Kirghizistan : Culture

Coutumes

Peuples d'origine nomade, les Kirghiz ont encore aujourd'hui conservé un attachement très fort avec leur mode de vie ancestral rythmé par les saisons. Pour preuve la place centrale qu'occupent le cheval et la yourte. La yourte, tente circulaire utilisée depuis le VIe siècle, est le refuge des familles qui montent dans les alpages à la belle saison. Les Kirghiz sédentarisés continuent par ailleurs à vivre dans leur appartement comme s'il s'agissait d'une yourte. Le cheval est central dans la vie des nomades. Parmi les nombreux jeux équestres communs aux peuples nomades d'Asie centrale, le kyz-kuu (« rattraper la fille ») est une course qui oppose la gent féminine et la gent masculine : le garçon doit arriver premier tout en évitant les coups de cravache de la jeune fille. S'il gagne, il obtient un baiser de la belle. Moins ludique, et malgré son interdiction en 1991, on pratique encore l'enlèvement d'une jeune femme qui débouchera sur un mariage forcé.

Langue

On compte une trentaine de langues parlées au Kirghizstan. Leurs origines sont altaïques (turque), indo-européennes, sino-tibétaines, caucasiennes, ouraliennes et coréennes. Le kirghiz et le russe sont les langues majoritaires et officielles, mais les minorités linguistiques représentent 47% de la population. Il y a plus de Kirghiz (64,9%) que de locuteurs kirghiz (52,7%). Le kirghiz officiel est celui du Nord, lequel a subi les influences du mongole et du kazakh, dont il est très proche. Le kirghiz du Sud a subi celles de l'ouzbek, du farsi et du tadjik. Inversement, il y a plus de russophones (30,3%) que de Russes (12,5%) car de nombreuses communautés minoritaires (Ukrainiens, Allemands, Biélorusses, Arméniens, Géorgiens, Tatars, Coréens, Kurdes ou Bachkirs) utilisent le russe comme langue de communication.

Nourriture

Riz, savoureux assaisonnements, légumes, yaourt et viandes grillées : la cuisine centrasiatique ressemble à celle du Moyen-Orient ou de la Méditerranée. Les plats servis au Kirghizstan trouvent leur origine dans la cuisine nomade et sont donc principalement à base de viande (y compris d'abats), de produits laitiers et de pain. Les laghman (nouilles) épicées règnent en maîtres, sous l’influence des Dounganes (Chinois musulmans). Les hoshan, boulettes de pâte frites et cuites à la vapeur apparentées aux manty (raviolis), se dégustent tout chauds sur les marchés. Le yaourt vous laissera un souvenir impérissable. En dépit de leur héritage musulman, la plupart des Kirghiz boivent de l'alcool, du moins avec leurs invités. Si vous n'aimez pas les alcools forts (en général, de la vodka), mieux vaut vous en excuser à l'avance. On vous servira aussi peut-être du koumis, lait de jument fermenté et légèrement alcoolisé, disponible uniquement au printemps et en été, lorsque les juments mettent bas. En revanche, le bozo (alcool épais et mousseux à base de millet fermenté) est disponible toute l'année. Le thé, longuement infusé, est coupé d’eau bouillante et de lait au moment du service.

Religion

Le Kirghizstan est une république laïque dont la constitution garantit la liberté de culte. La religion dominante est l'islam sunnite. Comme chez l'ensemble des peuples nomades d'Asie centrale, la coutume nomade, adat, prévaut souvent sur la charia. L’islam de l’Asie centrale demeure imprégné d’influences préislamiques : reliques, pierres sacrées, “arbres de vœux” chamaniques aux branches nouées de rubans colorés. Aujourd'hui, les musulmans représentent environ 75% de la population, contre 20% pour les orthodoxes et 5% pour les autres confessions.

Arts

La littérature centrasiatique a traditionnellement été popularisée sous forme de chansons, de poèmes et d'histoires par des conteurs ambulants baptisés akyn. Toutefois, le Kirghizstan est aussi associé à une œuvre plus complexe : un cycle entier de légendes orales, long comme vingt fois l'Odyssée, contant les aventures d'un héros baptisé Manas. Certes, les légendes de Manas font partie d'une tradition beaucoup plus vaste et ancienne, mais elles sont surtout associées au peuple et à la culture kirghize depuis que des chercheurs russes les leur ont attribuées en tentant de bien séparer les différentes cultures d'Asie centrale. Bien que la tradition orale ait quasiment disparu, Manas reste une figure mythique de la culture kirghize. Le Kirghizstan a aussi donné naissance à au moins un célèbre écrivain contemporain : Tchinguiz Aïtmatov, traduit en français.

Mis à jour le : 11 novembre 2012
Vizeat

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l'Asie Centrale

Paramètres des cookies