Singapour : Culture

Coutumes

La société singapourienne est en pleine mutation du fait du dynamisme de la nouvelle génération. Si le gouvernement cherche à promouvoir la définition de l'identité nationale, qui reposerait sur les "valeurs asiatiques traditionnelles", idéal néo-confucianiste associant soumission à la famille et à la société, dévouement au travail et ambition sociale, les jeunes se tournent vers la culture populaire occidentale. Toutefois, des valeurs traditionnelles propres demeurent, qui coexistent avec celles réveillées par l'Occident : pratiques culinaires, recherche d'une identité artistique, retour sur le passé allant de pair avec une interrogation sur le sens de la modernité.
Les coutumes et croyances des cultures malaise et indienne, partie prenante de la société singapourienne, perdurent.
Attention ! Un certain nombre d'activités à Singapour sont traitées avec une grande sévérité. Ainsi, fumer dans un lieu public vous expose à une amende de 319 €, et s'il est permis de fumer dans la rue, en jeter le mégot par terre vous en coûtera en revanche 637 €. Les amendes les plus fortes sont appliquées dans le métro (MRT), fierté de Singapour : interdiction formelle d'y fumer, d'y boire et d'y manger, ou encore... d'omettre de tirer la chasse d'eau après y avoir utilisé les toilettes !

Langue

Si Singapour compte quatre langues officielles, les dialectes chinois, dont les plus courants sont le hokkien, le teochow, le cantonais, le hainan et le hakka, restent très répandus, surtout chez les Chinois âgés. Cependant, la campagne gouvernementale de promotion du mandarin a rencontré un grand succès.
L'anglais est de plus en plus répandu. Singapour en a développé sa propre variante, le "singlish", forme contractée à laquelle se mêlent des mots empruntés au hokkien et au malais. Le mot lah, omniprésent, est un mot à tout faire que l'on ajoute à la fin des phrases pour leur donner plus de force.
Quelques exemples de singlish :

  • ça va ? : can ?
  • oui, ça va ! : can !
  • chance : heng (hokkien)
  • regarde : looksee
  • petite amie : minah
  • embarrassé : malu
  • fatigué : shack
  • suffixe à toute question ("can or not ?") : or not ?
  • super ! : steady lah

Nourriture

La diversité des restaurants est tout simplement incroyable : on trouve à Singapour tous les styles de cuisine imaginables. Si l'on voulait attribuer à Singapour un plat national, ce serait le hokkien fried mee, baptisé "nouilles frites de Singapour", servi dans tous les hawkers' centres (restaurants de rue) de la ville, mais vous aurez naturellement le choix (parmi mille autres !) entre tous les plats traditionnels chinois (dim sum, bouchées présentées dans des petits bols, servies sur des plateaux tournants, steamboat, fondue chinoise, char kway teow, nouilles larges, palourdes et œufs revenus dans une sauce au piment et aux haricots noirs...), indiens (masala dosai, fine galette fourrée de légumes épicés et accompagnée d'une soupe relevée, murbatak, crêpe farcie d'œufs et de mouton haché...) et malais (satay, petites brochettes de poulet, mouton ou bœuf, ikan assam, poisson frit avec un curry au tamarin amer, nasi lemak, riz à la noix de coco servi avec des anchois frits, des cacahuètes et un curry...). Si tout cela ne vous met pas l'eau à la bouche...

Religion

La diversité des religions est à l'image de la variété des groupes ethniques de Singapour. Les Chinois, avant tout bouddhistes, ont le culte d'anciennes divinités, mais certains sont chrétiens. Les Malais sont très majoritairement musulmans. La plupart des Indiens sont des hindous originaires du sud de l'Inde, mais comptent également une proportion assez importante de musulmans et un certain nombre de Sikhs.
Malgré l'importance grandissante des valeurs laïques, les religions traditionnelles restent pratiquées par la majorité des habitants, qui célèbrent presque toutes les fêtes religieuses.
Il est à noter que le régime, qui se méfie de tout ce qui a trait à la religion, a aboli l'instruction religieuse à l'école, tout en prônant le confucianisme.

Arts

La vie artistique, longtemps passée après le développement économique, retrouve actuellement droit de cité et on peut assister à des spectacles de musique et de danse traditionnelles.
L'opéra chinois (wayang) associe dialogues, musique, chansons et danses. À Singapour, il s'inspire de la variante cantonaise, moins sophistiquée et plus proche de l'opérette, et met en valeur les couleurs vives des costumes et la musique qui accompagne l'action.
La danse du lion est accompagnée de tambours et de cymbales, qui invoquent les esprits.
Elle est habituellement exécutée au cours des fêtes chinoises, dans le but d'attirer la bienveillance des dieux.
Il est parfois possible d'assister à des représentations de danses malaises et indiennes. L'opéra malais (bangsawan), originaire de Perse, est une forme d'art dramatique populaire encore pratiquée.

Vizeat

Articles récents