Paris

  1. Accueil
  2. France
  3. Paris
  4. Notre-Dame et les îles

Notre-Dame et les îles

Sur la Seine bat le cœur géographique et historique de Paris : c’est sur l’île de la Cité que se serait installé ce qui allait devenir Lutèce. À l’est, la sereine île Saint-Louis, plus petite, est l’un des quartiers les plus huppés de la capitale, proposant une poignée d’hôtels intimistes et de charmants restaurants et boutiques.

L’essentiel en un jour

La célèbre cathédrale Notre-Dame domine l’île de la Cité, alors quel meilleur endroit pour commencer votre exploration ? (Le matin est aussi un bon moment pour éviter les foules.) À l’intérieur, après avoir admiré les vitraux, consacrez environ une heure à la visite du sommet, et une autre heure à la crypte archéologique. La Sainte-Chapelle, à côté, renferme des vitraux encore plus beaux. De là, vous n’êtes qu’à deux pas de la prison de la Révolution, la Conciergerie.
Traversez le pont Saint-Louis pour rejoindre la ravissante petite île Saint-Louis. Déjeunez au Café Saint Régis typiquement parisien, avant d’admirer les boutiques de l’île et fondre pour une glace Berthillon.
Après un repas traditionnel chez Mon Vieil Ami, traversez le pont Saint-Louis dans l’autre sens (vous y croiserez sûrement des musiciens de rue) et allez prendre un verre à la vénérable Taverne Henri IV, sur l’île de la Cité. Si vous avez encore des forces, empruntez le Pont-Neuf pour continuer la soirée de l’autre côté de la Seine.

À ne pas manquer

Le point zéro

Avant de vous intéresser à la façade de la cathédrale, repérez, dans le sol du parvis face au portail principal, le médaillon de bronze indiquant la position exacte du point zéro des routes de France. Notre-Dame est en effet le cœur de Paris, à partir duquel les distances entre Paris et le reste de la métropole sont mesurées.

Les portails

Sur la façade occidentale, admirez les superbes détails des trois portails du XIIIe siècle : à gauche, le portail de la Vierge, où l’on voit la montée de Marie au Paradis ; au centre, le portail du Jugement, représentant le Jugement dernier selon l’Évangile de saint Matthieu ; et à droite, le portail Sainte-Anne, qui est le plus ancien.

Les arcs-boutants

C’est depuis le square Jean-XXIII, à l’arrière de la cathédrale, que l’on voit le mieux la forêt d’arcs-boutants sculptés. Si Notre-Dame fut l’un des premiers bâtiments au monde à être doté de ce type d’éléments architecturaux, ces derniers n’étaient à l’origine pas prévus autour du chœur et de la nef. Un support extérieur devint pourtant nécessaire pour contrecarrer l’apparition de fractures dues à la poussée des murs vers l’extérieur.

Les rosaces

Impressionnante de l’extérieur, Notre-Dame se révèle tout aussi grandiose à l’intérieur, notamment grâce à ses trois rosaces spectaculaires. Les plus célèbres sont le vitrail de 10 m de large ornant la façade ouest (partiellement obstrué par l’orgue) et celui du côté nord du transept, qui est resté quasiment inchangé depuis le XIIIe siècle.

Les orgues

Deuxième plus grand orgue de France derrière celui de l’église Saint-Eustache , le magnifique Grand Orgue de Notre-Dame est également l’un des plus grands du monde, avec ses 8 000 tuyaux (dont 900 classés historiquement), 115 jeux, 5 claviers de 56 notes et un pédalier de 32 notes. On peut l’entendre le dimanche, lors des messes et de récitals gratuits à 16h30.
Un orgue plus petit (2 000 tuyaux et 30 jeux) domine le chœur.

Les Mays

Traversez le chœur, avec ses niches en bois sculpté et ses statues représentant la Passion du Christ, pour contempler la magnifique collection de peintures des chapelles latérales de la nef. C’est en 1449 que les orfèvres parisiens commencèrent à offrir à la cathédrale, chaque 1er mai, un arbre décoré de banderoles et de rubans pour honorer la Vierge Marie – à laquelle Notre-Dame est dédiée. Cinquante ans plus tard, l’offrande annuelle des orfèvres, appelée “may”, était devenue un tabernacle orné de scènes de l’Ancien Testament. À partir de 1630, les mays étaient de grandes toiles (3 m de hauteur) commémorant l’un des Actes des Apôtres, accompagnées d’un poème ou d’une explication littéraire. Au début du XVIIIe siècle, lorsque la confrérie des orfèvres fut dissolue, la cathédrale avait reçu 76 de ces peintures monumentales – on peut encore en admirer 13.

Le Trésor

Au sud du chœur de la cathédrale, le Trésor9h30-18h lun-ven, 9h30-18h30 sam, 13h30-18h30 dim) renferme des objets liturgiques, des manuscrits et des reliques, dont la Sainte Couronne d’épines, qui aurait été déposée sur la tête de Jésus avant sa crucifixion. Elle est exposée entre 15h et 16h le premier vendredi du mois et chaque vendredi de carême, et de 10h à 17h le Vendredi saint.
Autre merveille du Trésor, plus facile à admirer : la collection de Camées des papes. Sculptées avec une incroyable précision dans des coquillages et encadrées d’argent, les 268 miniatures représentent tous les papes de l’histoire, de Saint-Pierre à Benoît XVI. Remarquez les différents vêtements, gestes des mains et posture de chacun.

La visite des tours

L’entrée des tours de Notre-Dame(www.tours-notre-dame-de-paris.fr ; 10h-18h30 tlj avr-sept, jusqu’à 23h ven-sam juil-août, 10h-17h30 tlj oct-mars ; Cité) se fait par l’extérieur de la cathédrale, au pied de la tour nord, rue du Cloître-Notre-Dame. Préparez-vous mentalement et physiquement à gravir les 387 marches en colimaçon menant au sommet (pas d’ascenseur). Le récompense, toutefois, vaut bien quelques efforts : une vue spectaculaire sur Paris, notamment sur les rues anciennes du Quartier latin et sur la tour Eiffel.
En arrivant en haut de la façade ouest, on tombe nez à nez avec les gargouilles de la cathédrale. Les eaux de pluie s’évacuent par les gueules allongées et grandes ouvertes de ces statues grotesques, permettant ainsi de préserver le bâtiment (et de chasser les esprits maléfiques). Vous verrez également des chimères, qui ont uniquement une fonction décorative. Malgré leur aspect médiéval, elles furent installées au XIXe siècle par Eugène Viollet-le-Duc.
Toujours depuis le sommet de la façade ouest, vous pourrez admirer dans la tour sud Emmanuel, l’impressionnant bourdon (grosse cloche à son grave) de 13 tonnes. Fondue en 1686, Emmanuel est la seule cloche ayant survécu à la Révolution, lorsque les cloches de la cathédrale furent descendues et fondues en 1792. Pendant la nuit du 24 août 1944, lorsque l’île de la Cité fut reprise par les troupes françaises, alliées et résistantes, le son de l’Emmanuel annonça la libération prochaine de Paris.
À l’occasion du 850e anniversaire du début de la construction de Notre-Dame, neuf nouvelles cloches (Marie, le petit bourdon, dans la tour sud, et Gabriel, Anne-Geneviève, Denis, Marcel, Étienne, Benoît-Joseph, Maurice et Jean-Marie dans la tour nord) sont venues remplacer les cloches mises en place en 1856 (Angélique-Françoise, Antoinette-Charlotte, Denise-David et Hyacinthe-Jeanne). Ces dernières, de qualité moindre, ont été déposées dans le square Jean-XXIII, derrière la cathédrale. La cathédrale “sonne” désormais comme avant la Révolution.

Musique sacrée

Pour découvrir la cathédrale sous un aspect plus grandiose encore, assistez à l’une des messes dominicales – 10h pour la messe grégorienne et à 11h30 et 18h30 pour les messes chantées “classiques” – assurées par les chœurs de la maîtrise de Notre-Dame de Paris. Des récitals d’orgue gratuits ont lieu chaque jour et, d’octobre à juin, la cathédrale sert de cadre à des concerts de musique classique (généralement le mardi à 20h30) ; programme et tarifs sur www.musique-sacree-notredamedeparis.fr.
La messe dominicale de 18h30 est retransmise sur Radio Notre Dame (100.7 FM) et sur le site de la cathédrale.

La crypte archéologique

Sous le parvis face à la cathédrale, la crypte archéologique du parvis Notre-Dame(www.crypte.paris.fr ; 7 parvis Notre-Dame, IVe10h-18h mar-dim ; Cité) révèle, couche par couche, l’histoire de l’île de la Cité, depuis la ville gallo-romaine de Lutèce jusqu’au XXe siècle. Louez un audioguide pour apprécier pleinement votre visite.

Mis à jour le : 21 mai 2019

À voir à faire à Paris

  • Sainte-Chapelle

    monument

    Située dans l’enceinte du Palais de Justice, cette magnifique chapelle, chef-d’œuvre du gothique...

    Lire la suite
  • Conciergerie

    monument

    La Conciergerie est l’un des vestiges du premier palais royal parisien – les parties que l’on...

    Lire la suite
  • Mémorial des martyrs de la déportation

    monument

    Ce bâtiment obsédant, érigé en 1962, rend hommage aux 160 000 Français déportés et morts dans...

    Lire la suite
  • Pont-Neuf

    pont

    Le plus ancien pont de Paris relie la pointe ouest de l’île de la Cité à la rive gauche et la rive...

    Lire la suite
  • Square du Vert-Galant

    parc

    Châtaigniers, ifs, noyers noirs et saules pleureurs embellissent ce parc ravissant, à l’extrémité...

    Lire la suite
Paramètres des cookies