Bulgarie : Culture

Coutumes

Les Bulgares adorent faire la fête, et les occasions ne manquent jamais pour cela. Outre les fêtes religieuses et les jours fériés, il célèbrent avec ferveur tous les événements importants de la vie et de la famille, tels que les mariages, les anniversaires, les baptêmes, "les premiers pas" (d'un enfant), et les pendaisons de crémaillère. Ils n'oublient jamais les fêtes liées au saint dont ils portent le nom (on célèbre ainsi les Aleksandar tous les 30 novembre, le jour de la St Aleksandar). Chaque année, le plupart des villages connaissent un jour de fête. Les habitants arrêtent alors de travailler pour manger, boire et entreprendre des activités ludiques (comme les courses à cheval et la lutte) ou traditionnelles, tel que la danse sur des charbons ardents (dans les villages reculés du parc national de Strandja). La Bulgarie reste une société conservatrice et traditionnelle. Le mode de vie rural n'a guère changé depuis un siècle. Il en va différemment dans les villes, tournées vers l'Europe et le mode de vie occidental.

Langue

Le bulgare est une langue slave du Sud transcrite en caractères cyrilliques. Cet alphabet, créé au IXe siècle par deux frères de Thessalonique, les saints Cyril et Méthode, constitue l'un des liens étroits avec les Russes. Le russe reste la deuxième langue des plus âgés et continue d'être enseigné dans les écoles. Les jeunes s'intéressent davantage à l'anglais.
Attention ! Les Bulgares, comme les Grecs, ont une gestuelle bien particulière : pour dire oui, ils tournent la tête de côté, pour dire non, ils l'inclinent d'avant en arrière.
Quelques mots et expressions utiles en bulgare :

  • Bonjour (poli) : zdraveyte
  • Bonjour (informel) : zdrasti
  • Au revoir (poli) : dovizhdane
  • Au revoir (informel) : chao
  • S'il vous plaît : molia
  • Merci : blagodaria
  • Merci (informel) : mersi
  • Je suis désolé (pardon) : sazhalyavam (prostete)
  • Excusez-moi : izvinete me
  • Oui : da
  • Non : ne
  • Je ne comprends pas : az ne razbiram
  • Où se trouve ? : kâde e ?
  • Combien cela coûte-t-il ? : kolko stuva ?

Nourriture

Les Bulgares se nourrissent de plats à base de viande, de pommes de terre et de haricots, accompagnés de salades. Méfiez-vous des verres à eau remplis de rakia et de mastika, deux alcools appréciés, mais très forts. Le petit déjeuner, à base de pain, se prend en chemin : remarquez les échoppes qui vendent de délicieux banitsi, dont la pâte est au fromage, avec lesquels on boit souvent du boza, une boisson au millet. Le déjeuner constitue le principal repas de la journée. Le dîner se prend tard le soir et indique surtout le passage des apéritifs aux alcools plus sérieux.

Religion

Le régime communiste tenta de décourager la pratique religieuse durant plus de 40 ans. Si la très grande majorité des Bulgares est de confession orthodoxe, la religion reste le domaine des plus âgés, la jeunesse bulgare délaissant volontiers les églises.

Arts

Après cinq siècles de domination ottomane, la culture bulgare a connu une renaissance au XIXe siècle sous l'impulsion d'écrivains et d'artistes. Auteur de superbes fresques, le peintre Zahari Zograf (1810-1853) s'est inspiré de l'art médiéval bulgare des monastères. Les musées de ces monastères recèlent aussi d'étonnantes sculptures de saints de la taille d'un grain de riz, réalisées par des moines contemplatifs.
Idéalistes et souvent engagés dans les luttes politiques, nombre de poètes ont marqué l'histoire de la littérature bulgare. Citons Christo Botev (fin du XIXe siècle), Dimcho Debelyanov, tué au cours de la Première Guerre mondiale ou Geo Milev, partisan des insurrections de l'après Première Guerre mondiale, capturé et tué par la police. Très célèbre, Ivan Vazov est connu pour son roman, Sous le joug (1890), qui décrit le soulèvement de 1876 contre les Turcs.
Un ancien mythe grec fait de la Thrace le pays d'origine d'Orphée et des muses, une tradition que revendiquent les chanteurs bulgares. Les chants religieux orthodoxes sont marqués par le mysticisme des fables et des légendes régionales. Les chansons et les danses populaires reflètent davantage l'influence turque. Le Mystère des voix bulgares, choeur polyphonique féminin, a fait connaître cette musique dans le monde entier.

Mis à jour le : 27 août 2013
Vizeat

Articles récents

Paramètres des cookies