Glasgow

  1. Accueil
  2. Europe
  3. Écosse
  4. Glasgow
  5. Les Incontournables

Glasgow : Les Incontournables

À voir à Glasgow

Burrell Collection

Industriel fortuné, sir William Burrell rassembla une impressionnante collection d’objets dont il fit don à la ville. Burrell fut un collectionneur d’art tous azimuts, de son adolescence jusqu’à sa mort à l’âge de 97 ans, et cette collection éminemment personnelle réunit des trésors qui vont de la porcelaine chinoise aux tableaux de Degas et Cézanne, en passant par du mobilier médiéval. En dépit des apparences, l’ensemble est étonnamment cohérent.
Chacun trouvera ici une section à son goût. La galerie des tapisseries est d’une rare beauté − riche notamment d’immenses tentures murales, du XIIIe au XVIe siècle, d’une finesse et d’un raffinement extrêmes.

Kelvingrove Art Gallery & Museum

Dans un magnifique bâtiment victorien en pierre, ce musée a été rénové pour devenir un établissement original et fascinant, doté d’une incroyable variété d’expositions. Ici se côtoient des œuvres d’art et des animaux empaillés, des épées micronésiennes en dent de requin et un Spitfire. Toutefois, les salles sont aménagées par thème et ne sont pas surchargées. Excellente salle sur l’art écossais, superbes œuvres impressionnistes françaises et magnifiques tableaux Renaissance d’Italie et des Flandres.

Glasgow School of Art

Considérée comme la plus belle réussite de Mackintosh, l’École d’art de Glasgow remplit encore sa fonction originale. Pour la trouver, suivez le flot d’étudiants qui gravit la colline. Difficile de rester de marbre devant le travail de l’architecte, qui semble avoir pensé le plus petit recoin dans ses moindres détails, à l’intérieur comme à l’extérieur. La décoration intérieure est assez austère, avec des combinaisons de couleurs simples (noir et blanc cassé le plus souvent) et les fameuses chaises à très haut dossier, d’allure inconfortable, qui ont fait la notoriété de Mackintosh. La bibliothèque, ajoutée à l’édifice en 1907, est un chef-d’œuvre. L’entrée des visiteurs se situe sur le côté, dans Dalhousie St. Là, vous trouverez une boutique avec une petite exposition explicative très utile.

Willow Tearooms

Les admirateurs de Mackintosh craqueront sans aucun doute pour cet édifice que l’architecte avait dessiné et meublé au début du XXe siècle pour la restauratrice Kate Cranston. Il a de plus été magnifiquement restauré. Après avoir fermé en 1926, il n’a rouvert ses portes qu’en 1980, après deux années de travaux. Tout dans ce lieu splendide, du bâtiment lui-même jusqu’aux petites cuillères, porte la patte du maître. Sauchiehall, le nom de la rue dans lequel il est situé, signifie “allée des saules” en gaélique, ce qui explique le choix de motifs stylisés rappelant ces arbres.

Sharmanka Kinetic Gallery & Theatre

Source d’émerveillement pour les enfants et d’émotion pour les grands, cet extraordinaire théâtre mécanique se cache dans le centre artistique Trongate 103. Fondé à Saint-Pétersbourg, il donne vie à des objets : de minuscules figurines sculptées à partir de vieux matériaux de récupération racontent des histoires comiques et tragiques au son d’une musique inoubliable. Tour à tour joyeux, ironique ou macabre, voici un spectacle intelligent, amusant, plein de vie, et qui donne à réfléchir. Les représentations complètes ont lieu à 19h le jeudi et le dimanche, et des versions abrégées sont proposées tous les jours (5 £ avec deux entrées enfant gratuites) du mercredi au dimanche (horaires par téléphone ou sur Internet). La galerie est aussi ouverte entre les représentations.

Glasgow Cathedral

Incontournable, la cathédrale de Glasgow, d’une beauté rare, est un témoignage grandiose de l’architecture gothique. C’est aussi l’une des rares cathédrales d’Écosse à avoir été relativement épargnée par les destructions qui accompagnèrent la Réforme. L’essentiel des bâtiments actuels date du XVe siècle. On entre dans la cathédrale par une porte latérale qui donne dans la nef, où flottent les couleurs de plusieurs régiments. La charpente en bois a été restaurée à maintes reprises, mais certaines poutres datent encore du XIVe siècle. Beaucoup des très beaux vitraux, longs et étroits, sont de facture contemporaine. Sur la gauche, le grand vitrail ouest, The Creation (1958), est l’œuvre de Francis Spear. Un jubé de pierre datant de la fin du XIVe siècle, doté de sculptures représentant les sept péchés capitaux, sépare la nef du chœur ; dans ce dernier, remarquez au passage les superbes armoiries qui ornent le plafond de bois. Derrière la cathédrale, la nécropole s’étire sur une colline verdoyante. Les tombes victoriennes élaborées des industriels fortunés de la ville forment un cadre étonnant pour une promenade offrant une belle vue et quelques frissons.

Botanic Gardens

Les jardins botaniques permettent d’échapper délicieusement à la plutôt bruyante Great Western Rd. Pourtant, ce parc luxuriant ne semble guère attirer les habitants (sauf lors des week-ends ensoleillés). Il suffit en effet de s’éloigner un peu de l’entrée pour se retrouver seul. Les jardins boisés s’étendent le long de la berge de la Kelvin. Vous y découvrirez une foule de plantes tropicales. Dans le parc, le Kibble Palace, impressionnant bâtiment victorien de verre et de fer datant de 1873, est l’une des plus vastes serres de Grande-Bretagne. N’oubliez pas de faire un détour par le jardin des simples (herb garden), où sont cultivées des plantes médicinales. Cet espace vallonné et verdoyant forme un cadre idéal pour un pique-nique. En été, des circuits pédestres et des concerts sont organisés ici.

Mis à jour le : 8 avril 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet s’est associé à easyJet pour publier ce guide atypique couvrant deux destinations pour vous accompagner tout…