Estonie : Les Incontournables

Le meilleur de l'Estonie

Tallinn

Peu d'endroits en Europe conservent aussi bien le charme médiéval des XIVe et XVe siècles que la vieille ville de Tallinn, avec ses remparts et ses tourelles, ses clochers en pointe ou ses rues sinueuses et pavées. Toutefois, la capitale possède aussi un aspect résolument moderne, auquel elle doit son surnom de "banlieue d'Helsinki".
Toompea, la colline au centre de Tallinn, est une véritable mine d'or pour les touristes puisqu'elle abrite la cathédrale russe orthodoxe Alexandre Nevski, construite au XIXe siècle ; le château de Toompea, où siège le Riigikogu, le parlement estonien ; Toomkirik, cathédrale protestante datant de 1233 ; le musée d'art estonien, installé dans un hôtel particulier du XVIIIe siècle près de Toomkirik et Kiek-in-de-Kök, robuste tour de défense construite vers 1475.
Très agréable, le parcde Kadriorg, à 2 km à l'est de la vieille ville de Tallinn, est planté de chênes, de lilas et de marronniers. Tout comme le palais baroque de Kadriorg, il fut conçu par l'Italien Niccolò Michetti pour l'empereur russe Pierre le Grand, qui en posa lui-même trois briques. Derrière le palais, dans la petite demeure qui servait de résidence à l'empereur lors de la construction du palais, entre 1718 et 1736, est désormais installé un musée à sa mémoire.
Tallinn regorge de lieux d'hébergement mais, en été, la réservation est fortement recommandée, y compris dans les auberges de jeunesse. Dans la vieille ville, la Raekoja Plats (place de l'hôtel de ville) est le principal endroit où sortir pour dîner ou boire un verre. L'été, elle est littéralement envahie par les terrasses des bars et cafés, qui proposent tous des en-cas légers, les traditionnelles kotlett et de la bière Saku. C'est également dans la vieille ville que sont rassemblées les principales discothèques de Tallinn.

Hiiumaa

Située à 22 km environ du continent, cette île paisible à la population clairsemée offre plusieurs belles étendues côtières. Inaccessible aux visiteurs sous le régime soviétique, elle a depuis multiplié les efforts pour attirer les touristes – tant et si bien que des autocollants verts fleurissent désormais un peu partout sur l'île pour montrer la volonté des habitants de la protéger de la surexploitation.
Sur la côte nord-est, la plus grosse ville, Kärdla, n'a pour principal intérêt que de permettre de rejoindre la péninsule de Tahkuna, à quelques kilomètres seulement au nord-ouest de la ville. À l'extrémité nord de la péninsule, vous trouverez un phare datant de 1874, dont vous pourrez tenter l'ascension si le gardien accepte de vous prêter les clés. À proximité, un monument est dédié aux victimes du naufrage du ferry Estonia, en 1994. À Ristimägi, tout au sud de la péninsule, la colline des croix, marque l'endroit où les 1 200 derniers Suédois qui vivaient ici vinrent prier avant d'être déportés en 1781. Depuis, la tradition veut que les visiteurs placent une croix sur la colline lors de leur première venue.
Käina, la deuxième agglomération de Hiiumaa séduit surtout par sa situation idyllique au sud de l'île, près de la baie de Käina, une importante réserve ornithologique, mais la belle église du XVe siècle mérite également le coup d'œil. Un ferry transportant aussi bien des passagers que des véhicules circule entre Rohuküla, à 9 km à l'ouest de Haapsalu, sur le continent, et Heltermaa, à l'extrémité de Hiiumaa.

Saaremaa

L'île la plus importante du pays a toujours eu la fibre nationaliste et elle est souvent restée la dernière région à tomber aux mains des envahisseurs. Située à seulement quelques kilomètres au sud de Hiiumaa, Saaremaa est une île peu peuplée qui garde un certain côté sauvage. Çà et là, des fermes sont disséminées au milieu des forêts, qui couvrent près de la moitié de l'île. Ces derniers temps, Saaremaa est devenue une destination très populaire auprès des voyageurs finnois à petit budget. Mieux vaut donc réserver à l'avance si vous souhaitez passer la nuit sur l'île.
Kuressaare, la capitale de Saaremaa, abrite un château bâti au XIIIe siècle pour servir de base insulaire à l'évêque de Ösel-Wiek. Viidumäe, à environ 25 km à l'ouest de Kuressaare, est une réserve botanique riche en plantes rares telles que le jonc à tépales obtus, la rhinante à petites fleurs de Saaremaa ou l'alisier blanc, grâce à des conditions climatiques très favorables.
Un ferry au départ d'Orjaku, à 25 km au sud de Kärdla, sur Hiiumaa, assure régulièrement la navette avec Triigi, sur Saaremaa.

Parc national de Lahemaa

Installé dans le nord du pays, le plus grand parc national d'Estonie mêle de manière intéressante falaises, forêts denses, manoirs du XVIIIe siècle et d'innombrables lacs, rivières et chutes d'eau. S'il n'y avait les ours et les lynx, on se croirait presque dans un roman de Jane Austen. Le plateau calcaire nord-estonien, connu sous le nom de Glint, coupe le parc d'est en ouest. Il est longé par d'impressionnantes cascades, dont certaines sont hautes de 56 m. Les deux principales aires ouvertes aux visiteurs sont la réserve de Koljaku-Oandu, une zone côtière de forêts humides au nord-est du parc, et la réserve de Laukasoo, au centre, où se trouve le marais sept fois centenaire.
Près de la lisière est du parc, le manoir baroque de Palmse est l'un des centres d'intérêt majeurs de Lahemaa. Cette demeure restaurée du XVIIIe siècle est remplie en effet de mobilier d'époque et la visite des terrains du manoir s'avère des plus agréables. Un des hôtels de Palmse est installé dans une distillerie restaurée du XVIIe siècle. La première semaine de juillet des années paires, la ville accueille le festival de danse et musique folklorique de Viru Säru.
La côte nord compte plusieurs très beaux villages. À Käsmu, à quelques kilomètres au nord de Palmse sur la baie de Käsmu, l'ancienne caserne des garde-côtes soviétiques abrite désormais un musée maritime avec d'excellentes expositions sur la période communiste et l'histoire du village. Le port de pêche quatre fois centenaire d'Altja, dans le coin nord-ouest du parc, est magnifiquement préservé. Lors des festivités de la nuit de la Saint-Jean, ne manquez pas de vous essayer aux balançoires traditionnelles estoniennes à Kiitemägi (colline des balançoires) et, pour vous remettre de vos émotions, rien ne vaut un verre de Vana Tallinn (alcool estonien) dans un pub restauré du XIXe siècle.
Des bus réguliers relient Tallinn à Viitna, dans le secteur sud-est du parc. Le trajet dure environ 1h, dans un sens comme dans l'autre.

Parc national de Soomaa

Voici l'endroit rêvé pour partir à la rencontre des sorcières ! En effet, selon une croyance locale, ces dernières profiteraient depuis des siècles de la tranquillité des marais pour s'y cacher. Toutefois, le canoë et le haabja (un bateau traditionnel finnois, taillé dans le tronc d'un seul tremble) étant les seuls modes de transport possibles dans le parc, les balais volants sont souvent difficiles à rattraper ! Il est possible de pêcher et de camper sur place. En outre, des cours de construction de haabja sont organisés pour vous permettre de repartir avec votre propre embarcation. Le parc est situé au sud-ouest de l'Estonie et ses bureaux, situés à Viljandi, sont aussi bien accessibles en bus qu'en train depuis Tallinn.

Couvent de Pühtitsa

Construit sur un ancien sanctuaire païen, ce très beau couvent du XIXe siècle ravira les ascètes et les amateurs de soirées originales. Les premiers apprécieront le régime végétarien strict et les offices religieux quotidiens tandis que les seconds pourront passer une nuit dans le dortoir pour se vanter ensuite d'avoir dormi en compagnie de 80 nonnes et novices.
Situé dans le village de Kuremäe, au nord-est du pays, ce couvent rattaché à l'Église russe orthodoxe accueille chaque année des milliers de pèlerins. Un bus assure quotidiennement le trajet entre Kuremäe et Tallinn.

Abruka

Véritable paradis écologique, cette île minuscule et superbe, n'est peuplée que par quelques dizaines d'habitants et à peine plus de cervidés. Principale centre d'intérêt de l'île, la réserve zoologique et botanique n'ouvre ses portes qu'en été et propose aussi bien des visites-conférences que des promenades à cheval aux visiteurs. La réserve permet en outre de manger sur place ou de passer la nuit dans un cadre fermier rustique.
Abruka se trouve à 6 km de Roomassare, près de la côte sud de Saaremaa. Elle est accessible en bateau en été mais, au cœur de l'hiver, on peut la rejoindre en marchant sur le détroit gelé.

Mis à jour le : 6 octobre 2016

Articles récents

Paramètres des cookies