombreux circuits. Certains villages sont envahis par des cars de touristes qui défilent dans les cours des habitants tous les deux jours et la cérémonie du sevusevu (cadeau) et le meke (spectacle de danse qui raconte des histoires et des légendes) peuvent paraître quelque peu forcés. D’autres circuits, en particulier ceux menés par les villageois eux-mêmes, sont à plus petite échelle. Ils ne proposent peut-être pas autant, mais offrent une expérience souvent plus authentique.

Mis à jour le : 1 août 2014

Articles récents

Paramètres des cookies