Népal

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Népal
  4. Comment circuler

Népal : Comment circuler

Se déplacer au Népal

Circuler au Népal relève parfois du défi. En raison du relief, des conditions climatiques et de l’état des véhicules, peu de voyages se déroulent comme prévu. L’ingéniosité népalaise permet toujours d’arriver à bon port, mais prévoyez une marge de temps importante (ainsi que de quoi manger !). Enfin, voyez les délais et les contretemps comme faisant partie intégrante de la vie au Népal.
La marche reste le mode de déplacement le plus répandu, en particulier dans les montagnes, où les routes sont inexistantes et les pistes d’atterrissage, rares. Ailleurs, on se déplace en bus, en jeep, en moto, en train et en avion – avec des engins qui semblent tenir le coup comme par miracle.
Il est plus prudent d’éviter tout déplacement durant les grandes fêtes, car les bus, les vols et les hôtels sont alors pris d’assaut.

Avion

Vu le relief du pays, le Népal possède un excellent réseau aérien intérieur. Les ingénieurs ont construit des pistes d’atterrissage au fin fond de la jungle et au coeur des montagnes, sur les versants des sommets de l’Himalaya. Mais les pilotes doivent encore se fier à la navigation visuelle pour trouver un moyen d’atterrir, et rares sont les années où il n’y a aucun accident dans les montagnes.
Les vols étant tributaires de la météo, les avions décollent rarement à l’heure et sont souvent annulés à la dernière minute en raison d’une mauvaise visibilité. Il est essentiel de prévoir une marge de temps supplémentaire dans votre programme. Même si votre avion décolle à temps, il est tout à fait possible qu’il ne puisse pas atterrir à l’endroit prévu à cause du brouillard. Il serait très imprudent de réserver votre retour à Katmandou à moins de 3 jours de votre départ du Népal.
En cas d’annulation, la compagnie aérienne essaiera de vous trouver une place sur le prochain vol (certaines assurent des vols supplémentaires pour résorber le retard une fois la météo redevenue clémente). Si vous décidez de ne pas attendre, vous devriez pouvoir annuler votre billet sans avoir de pénalités à payer, mais le remboursement peut demander du temps.

Compagnies aériennes népalaises

La compagnie aérienne locale la plus importante est Nepal Airlines (01-4220757 ; www.royalnepalairlines.com ; Kantipath), anciennement Royal Nepal Airlines (RNAC). En terme de sécurité, Nepal Airlines offre des résultats comparables à ceux des autres compagnies népalaises. Toutefois, si votre destination est desservie par une compagnie aérienne privée, il sera toujours plus judicieux d’opter pour cette dernière. Nepal Airlines dessert actuellement, et entre autres, Biratnagar, Pokhara, Lukla, Phaplu, Bhojpur, Lamidanda, Tumlingtar, Suketar, Dolpo, Manang, Jumla et Simikot.
Les compagnies privées népalaises, qui pratiquent des tarifs légèrement plus élevés, sont plus fiables. La plupart des vols partent de Katmandou, mais il existe aussi des aéroports de moindre importance à Pokhara, à Nepalganj et à Surkhet dans le Sud-Ouest, ainsi qu’à Biratnagar, dans le Sud-Est. La plupart des compagnies proposent des “survols panoramiques des montagnes” le matin. Si vous décollez de Katmandou, sachez que les liaisons intérieures ne démarrent que quand ces derniers sont terminés.
Les compagnies suivantes possèdent un bureau à Katmandou :
Agni Air (01-4107812 ; www.agniair.com ; Shantinagar). Dessert Lukla, Pokhara, Tumlingtar, Phaplu, Bhadrapur, Biratnagar et Jomsom.
Buddha Air (01-5542494 ; www.buddhaair.com ; Hattisar). À destination de Pokhara, de Bhadrapur, de Janakpur, de Bharatpur, de Bhairawa, de Biratnagar, de Simara et de Nepalganj (entre autres).
Guna Airlines (01-4106691 ; www.gunaairlines.com). Vers Pokhara, Biratnagar, Bhairava et Simara.
Sita Air (01-4490103 ; www.sitaair.com.np ; Sinamangal). Pour Lukla, Tumlingtar, Pokhara et Jomsom, entre autres destinations.
Tara Air (01-4213002 ; www.taraair.com ; Thamel Chowk). Filiale de Yeti Airlines. Relie Katmandou à Lukla, à Lamidanda, à Phaplu, à Meghauli et à Syangboche ; Pokhara à Jomsom et à Manang ; et Lukla à Syangboche, dans la région de l’Everest.
Yeti Airlines (01-4213002 ; www.yetiairlines.com ; Thamel Chowk). La plus grande compagnie privée appartient à des Sherpa. Elle dessert notamment Pokhara, Biratnagar, Nepalganj, Lukla, Bhadrapur, Janakpur, Bhairawa, Tumlingtar et Bharatpur.

Sécurité aérienne

Avant de prendre un vol domestique au Népal, il convient d’envisager la question de la sécurité aérienne. Mais il faut aussi mettre dans la balance les risques que présentent les déplacements par la route, ainsi que le gain de temps qu’offre l’avion. Entre un vol de 45 min et un trajet en bus de 17 heures sur des routes de montagne peu entretenues, la plupart des voyageurs optent pour l’avion. À titre d’information, voici quelques accidents survenus ces dernières années :
Octobre 2008 Un avion de Yeti Airlines transportant des trekkeurs européens rate l’atterrissage à Lukla : 18 morts.
Août 2010 Un avion d’Agni Air en route pour Lukla s’écrase : 14 morts.
Décembre 2010 Un avion de Tara Air s’écrase lors de son vol Lamidanda- Katmandou : 22 morts.
Septembre 2011 Par suite du mauvais temps, un vol de Buddha Air s’écrase à Godawari : 19 morts.

Billets

Les compagnies aériennes apparaissent aussi vite qu’elles ne disparaissent et les horaires évoluent. Aussi est-il préférable de réserver votre billet par l’intermédiaire d’une agence de voyages, d’une agence de trekking ou de votre hôtel. Les voyageurs étrangers doivent régler leur billet en devises fortes, habituellement en dollars US. Les résidents et les citoyens népalais payent environ 40% du tarif appliqué aux touristes, ce qui n’est pas négligeable quand on doit payer le vol de son guide ou de son porteur jusqu’à Lukla, pour le trek de l’Everest. Les frais d’annulation avant le départ sont de 10 à 15% du prix du billet. En cas de non-présentation à l’enregistrement, le billet est généralement perdu.
Tous les voyageurs doivent acquitter un supplément de 2 $US par trajet pour l’assurance, ainsi qu’une surtaxe pour le carburant, tous deux inclus dans les tarifs indiqués dans ce guide. Les billets ne s’échangent pas d’une compagnie à une autre. Cependant, certaines compagnies se sont déjà échangé des passagers à la dernière minute ! Reconfirmez toujours votre billet la veille de votre vol. Si vous “disparaissez” de la liste des réservations, il vous faudra plusieurs jours pour réapparaître.
Les bagages sont limités à 15 kg par personne. Sur certains vols, il est impossible de payer pour un excédent. Les couteaux, les briquets, les bonbonnes de gaz et les bâtons de marche ne sont (bien sûr) pas autorisés en cabine.

Bus

Les bus constituent le principal mode de transport public. Aussi bon marché qu’inconfortables, ils desservent à peu près toutes les destinations et s’arrêtent à la demande. On peut aussi y monter à tout moment, mais il est plus facile de trouver un siège en début de ligne. Pour les bus longue distance, mieux vaut réserver 2 ou 3 jours à l’avance.

Bus publics

La plupart des villes des plaines sont accessibles en bus au départ de Katmandou ou de Pokhara. Sachez toutefois que les bus népalais sont lents, bruyants et inconfortables, et que les pannes semblent presque inévitables. Heureusement, les services sont assez fréquents pour que l’on puisse prendre un autre bus si le premier tombe en panne.
Sur les longs trajets, les bus s’arrêtent régulièrement. Il est déconseillé de voyager de nuit : les chauffeurs profitent de ce que les routes sont peu fréquentées pour rouler trop vite ; les accidents mortels sont tristement courants. Le Népal recense 30 fois plus d’accidents de la route meurtriers que la plupart des pays développés. La nuit, certains chauffeurs font une halte de quelques heures pour dormir, mais les autres continuent à rouler à toute allure, avec la musique à fond.
De nombreuses compagnies privées proposent des bus “ordinaires” et des bus “express”, plus rapides, plus onéreux et dotés d’éléments de confort – comme des rideaux pour se protéger du soleil. Les billets peuvent être achetés à l’avance au guichet correspondant (demandez sur place où aller, car les pancartes sont souvent en népali) ou à bord, auprès du chauffeur.
Les gros bagages vont sur le toit ; le chauffeur vous les montera contre un pourboire. Les vols de bagages sont assez courants : mettez un cadenas à votre sac et attachez-le au portebagages. Surveillez toujours vos affaires lors des arrêts – les sacs à dos sont une proie facile pour les voleurs qui peuvent facilement les emporter.
Rapides, fréquents et incroyablement bondés, les “bus locaux” qui circulent entre les petites villes sont pratiques pour les excursions d’une journée. Toutefois, vous aurez du mal à entrer dans le bus avec votre sac à dos, et les prix pour les étrangers sont gonflés par des chauffeurs peu scrupuleux.
Sachez que les routes dans l’extrême est et l’extrême ouest du Népal peuvent être coupées après la mousson. Tous les ans, les pluies entraînent des inondations qui détruisent des pans de route entiers et des ponts. En 2008, entre Mohanpur et Itahari, la Mahendra Hwy a ainsi été coupée pendant plusieurs semaines à la suite d’une crue dévastatrice de la Sapt Kosi. Lorsque les routes sont bloquées, il peut être possible de contourner l’obstacle à pied ou en transport local. Renseignez-vous auprès des habitants.

Bus touristiques

Les agences de voyages offrent un certain nombre de bus utiles pour les destinations touristiques les plus prisées. Ces véhicules partent de la gare routière touristique de Pokhara et du bout de Kantipath (côté Thamel), à Katmandou. Plus confortables et moins bondés que les bus locaux, ils sont aussi un peu plus chers. Les bus deluxe Greenline (%4257544 ; www.greenline.com.np ; Tridevi Marg) relient Katmandou à Pokhara et à Sauraha (pour le Chitwan National Park).

Circuits organisés locaux

Les treks sont les circuits organisés les plus communs au Népal, mais des sorties d’observation de la faune sont également proposées dans la majorité des parcs nationaux du pays, et on peut faire des visites touristiques intéressantes dans la vallée de Katmandou. Presque toutes les agences de voyages du Népal peuvent organiser une formule sur mesure en fonction de vos intérêts, de votre budget et de votre planning.
Best of Asia (BOA) Overland Trips (www.boa-overland.com), qui a un bureau dans la Kathmandu Guest House, propose des circuits dans des camions climatisés, au Népal ou incluant le Népal – circuit de 14 jours jusqu’en Inde et de 26 jours à destination du Tibet et du mont Kailash, entre autres.

En stop

Il est possible de faire de l’auto-stop et de voyager dans des camions ou des véhicules privés, mais les conducteurs s’attendront à ce que vous payiez votre trajet. Les précautions habituelles s’imposent : ne faites jamais de stop seul et ne montez pas dans une voiture si le chauffeur a bu.

Transports urbains

Auto-rickshaw et rickshaw

Les nombreux rickshaws qui sillonnent le vieux Katmandou et les villes du Teraï sont pratiques pour un court trajet dans les rues étroites et bondées. N’hésitez pas à marchander le prix de la course. Bruyants et polluants, les auto-rickshaws sont progressivement supprimés. Il en reste encore quelques-uns dans deux ou trois villes du Teraï.

Taxi

Des taxis circulent dans les grandes villes comme Katmandou et Pokhara. Ils effectuent aussi bien des courses courtes que de longues distances. Les taxis dotés d’un compteur possèdent une plaque minéralogique noire. Les voitures privées qui font office de taxi pour de grands trajets arborent des plaques rouges.
On peut arrêter un taxi n’importe où, et on en trouve autour des arrêts officiels dans des destinations touristiques comme Bhaktapur et Patan. Sur certains trajets, des taxis peuvent refuser d’utiliser le compteur : c’est souvent pour faire payer plus cher les touristes, mais ça peut aussi être lié au coût croissant du carburant ou aux difficultés de circulation. Si un chauffeur refuse d’utiliser son compteur, essayez avec un autre taxi. Si aucun taxi n’est prêt à employer le compteur, tentez de marchander pour atteindre un prix raisonnable.

Tempo

Un tempo est un énorme auto-rickshaw qui suit un itinéraire fixe dans les plus grandes villes. Les vieux tempos diesel pollueurs ont été remplacés par des tempos safa (propres), qui fonctionnent à l’électricité ou au gaz, et par des minibus classiques à essence. Cela a permis d’assainir considérablement l’air dans la vallée de Katmandou. Les chauffeurs prennent et déposent les passagers n’importe où le long du parcours ; tapez sur le toit avec une pièce de monnaie quand vous voulez descendre.

Vélo

Katmandou et Pokhara comptent de nombreux loueurs de vélos. Et pour cause : la bicyclette constitue un moyen aussi économique que pratique de se déplacer. La location des vélos indiens ou chinois standards revient à environ 350 Rs/ jour. Toutefois, sachez que ces montures peuvent être très difficiles à manoeuvrer. Plusieurs enseignes de Katmandou louent des VTT importés moyennant de 8 à 12 $US/jour environ. On trouve aussi des vélos enfant.

Voiture et moto

Assurance

Si vous avez l’intention de conduire une moto au Népal, vérifiez attentivement votre assurance voyage, qui peut exclure cette garantie au titre des “activités dangereuses”. Les véhicules de location n’incluent que rarement une assurance. En cas de dommages, il peut vous en coûter cher.

Code de la route

Sachez qu’au Népal on roule à gauche et qu’on peut tourner à gauche sans s’arrêter. Aux ronds-points, les véhicules entrant ont la priorité sur les véhicules déjà engagés. Quasiment personne n’utilise les clignotants et l’on déboîte sans se soucier des autres véhicules.
Efforcez-vous de ne pas avoir à faire avec la police de la route : les Népalais font l’objet de demandes de pots-de-vin, et les étrangers semblent être de plus en plus souvent visés.
En bref, ne faites confiance à rien ni à personne. N’oubliez pas qu’à tout moment, des personnes peuvent surgir en face de vous sans aucun avertissement, sans compter les poules, les canards, les chiens ou les vaches (tuer une vache accidentellement peut avoir des conséquences graves en terre hindouiste).

Location

Il n’est pas possible de louer une voiture sans chauffeur au Népal. En revanche, on peut facilement louer une voiture ordinaire ou une jeep avec chauffeur par l’intermédiaire d’une agence de voyages. Comptez de 60 à 100 $US/ jour, carburant compris. Les taxis sont moins chers, mais il vous faudra négocier un prix directement avec le chauffeur. N’oubliez pas que vous devrez payer le retour du chauffeur, que vous repartiez ou non avec lui, de même que sa nourriture et son hébergement si le circuit dure plusieurs jours.
On peut louer des motos à Katmandou et à Pokhara pour 500 à 700 Rs/jour. Vous aurez besoin d’un permis moto international ou de votre pays d’origine, et devrez laisser votre passeport en guise de caution. Faire des photos numériques du véhicule loué peut être une bonne idée, pour le cas où le loueur voudrait vous imputer par la suite des dommages qui existaient déjà.
Le Népal doit faire face à de grosses pénuries de carburant. Les stations service peuvent être à sec pendant plusieurs jours d’affilée, et il faut alors attendre des heures aux quelques stations approvisionnées, ou éventuellement, pour les motards, acheter de vieilles bouteilles remplies d’essence dans des boutiques locales.

Circuits organisés

Quelques agences de voyages, implantées au Népal ou à l’étranger, organisent des circuits à moto au Népal et pourront vous renseigner :
Asia-Bike-Tours (www.asiabiketours.com). Contact en Autriche et en Inde.
Blazing Trails (www.blazingtrailstours.com). Contact en Inde et en Grande-Bretagne.
Wild Tracks (www.wildtracksnepal.com). Contact à Katmandou.
Hearts and Tears (www.heartsandtears.com ; voir p. 213). Contact à Pokhara.
Himalayan Enfielders (www.himalayanenfielders.com). Contact à Katmandou.
Himalayan Offroad (www.himalayanoffroad.com). Contact à Katmandou.
Himalayan Roadrunners (www.ridehigh.com). Contact à Katmandou.

Mis à jour le : 15 février 2013

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable au Népal

Paramètres des cookies