Japon

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Japon
  4. Les Incontournables

Japon : Les Incontournables

A voir au Japon

Les temples et les jardins de Kyoto

Kyoto  compte plus de 1 000 temples : vous devriez bien trouver celui qui correspond à vos goûts. Si vous aimez les choses imposantes et clinquantes, vous apprécierez l’éclatante splendeur du Kinkaku-ji  . Si vous préférez le wabi-sabi (paix et sobriété) au rococo, en revanche, la tranquillité du Honen-in   ou du Shoren-in   vous conviendra davantage. Sachez que les jardins des temples sont parmi les plus beaux qui soient. Allez voir notamment ceux du Ginkaku-ji, du Ryoan-ji  et du Tofuku-ji.

Les onsen

Rien de tel que l’immersion dans le bassin d’un onsen (bain naturel alimenté par une source chaude) traditionnel. On sent les muscles de son dos se relâcher et l’on pousse un soupir de bien-être et de bonheur d’être au Japon ! Avec un peu de chance, le bassin se trouve en plein air et il y a un joli petit cours d’eau juste à côté. Les Japonais ont transformé la simple pratique du bain en une sorte de religion populaire et à travers tout le pays on peut s’adonner à ce rituel des plus relaxants. Bain dans l’un des onsen de Yunessun 

La cuisine japonaise

Dans ce paradis des fines bouches, la cuisine du Japon est merveilleusement savoureuse et variée, depuis les simples soba (nouilles de sarrasin) jusqu’au repas gastronomique kaiseki (haute cuisine). À Tokyo ou à Kyoto, vous pouvez très bien apprécier un type de cuisine japonaise différent chaque soir pendant un mois sans manger deux fois la même chose ! Une fois de retour chez soi, les plats servis dans les restaurants japonais paraissent bien décevants !

Le hanami

Au printemps, le Japon n’est que réjouissances quand les cerisiers fleurissent. Les Japonais investissent les parcs, apportant en-cas, bière et saké, pique-niquent sous les arbres, discutent, font connaissance. Certains apportent un karaoké portatif et peut-être même se mettront-ils à danser ! Il ne tient qu’à vous de vous mêler à la fête. L’Ueno-koen, à Tokyo  et le Maruyama-koen, à Kyoto  , comptent parmi les endroits emblématiques où fêter le hanami.

Un séjour dans un ryokan

Manger dans sa chambre. Passer la journée à paresser en kimono. Contempler un jardin en barbotant dans un bassin. Ne pas lever le petit doigt, sauf pour porter quelques mets à la bouche. Si cela vous tente, ne manquez pas de passer la nuit dans un ryokan (auberge traditionnelle japonaise, voir rubrique hébergement au Japon). Bien avant l’industrie des spas, les Japonais savaient ce qu’est un centre de bien-être. Tous les ryokan, du plus modeste au plus luxueux, vous donneront une idée du mode de vie traditionnel japonais.

Les châteaux

À voir leur silhouette gracieuse dominant les plaines, on n’imagine guère les sinistres réalités militaires ayant présidé à leur construction – ils semblent avoir été conçus davantage pour plaire à l’œil que pour protéger les seigneurs. Si vous vous intéressez à l’histoire militaire et au monde des samouraïs et des shoguns, ces châteaux vous passionneront, notamment le Matsuyama-jo   ou le Hikone-jo. Le Himeji-jo, l’un des plus célèbres du Japon, se refait une beauté jusqu’en 2015. 

L’Oku-no-in, au Koya-san

Dans le funiculaire qui grimpe jusqu’à l’ensemble monastique bouddhique sacré du Koya-san, on a presque l’impression de s’élever vers un autre monde. Une atmosphère sacrée empreinte de majesté spirituelle émane de tout le lieu, en particulier du vaste cimetière de l’Oku-no-in. Par des sentiers serpentant sous d’immenses cryptomerias, on parvient au pavillon principal – à ce moment-là, l’apparition d’un Bouddha semblerait la chose la plus naturelle du monde.

La bambouseraie d’Arashiyama

À l’ouest de Kyoto se trouve l’un des lieux les plus magiques (et les plus connus) du Japon : la forêt de bambous d’Arashiyama. Ces tiges d’une hauteur qui semble infinie produisent un effet visuel totalement différent de l’impression donnée par n’importe quelle autre forêt – on sent là une présence, quelque chose qu’aucune photo ne peut saisir. Si vous avez vu le film d’Ang Lee Tigre et Dragon, vous avez une idée de ce à quoi ressemble cette bambouseraie.

Les danses de geishas de Kyoto

On ne le dira jamais assez : si vous vous trouvez à Kyoto à la saison des spectacles de danse de geishas   – au printemps et à l’automne–, faites votre possible pour assister à une représentation. Ce spectacle plein de charme est des plus divertissants et se déroule comme dans un rêve. Il y a fort à parier qu’une fois le rideau tombé, après l’explosion finale de chants et de couleurs, les geishas continueront longtemps encore à danser dans votre esprit.

L’archipel d’Ogasawara

À quelque 1 000 km au sud de Tokyo, cet archipel du Pacifique est l’un des secrets les mieux gardés du Japon. Habitées seulement depuis 180 ans, ces îles subtropicales sont ourlées de plages de sable blanc baignées d’eaux tièdes azur à la faune et à la flore exceptionnelles. On plonge au milieu des dauphins, des raies manta et des tortues de mer, et l’on peut aussi randonner, faire du kayak, aller voir les baleines ou observer les étoiles. Seul hic : Chichi-jima, l’île la plus accessible, se trouve à plus de 25 heures de ferry de Tokyo.

Hiroshima

La dynamique Hiroshima  est une cité qui exprime sa bouillonnante énergie. À voir ses boulevards bordés d’arbres, sa population cosmopolite et sa vie nocturne enjouée, on a du mal à imaginer que la ville n’était plus qu’un champ de ruines quelques minutes après le largage de la première bombe atomique de l’histoire. C’est seulement lors de la visite du musée du Mémorial de la paix que l’effroyable réalité prend corps. Une leçon d’histoire, essentielle.

Les fêtes

Peut-être pensez-vous que les Japonais sont des gens conformistes et qui restent sur leur quant-à-soi. Venez donc assister à l’un de ces joyeux matsuri (fêtes) dont le pays a le secret, et vous constaterez que les habitants savent parfaitement lâcher la bride à leurs passions. De l’événement d’envergure, comme le Gion Matsuri de Kyoto  , à la fête locale organisée dans un petit hameau, ces moments pourraient bien compter parmi les plus mémorables de votre voyage. Et ne vous étonnez pas si on vous invite à participer.

Hokkaido, terre sauvage

Dernière région du Japon à avoir été “pacifiée” par le pouvoir central, Hokkaido demeure la partie la plus préservée du pays. Tout est ici à une échelle différente : le ciel est plus grand, les distances plus importantes et la nature beaucoup plus sauvage que dans le reste du territoire (c’est le dernier refuge de l’ours brun du Japon). Amateurs de nature vierge, faites le voyage !

Le ski

Le Japon est un paradis du ski et du snowboard. Entre les Alpes japonaises, dans le centre de Honshu, et les massifs de Hokkaido, où règne un froid sibérien, vous ne regretterez pas d’avoir mis quelques pulls supplémentaires dans votre valise. Un passage rapide (et peu ruineux) dans une boutique de location de matériel et vous voilà sur les pistes, alors même qu’un onsen vous attend pour une expérience unique après le ski : quoi de mieux en effet qu’un bain brûlant et un saké glacé après une journée à 100 à l’heure sur des pistes noires ?

Le kabuki

Les spectacles de kabuki (théâtre japonais stylisé) offrent une plongée dans un monde un peu étrange et surnaturel. Peu importe finalement que l’on comprenne ce qui se dit ou non : les costumes, le jeu des acteurs, les danses, le comique de situation… suffisent. Et c’est bien cela qui fait du kabuki l’un des spectacles les plus divertissants auxquels on puisse assister au Japon. Les deux meilleures salles où découvrir le kabuki sont le théâtre Minami-za de Kyoto  et le Kabuki-za à Tokyo .

Une randonnée dans les Alpes japonaises

Véritable antidote à la frénésie qui anime les grandes villes de l’archipel, les Alpes japonaises offrent l’un des paysages les plus spectaculaires de Honshu. On peut facilement passer une semaine à marcher sac au dos, de refuge en refuge, sans cesse ébahi par la splendeur de ce massif ponctué de hauts sommets.

Shopping à Tokyo

Si quelque chose existe sur terre, on peut l’acheter au Japon. Depuis le melon à 10 000 ¥ (80 €) jusqu’aux babioles des bazars à 100 ¥ (tout à moins de 1 €), vous n’imaginez pas la diversité des produits sur le marché à Tokyo. Après un détour par Ginza pour voir les célébrités faire leur shopping, rejoignez le commun des mortels à Shibuya et à Shinjuku. Et aucun voyage à Tokyo ne serait complet sans un passage au marché au poisson de Tsukiji, tout simplement le plus grand marché du genre au monde.

L’architecture moderne à Tokyo

Si le Japon est connu pour ses temples traditionnels, Tokyo n’en est pas moins un véritable musée en plein air d’édifices contemporains. La capitale n’en est plus à copier la tour Eiffel, tant s’en faut, et l’on y trouve aujourd’hui des dizaines de réalisations originales et visionnaires, fruits du travail des plus grands architectes de la planète : les boutiques chics d’Omote-sando, les projets postmodernes d’Odaiba, la nouvelle armée de tours de bureaux à Marunouchi… 

Le mont Fuji

De loin, le mont Fuji a tout de l’icône de carte postale. De près, le cône parfaitement symétrique du plus haut pic du Japon n’est rien moins que grandiose. Le lever du soleil depuis le sommet ? Un moment de pure magie. Intemporel et immensément vénéré, le Fuji-san est gravi chaque année par des centaines de milliers de personnes, qui perpétuent une tradition séculaire de pèlerinage. Le voyageur en quête de panoramas peut mettre ses pas dans ceux des peintres japonais qui immortalisèrent les vues du mont, et s’attaquer aux sommets des environs, moins intimidants.

Naoshima

Cette île-musée de la mer Intérieure de Seto est l’un des sites les plus intéressants du Japon, avec tous ses musées d’art, ses sculptures et ses “maisons d’art” (abritant chacune une installation originale). Il y a même un “art sento”, sans aucun doute le bain public le plus original du pays. Enfourchez un vélo ! Pendant la balade, vous aurez tout le loisir de contempler le cadre splendide que forme, en arrière-plan, la mer Intérieure et ses petites îles. Et si la température monte, un petit bain vous rafraîchira.

Le Kumano Kodo

Les anciens chemins de pèlerinage du Kumano Kodo, dans le sud du Kansai, vous transportent dans un temps où l’on acheminait les marchandises à dos d’homme sur les sentiers sinuant à flanc de montagne. Marcher dans des forêts de cèdres, visiter des sanctuaires, faire étape dans des auberges confortables et terminer par un bon bain dans les meilleurs onsen de la région : voilà de quoi occuper quelques jours agréables le long du Kumano Kodo. 

Le sumo

Pour les spectateurs assis au bord du cercle, assister à un combat entre deux yokozuna (lutteurs du rang le plus élevé), c’est un peu comme voir deux montagnes s’élancer l’une vers l’autre : on sent pratiquement la terre trembler.
Et même lorsqu’on est installé tout en haut, un combat de sumo reste l’un des moments forts de tout voyage au Japon. Rituel de la poignée de sel, appels incantatoires de l’arbitre, interminable période d’observation : tout cela est unique – et exclusivement japonais.

Le Daibutsu (Grand Bouddha) de Nara

Rendez-vous au Todai-ji, célèbre temple de Nara, arrêtez-vous un instant avant d’entrer dans le grand pavillon puis, sans regarder en l’air, pénétrez à l’intérieur. Faites le vide en vous et levez alors les yeux vers le Grand Bouddha : on peut presque sentir l’énergie irradier de cette colossale statue, plus grande réalisation en bronze au monde du Bouddha cosmique. À n’en pas douter, l’une des révélations les plus marquantes d’un voyage au Japon.

Kamikochi

Kamikochi, une vallée d’altitude dominée par les sommets du nord des Alpes japonaises, offre des paysages parmi les plus spectaculaires du Japon. Au départ du joli Kappa-bashi (un pont), des sentiers suivent la rivière Azusa-gawa à travers de paisibles forêts de saules, de mélèzes et d’ormes. Berceau de l’alpinisme japonais, Kamikochi est la porte d’accès au Yariga-take (3 180 m), mais sert aussi de base pour de simples balades – une petite heure de marche le long de la rivière et vous voilà aux sources chaudes du coin. En hiver, la vallée s’explore en raquettes.

Randonnée Tsumago-Magome

De la jolie ville-relais de Tsumago, qui a conservé les auberges où les seigneurs faisaient étape, suivez l’ancienne route de Nakasendo  , qui passe par des hameaux de montagne et des forêts de cèdres anciens pour rejoindre le col de Magome-toge. Après une halte dans une maison de thé, poursuivez jusqu’à Magome, où les montagnes composent l’arrière-plan des échoppes et auberges anciennes. L’itinéraire (7,8 km) est jalonné de rizières, de fermes et de roues à eau, qui ont résisté au passage des ans. 

 

Mis à jour le : 8 avril 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Japon

Paramètres des cookies