Laos : Culture

Coutumes

La stratification ethnique complexe du Laos implique une très grande hétérogénéité des traditions, que les us et coutumes du groupe dominant (Lao Loum) ont cependant tendance à cacher. La cérémonie du basi constitue le rite principal observé par les Laotiens. Les fêtes religieuses, qui scandent le calendrier bouddhique, sont ponctuées de nombreuses processions chamarrées et bruyantes (le feu d'artifice y occupe une place de choix).

Langue

Le langage dominant est le lao tel qu'on le parle à Vientiane. Le français n'est plus utilisé que par les anciennes élites. L'anglais tend à s'imposer chez les jeunes.
Quelques expressions utiles :
Bonjour : Sabaai-dii
Merci : Khwap jai
Excusez-moi : Khaw thoht
Ca va bien ? : Sabaii-dii baw ?
Je m'appelle. : Khawy seu
Je viens de. : Khawy maa tae
À gauche : Sâai
À droite : Khwaa
Allez tout droit : Pai seu-seu
Nord : Thit neua
Sud : Thit tâi
Ouest : Thit taawan tok
Est : Thit taawan awk
Voiture : Lot
Moto : Lot jak
Bicyclette : Lot thiip
Hôtel : Hohng haem
Avez-vous une chambre ? : Mii hawng baw ?
C'est combien ? : Thao dai ?

Nourriture

L'influence de la Thaïlande voisine se fait également sentir dans la cuisine locale. Tous les plats laotiens sont préparés avec des produits frais, dont les ingrédients principaux sont : les légumes (phak), le poisson (paa), le poulet (kai), le canard (pét), le porc (muu), et le bœuf (sin ngua). Le jus de citron vert, la citronnelle et les feuilles de coriandre fraîche donnent à la cuisine laotienne de savoureux parfums. Citons, parmi les plats les plus répandus, le laap : une délicieuse salade composée de viande, de poulet ou de poisson en tranches fines, agrémentée de citron vert, d'ail, d'oignons verts, de feuillet de menthe et de piments rouges ; le tout accompagné de riz gluant (la base de l'alimentation locale).

Religion

Le bouddhisme Theravada (plus ancien, selon ses adeptes, que le Mahayana dominant dans l'est de l'Asie) est pratiqué par près de 60% de Laotiens. Chaque homme peut être amené, durant une brève période de son existence, à devenir moine (entre la fin de ses études et son entrée dans la vie active). La religion dominante constitue le noyau dur de la culture locale.
Malgré son interdiction officielle, une fraction de la population continue de respecter un rite animiste : le phii. Même à Vientiane, de nombreux habitants célèbrent la cérémonie principale issue de ce culte – le basi – qui consiste à attacher aux poignets de l'invité d'honneur des fils de coton blanc censés retenir les 32 esprits protecteurs contenus dans son corps. Enfin, les anciennes élites ont adopté, sous l'influence des Français, le christianisme, et une petite communauté musulmane – des descendants de marchands arabes ou indiens installés au Laos – existe dans la capitale.

Arts

La culture traditionnelle du Laos a été fortement influencée par les civilisations khmère, vietnamienne et thaïlandaise. Ces influences croisées sont particulièrement sensibles dans la sculpture, la musique classique ou la danse. La musique populaire présente davantage de spécificités. Elle est basée sur le khene, un instrument à vent composé d'une double rangée de quatre à huit roseaux ressemblant à des bambous. Le Laos possède également un théâtre populaire, le mo lam. L'art traditionnel laotien s'est surtout développé autour de la religion, au niveau architectural (les vat, temples traditionnels) et sculptural (avec des représentations du Bouddha debout).

Mis à jour le : 11 novembre 2012
Vizeat

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le compagnon des voyageurs au long cours en Asie du Sud-Est, à glisser dans tous les sacs à dos avant le départ.
 

Paramètres des cookies