Bali et Lombok : Comment circuler

Se déplacer à Bali et Lombok

Avion

Des vols réguliers relient l’aéroport international Ngurah Rai de Bali et l’aéroport international de Lombok. Des compagnies aériennes régionales desservent également un grand nombre d’aéroports de Nusa Tenggara, grâce aux compagnies aériennes Garuda, Nam Air, Transnusa, Wings Air et Batik Air.

Bateau

Des bateaux rapides relient Bali à Lombok et à Gili Trawangan (sur les îles Gili). Il y a également des liaisons entre Lombok et les îles Gili. Les bateaux de croisière sont appréciés pour se rendre depuis Lombok à Labuan Bajo, sur Flores.
Les liaisons ne sont pas forcément fiables pendant la saison des pluies, la mer agitée provoquant des annulations plusieurs jours de suite. Le reste de l’année, les bateaux circulent, mais il est toujours préférable de vérifier avant de partir et de prévoir des jours supplémentaires dans votre itinéraire.

Bemo

Le bemo désigne en général un minibus ou une camionnette offrant 2 rangées de sièges en vis-àvis. Il peut accueillir environ 12 personnes dans un espace très exigu.
Jadis le moyen de transport public roi à Bali, le bemo souffre aujourd’hui de la concurrence du nombre croissant de motos (moins coûteuses au quotidien). Un trajet en bemo peut se révéler amusant ou se transformer en cauchemar, selon l’humeur. À Bali, les voyageurs utilisent très peu les bemo.

Bus

Bus pubics

Les gros minibus et les bus font de longs parcours, en particulier entre Denpasar, Singaraja et Gilimanuk. Ils partent des mêmes gares routières que les bemo. Toutefois, vous risquez d’attendre plus longtemps avant de démarrer, car ils se remplissent moins vite depuis que la moto est devenue un moyen de transport très populaire.

Bus trans-sarbagita

Trans-Sarbagita ( Tel. 0811 385 0900 ; Jl Imam Bonjol ; 3 000 Rp ; 5h-21h) propose de grands bus climatisés. L’attente est longue et les horaires peu respectés, mais ils peuvent s’avérer utiles si vous devez emprunter l’un des itinéraires suivants : la rocade entre Sanur et Nusa Dua, la route entre Denpasar et Jimbaran, la route TabananBandara ou celle qui relie Mahendradata à Lebih via Sanur

Bus touristiques

Les bus touristiques sont un moyen économique et pratique de circuler. Vous verrez des panneaux proposant ces services dans les principales zones touristiques. En règle générale, un bus touristique est un véhicule climatisé transportant de 8 à 20 passagers. Les déplacements ne sont pas aussi rapides qu’avec votre propre voiture avec chauffeur et les arrêts se font souvent en dehors du centre, ce qui nécessite une autre navette ou un taxi. Cela dit, il est généralement beaucoup plus facile d’utiliser l’un de ces bus touristiques que d’emprunter des bemo et des bus publics. Notez que les bus ne sont pas toujours directs et peuvent par exemple s’arrêter à Ubud entre Kuta et Padangbai.

Transports locaux

Ojek

En ville ou sur les routes, on trouve toujours un ojek (moto-taxi). Les ojek officiels sont moins courants maintenant que tout détenteur d’une moto peut offrir ses services en indépendant (postez-vous au bord de la rue, prenez l’air de quelqu’un qui cherche un transport et des conducteurs s’arrêteront pour vous proposer leur service). Ce mode de transport est conseillé sur les routes de campagne tranquilles, mais risqué dans les grandes villes. Les ojek sont plus courants sur l’île de Lombok.
Le tarif, négociable, est d’environ 30 000 Rp les 5 km.
Go-Jek est une application mobile très répandue dans les régions développées de Bali. Elle vous permet de réserver des déplacements à moto à la demande (en plus de services de livraisons très complets). Vous devez être en possession d’une carte SIM indonésienne. Attention : il peut être difficile de se faire prendre en charge ou déposer dans les zones très touristiques, en raison des rivalités de territoire entre conducteurs locaux.

Taxi

Les taxis avec compteur sont courants dans le sud de Bali et à Denpasar (mais pas à Ubud). Ils sont indispensables pour se déplacer et vous pourrez les héler facilement dans les secteurs très fréquentés. De façon générale, ils vous éviteront d’avoir à marchander avec un chauffeur proposant un “transport”.
La société la plus fiable est, de loin, Blue Bird Taxi (Tel. 0361-701111 ; www.bluebirdgroup.com ), dont les véhicules bleus sont surmontés d’un signal lumineux arborant un merle bleu. Les chauffeurs parlent un anglais correct et utilisent le taximètre. Blue Bird dispose d’une application mobile qui permet aux chauffeurs de venir vous chercher à l’endroit où vous vous trouvez. Attention aux nombreuses contrefaçons. Guettez l’inscription “Blue Bird” sur le pare-brise et le numéro de téléphone.
Les taxis sont bon marché : parfois 80 000 Rp suffisent entre Kuta et Seminyak.
Évitez les taxis qui n’utilisent pas leur compteur, même la nuit lorsqu’ils prétendent que seuls des tarifs fixes s’appliquent.
Parmi les autres arnaques : absence de monnaie, compteur “cassé”, détours inutiles, propositions de circuits, de massages, de prostituées, etc.

Vélo

Les visiteurs sont de plus en plus nombreux à découvrir l’île à sepeda (vélo). On peut ainsi circuler dans les villes à vélo ou partir pour des balades d’une journée.
Les loueurs sont nombreux dans les régions touristiques, mais les vélos sont parfois mal entretenus. Renseignez-vous auprès de votre hôtel pour savoir où louer un vélo. Comptez 30 000 Rp par jour.

Voiture et moto

Louer une voiture ou une moto permet de découvrir cette zone – même si la circulation peut être éprouvante sur les routes principales chargées de Bali.
Rares sont les visiteurs qui louent un véhicule pour toute la durée de leur séjour ; la plupart se contentent de partir à l’aventure pour quelques jours. Notez que très peu d’agences de Bali vous permettront de partir à Lombok avec leurs voitures ou motos de location.
Les déplacements terrestres sont lents dans les montagnes de Nusa Tenggara. Avec tous les virages, nids-de-poule et travaux sur les routes, il est inutile de se baser sur les temps de déplacement donnés par Google Maps. Conduire prend du temps, mais le paysage est très beau. Les routes principales de Lombok, Sumbawa, Flores et Timor sont bien bitumées, mais dès qu’on quitte les autoroutes, la situation ralentit considérablement (surtout entre décembre et mars quand la pluie s’abat sur les routes de gravier et de terre battue).


Mis à jour le : 22 septembre 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Indonésie

Paramètres des cookies