Israël : Histoire

1800 av. J.-C.

À la tête d'un groupe de nomades, Abraham quitte la Mésopotamie pour la terre de Canaan.

1023 av. J.-C.

Les Israélites établissent un royaume, dirigé par Saul puis par David, qui s'empare de Jérusalem pour en faire sa capitale.

Vers 950 av. J.-C.

Le fils de David, Salomon, fait ériger le premier Temple de Jérusalem, haut lieu du judaïsme.

63 av. J.-C.

Les Romains s'emparent d'Israël, placé sous le contrôle de consuls, dont Hérode le Grand et Ponce Pilate.

IIe siècle

Après avoir écrasé deux soulèvements juifs, les Romains rasent Jérusalem et construisent sur ses ruines Aelia Capitolina, capitale de la nouvelle province romaine de Palestine. Cette défaite marque la fin de l'État juif et le début de la Diaspora.

IVe siècle

L'empereur Constantin se convertit au christianisme. La Terre sainte se couvre d'églises, dont celles du Saint-Sépulcre et de la Nativité.

VIIe siècle

Le calife Omar s'empare de Jérusalem, qu'il déclare ville sainte de l'islam.

1099

Reconquête de Jérusalem par les croisés chrétiens.

1291

La ville sainte passe sous le contrôle des Mamelouks.

XVIe siècle

Soliman le Magnifique, alors à la tête de l'Empire ottoman, fait reconstruire les murs de Jérusalem.

1838

Ouverture du premier consulat anglais à Jérusalem, alors que l'Empire ottoman est à bout de souffle. Sir Moses Montefiore, un Juif britannique, défend l'idée d'un État juif.

1878

Fondation de la première colonie juive, suivie par la première vague d'immigration. Le sentiment nationaliste et anti-européen grandit parmi la population arabe de Palestine.

1896

L'Autrichien Theodor Herzl fait paraître L'État juif et donne corps au mouvement sioniste, appelant les Juifs à s'établir dans une communauté indépendante en Palestine.

1917

La déclaration Balfour préconise la création d'un foyer juif en Palestine.

1947

Devant l'opposition des Arabes face à l'immigration juive en Palestine, l'ONU décide le partage de la région entre un État arabe et un État juif.

1948

Fondation de l'État d'Israël. David Ben Gourion, chef du gouvernement provisoire, demeurera Premier ministre jusqu'en 1963 (sauf de 1953 à 1955). Première guerre israélo-arabe.

1956

Deuxième guerre israélo-arabe.

1967

Guerre des Six Jours. Israël occupe Gaza, le Sinaï, la Cisjordanie et le Golan.

1969

Yasser Arafat prend la tête de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), créée en 1964. Au début des années 1970, l'OLP lance une vague d'attentats terroristes.

1973

Guerre du Kippour.

1979

Traité de paix israélo-égyptien prévoyant la restitution du Sinaï ainsi que l'autonomie de Gaza et de la Cisjordanie.

1981

Annexion du Golan occupé.

1982

L'armée israélienne envahit le Liban jusqu'à Beyrouth. Elle se retire en 1985, à l'exception d'une zone de sécurité au sud.

1987

Début du soulèvement populaire palestinien (Intifada) dans les Territoires occupés (Cisjordanie et Gaza).

1993

Signature d'un accord entre Israël et l'OLP (accords d'Oslo) entérinant leur reconnaissance mutuelle et prévoyant l'autonomie des territoires occupés.

1995

Assassinat du Premier ministre Itzhak Rabin par un extrémiste israélien.

1999

Le général Ehoud Barak, candidat du Parti travailliste, succède à Benjamin Netanyahu au poste de Premier ministre.

Mai 2000

Ehoud Barak annonce le retrait des forces israéliennes du sud du Liban qu'elles occupent depuis 1978.

Juillet 2000

Le sommet de Camp David II, réunissant Ehoud Barak et Yasser Arafat à l'initiative du président américain Bill Clinton, se solde par un échec, après 14 jours de négociations intenses.

Sept-oct. 2000

La "visite" du général Ariel Sharon, chef du Likoud (droite israélienne), sur l'esplanade des mosquées à Jérusalem, le 28 septembre, déclenche des affrontements dans les territoires palestiniens qui font 35 morts et près de 1 000 blessés en trois jours. Ces émeutes marquent le début de la seconde Intifada.

2001

Ariel Sharon, candidat du Likoud (droite nationaliste), symbole de la guerre contre les Palestiniens, est élu Premier ministre lors d'élections anticipées.

2003

Ariel Sharon est réélu à son poste de Premier ministre à la fin du mois de janvier, à la faveur d'élections législatives anticipées (les travaillistes s'opposant au vote de budget alloué aux colonies juives ont quitté la coalition gouvernementale). Cette victoire masque pourtant une situation en Israël qui continue à se dégrader : tensions sociales, récession économique et poursuite des attentats sur le territoire. Les villes palestiniennes, quant à elles, sont soumises à de nombreux blocus et couvre-feux. L'installation de nouvelles colonies juives se poursuit et l'armée isréalienne mêne une véritable guerre contre l'Autorité palestinienne.

2004

Le 11 novembre 2004, Yasser Arafat décède. Mahmoud Abbas le remplace à la tête de l'Autorité palestinienne.

2005

Israël, sous l'influence d'Ariel Sharon, mène à bien le plan de retrait de la bande de Gaza et de Cisjordanie. Fin 2005, Ariel Sharon quitte le Likoud, fonde un nouveau parti, Kadima, et prépare les élections anticipées de 2006. Il est hospitalisé en décembre à la suite d'une grave attaque cérébrale et remplacé par Ehoud Olmert.

2006

Le Hamas remporte les élections législatives dans les Territoires palestiniens et Ismaël Haniyeh est nommé Premier ministre par Mahmoud Abas. En Israël, Kadima arrive en tête des élections législatives de mars. À la suite de l’enlèvement de deux soldats israéliens par le Hezbollah, Israël lance une offensive aérienne et maritime contre le Liban le 12 juillet. Un mois plus tard, la guerre se termine, avec un bilan très lourd pour les deux pays (1 200 morts et 900 000 déplacés au Liban ; 150 morts et 400 000 déplacés en Israël).

2007

Le Fatah et le Hamas s'engagent dans une lutte fratricide et une série d'affrontements qui aboutissent à la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas. En novembre, Ehoud Olmert et Mahmoud Abbas relancent le processus de paix lors de la conférence d'Annapolis (États-Unis) et s'engagent devant la communauté internationale à reprendre les négociations afin de trouver un accord avant la fin de 2008.

2008

Dèjà très contesté depuis les ratés de la guerre avec le Hezbollah de l’été 2006, le Premier ministre Ehoud Olmert est impliqué dans plusieurs affaires de corruption. Certains, comme le travailliste Ehoud Barak, ministre de la Défense, réclament sa démission.

2009

Sous la pression, Ehoud Olmert ne brigue pas un nouveau mandat de Premier ministre. En avril 2009, il est remplacé par Benyamin Netanyahu, qui nomme un ultranationaliste, Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères. La nouvelle administration américaine du président Obama s’oppose à Netanyahou au sujet de l’installation de colonies israéliennes en Cisjordanie, et tente de geler les nouveaux chantiers de construction.

2011

Libération du soldat israélien Gilad Shalit, détenu depuis 5 ans à Gaza par le Hamas, en échange de 477 prisonniers palestiniens, plus 550 autres détenus dans les deux mois suivant. Cette libération, saluée par la communauté internationale, garde cependant un goût amer pour les israéliens, qui ont vu la libération de nombreux prisonniers impliqués dans des attentats terroristes, parfois meurtriers. Par ailleurs, elle n'assure pas l'avenir du processus de paix, Israël rejetant la demande d'adhésion de la Palestine à l'ONU, ainsi que le vote de son admission à l'UNESCO.

 

Mis à jour le : 16 mai 2013
evaneos

Articles récents