Bali et Lombok : Comment circuler

Se déplacer à Bali et Lombok

La meilleure façon de se déplacer, surtout à Bali, est en voiture, que vous recouriez ou non aux services d'un chauffeur, ou bien à moto. Vous serez ainsi libre d'aller où bon vous semble et vous pourrez explorer les régions le plus retirées.
Les transports publics sont très bon marché, mais les voyages se révèlent interminables dès que l'on sort des grands axes. En outre, de nombreuses destinations isolées sont inaccessibles.Les navettes de bus touristiques sont à la fois économiques et confortables.
 

Avion

Plusieurs compagnies assurent une liaison quotidienne entre Bali 
et Lombok. La concurrence est féroce.
À Bali, l’aéroport international Ngurah Rai se situe au sud de Tuban et Kuta. On trouve des taxis à prix fixe à l’intérieur du terminal. Le paiement se fait avant de partir (plus cher qu’un taxi classique). Pour trouver un taxi avec taximètre, il faut sortir de l’aéroport.
Si vous voyagez avec une planche de surf, vous devrez payer un supplément en fonction de la taille. Ignorez toute personne proposant ses services et ne faisant pas partie de l’infrastructure officielle. 
Nombre d’hôtels offrent le transfert depuis l’aéroport, mais on peut tout à fait se passer de ce service s’il est plus cher que les tarifs officiels.
Si vous voyagez léger, sachez que Kuta Beach est à moins de 30 minutes à pied vers le nord.
 
 

Bateau

Entre Bali et Lombok, le bateau se révèle plus simple que l’avion, d’autant que les bateaux rapides sont compétitifs en terme de gain de temps. Cependant, gardez en tête les règles de sécurité de base.
Des ferries publics circulent lentement entre Padangbai et Lembar, à Lombok.
Plusieurs bateaux rapides font la navette entre Bali et les îles Gili.

Bemo

Le bemo désigne en général un minibus ou une camionnette offrant 2 rangées de sièges en 
vis-à-vis. Il peut accueillir environ 12 personnes dans un espace très exigu.
Jadis le moyen de transport public roi à Bali, le bemo souffre aujourd’hui de la concurrence du nombre croissant de motos (moins coûteuses au quotidien). Un trajet en bemo peut se révéler amusant ou se transformer en cauchemar, selon l’humeur. À Bali, les voyageurs utilisent très peu les bemo, contrairement à Lombok où ils constituent le principal moyen de transport des visiteurs 
et des habitants.

Tarifs

Les bemo parcourent un itinéraire à tarif fixe (mais non affiché). Le prix minimum est de 5 000 Rp. Si vous montez dans un bemo vide, précisez toujours que vous n’avez pas l’intention de le “chartériser”.

Terminaux et itinéraires

Chaque ville possède au moins une gare (terminal bis) pour tous les types de transports publics. Les grandes villes en ont plusieurs. Si les arrêts ne sont pas toujours très clairs, la plupart des bemo et des bus arborent des pancartes. En cas de doute, renseignez-vous auprès du chauffeur.
Pour se déplacer d’un point à un autre à Bali, on doit souvent passer par une ou deux gares routières. Par exemple, pour se rendre de Sanur à Ubud en bemo, il faut aller jusqu’à la gare routière de Kereneng, à Denpasar, avant de prendre une correspondance jusqu’à Batubulan, puis de prendre un troisième bemo pour Ubud. Pour éviter cette perte de temps, de nombreux voyageurs préfèrent utiliser d’autres moyens de transport.

Bus

Les distances étant assez courtes à Bali et à Lombok, il est souvent inutile d’emprunter des bus, sauf pour aller d’île en île ou d’un bout à l’autre de l’île.

Bus publics

Bali
Les gros minibus et les bus font de longs parcours, en particulier les liaisons entre Denpasar, Singaraja et Gilimanuk. Ils partent des mêmes gares routières que les bemo. Toutefois, vous risquez d’attendre plus longtemps avant de démarrer, car les bus se remplissent moins vite depuis que la moto estdevenue un moyen de transport très populaire.
Lombok
bemo de différentes tailles sont les moyens de transport les plus courants. Mandalika à Bertais est la principale gare routière de Lombok. Les gares régionales de Praya et de Pancor (près de Selong) peuvent aussi vous être utiles. Vous devrez certainement passer par une ou plusieurs gares pour vous rendre d’un point à l’autre de Lombok.
Les tarifs des transports publics sont fixés par le gouvernement local. Attendez-vous à payer un supplément si vous avez un gros sac ou une planche de surf.

Bus touristiques

Les bus touristiques sont un moyen économique et pratique de circuler. Des panneaux proposent ces services dans les principales zones touristiques. Ce sont en général des véhicules de 8 à 20 passagers. Moins rapides qu’une voiture avec chauffeur, ils sont bien plus simples à utiliser que les bemo et les bus publics.
Des navettes relient fréquemment Kuta et Senggigi à Lombok avec Kuta et le sud de Bali par le ferry public. Comptez 100 000 Rp et jusqu’à 10 heures de trajet.
Perama (0361-751170), principale compagnie de bus touristiques, possède des bureaux ou des agents à Kuta, Sanur, Ubud, Lovina, Padangbai et Candidasa à Bali, ainsi qu’à Gili Trawangan et Senggigi à Lombok.
Avantages :

  • Des prix raisonnables (par ex. 100 000 Rp pour Kuta-Lovina).
  • L’air conditionné.
  • Rencontrer d’autres voyageurs.

Inconvénients :

  • Les arrêts de Perama sont souvent en dehors du centre, d’où le recours à une autre navette ou à un taxi.
  • Les bus peuvent ne pas proposer de service direct – s’arrêtant par exemple à Ubud entre Kuta et Padangbai.
  • Les nouvelles destinations phares, comme Bingen et Seminyak, ne sont pas desservies.
  • La location d’une voiture et d’un chauffeur revient moins cher à partir de 3 personnes.

Vélo

Les visiteurs sont de plus en plus nombreux à découvrir l’île à sepeda (vélo). On peut ainsi circuler dans les villes à vélo ou partir pour des balades d’une journée à Bali comme à Lombok.
Les loueurs sont nombreux dans les régions touristiques, mais les vélos sont parfois mal entretenus. Sur Lombok, il est possible de trouver de bons vélos 
à Senggigi.
Renseignez-vous auprès de votre hôtel pour savoir où louer un vélo. Comptez 30 000 Rp/jour.

Voiture et moto

La location d’une voiture ou d’une moto à Bali et à Lombok permet d’explorer ces deux îles tout en offrant un gain de temps appréciable car à certaines heures, la circulation peut être éprouvante, surtout dans le sud de Bali. Vous aurez le loisir de gérer votre temps et de partir à la découverte d’une myriade de petites routes secondaires. 
Rares sont les visiteurs qui louent un véhicule pour toute la durée de leur séjour ; la plupart se contentent de partir à l’aventure pour quelques jours.

Assurance

Les agences de location et les propriétaires affirment qu’une assurance minimale est comprise dans le contrat de location – avec, en général, une franchise d’environ 100 $US pour une moto et de 500 $US pour une voiture.
Vérifiez ce que couvre votre propre assurance auto, santé ou voyage, en particulier si vous louez une moto.

Code de la route

On entend fréquemment les conducteurs étrangers se plaindre de la conduite des Balinais, mais peu de visiteurs ont assimilé les pratiques locales. Les Balinais utilisent plus souvent le klaxon pour signaler leur présence que pour exprimer leur mécontentement.
Regardez toujours devant – c’est à vous qu’il revient d’éviter tout ce qui peut surgir devant votre pare-chocs. Une voiture ou une moto qui débouche d’un chemin est prioritaire.
Bien souvent, le conducteur ne prendra pas la peine de regarder si une voiture arrive lorsqu’il tourne à un carrefour (mais il fait attention aux klaxons).
Utilisez impérativement votre klaxon pour avertir toute personne devant vous de votre présence, surtout si vous vous apprêtez à doubler.
La conduite se fait du côté gauche.

Essence

Le bensin (carburant) est vendu par la compagnie publique Pertamina seulement 6 500 Rp le litre (il est subventionné). Les stations-service ne manquent pas à Bali. À Lombok, on les trouve dans les principales villes. Des stands en bord de route vendent du carburant pour moto, dans des bouteilles de vodka Absolut..

État des routes

La circulation est parfois éprouvante dans le sud de Bali jusqu’à Ubud, Padangbai à l’est et Tabanan à l’ouest. Il est difficile de se repérer dans les grands sites touristiques, car les routes ne sont pas toujours bien indiquées et les cartes sont peu fiables. En dehors des grands axes, les routes sont souvent cahoteuses, mais goudronnées. 
Les routes de Lombok sont souvent en mauvais état, mais la circulation y est moins dense qu’à Bali.
Évitez de conduire de nuit ou au crépuscule. La plupart des vélos, charrettes et véhicules ne possèdent pas de feux de signalisation et les routes sont mal éclairées.

Location

Rares sont les agences à Bali qui acceptent que les véhicules de location soient utilisés jusqu’à Lombok.

Voiture

Le véhicule de location le plus prisé est le 4X4, un modèle compact, idéal pour les petites routes balinaises. Les boîtes 
de vitesse automatiques sont inexistantes.
Dans les zones touristiques, les agences de location et de voyages louent des véhicules à des tarifs assez avantageux. 
Une petite jeep coûte 50 000 Rp/jour (prix négociable), incluant un kilométrage illimité et une assurance très restreinte. Les journées supplémentaires coûtent souvent beaucoup moins cher que la journée initiale.
Il est inutile de réserver une voiture de location à l’avance ou dans le cadre d’une formule, car vous paierez probablement davantage. N’importe quel hébergement peut organiser la location, tout comme les innombrables rabatteurs officiant dans les rues.

Moto

La moto est un moyen de locomotion de plus en plus populaire à Bali et à Lombok – certains habitants la conduisent depuis leur plus jeune âge et il n’est pas rare de voir une famille entière joyeusement entassée sur une moto.
La location par jour coûte 50 000 Rp ; c’est moins cher à la semaine. Elle comprend une assurance minimale qui couvre la moto, mais pas les dommages causés à d’autres véhicules ou à d’autres personnes. Beaucoup sont équipées d’un rack pour arrimer une planche de surf.
Réfléchissez à deux fois avant de louer une moto : c’est un moyen de transport potentiellement dangereux et chaque année des visiteurs sont grièvement blessés. Si vous n’êtes pas expérimenté, abstenez-vous ! Le port du casque 
est obligatoire.

Permis de conduire

Permis voiture

Pour conduire, vous devez être en possession d’un permis de conduire international. Il s’obtient facilement auprès de la préfecture de votre domicile. Vous devrez présenter vos deux permis en cas de contrôle. Sans le permis international, toute amende sera majorée de 50 000 Rp.

Permis moto

Si vous avez un permis moto, demandez aussi un permis moto international. Avec ce dernier, vous ne rencontrerez aucune difficulté. Sinon, 
vous devrez obtenir un permis local, ce qui est une autre paire de manches.
En cas de contrôle, il faut s’attendre à une amende 
de 2 000 000 Rp si on roule sans permis et à voir la moto confisquée ; l’agent de police se contente souvent d’un pot-de-vin (de 50 000 Rp environ). En outre, si vous avez un accident sans permis, votre compagnie d’assurance refusera peut-être de vous couvrir.
Pour obtenir un permis local à Bali (valable un an), rendez-vous au Poltabes Denpasar (0361-1427352 ; Jl Gunung Sanhyang ; h8h-13h lun-sam), un poste de police qui se trouve au nord-ouest de Kerobokan sur la route de Denpasar. Prenez votre passeport, une photocopie de ce dernier (la page avec votre photo) et une photo d’identité. Puis suivez ces étapes :

  • N’entrez pas dans le hall où se bousculent les candidats.
  • Prenez un air désarmé et demandez “permis moto ?” aux fonctionnaires en uniforme.
  • Trouvez les fonctionnaires parlant anglais et payez 250 000 Rp.
  • Faites le test écrit requis (en anglais ; les réponses figurent sur un test-exemple).
  • Retirez votre permis. Certes, cela coûte plus cher qu’en passant par le grand hall, mais qui s’en plaindra ? 

En stop

Il est très rare de voir des auto-stoppeurs à Bali et à Lombok. Pensez plutôt à circuler en moto-taxi (ojek). 
 
 
 
 

Mis à jour le : 6 juin 2018

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Indonésie

Paramètres des cookies