Bhoutan : Santé

Vaccins et soins médicaux au Bhoutan

Les principaux problèmes relatifs à la santé au Bhoutan sont similaires à ceux des autres destinations d’Asie du sud : le risque est assez élevé de contracter la turista, une infection respiratoire ou une affection plus exotique. Les maladies infectieuses peuvent interrompre votre voyage et vous mettre bien mal en point, mais elles sont rarement fatales. Si vous faites du trekking, des risques supplémentaires sont liés aux accidents et au mal des montagnes. Tomber d’un sentier ou recevoir une pierre en marchant est rare mais peut arriver.
Les conseils qui suivent ne sont que des indications générales et ne remplacent pas les recommandations d’un médecin spécialisé dans les voyages.

Vaccins

Les centres de vaccination et les services de médecine du voyage sont votre meilleure source d’information ; ils ont tous les vaccins disponibles en stock et pourront vous fournir des recommandations spécifiques pour vous et votre voyage. La plupart des vaccins ayant un délai d’immunisation d’au moins deux semaines, consultez un médecin quatre à huit semaines avant votre départ. Demandez-lui un certificat international de vaccination, qui indiquera tous les vaccins que vous avez reçus.

Vaccins recommandés

L’Organisation mondiale de la santé recommande les vaccins suivants pour les personnes qui se rendent au Bhoutan (en plus des vaccins contre la rougeole, les oreillons et la rubéole qui doivent être à jour) :
Diphtérie et tétanos (pour les adultes) Un seul rappel recommandé si pas de vaccination depuis plus de 10 ans. Les effets secondaires incluent des douleurs au bras et de la fièvre.
Hépatite A Protection proche de 100% jusqu’à un an ; un rappel au bout de 12 mois assure au moins 20 années de protection supplémentaires. De légers effets secondaires, tels que des maux de tête et des douleurs au bras, surviennent dans 5% à 10% des cas.
Hépatite B Aujourd’hui considéré comme routinier pour la plupart des voyageurs, ce vaccin est administré en trois injections sur six mois. Il existe un protocole accéléré et un vaccin combiné avec l’hépatite A. Les effets secondaires sont légers et rares ; il s’agit généralement de maux de tête et de douleurs au bras. La protection est définitive chez 95% des personnes.
Poliomyélitique Le dernier cas de polio recensé au Bhoutan remonte à 1986, mais cette maladie a été signalée plus récemment au Népal et en Inde voisins. Un seul rappel est nécessaire chez l’adulte pour une protection définitive. Le vaccin inactivé est sans danger pour les femmes enceintes.
Typhoïde Le vaccin assure une protection d’environ 70% pendant deux à trois ans et nécessite une seule injection. Une version orale existe également, mais l’administration par injection est généralement recommandée car elle a moins d’effets secondaires. Des douleurs au bras et de la fièvre peuvent survenir.
Varicelle Si vous n’avez jamais eu cette maladie, discutez de l’opportunité d’une vaccination avec votre médecin.
Les vaccinations suivantes peuvent être recommandées pour les longs voyages (plus d’un mois) ou les personnes à risque :
Encéphalite japonaise Trois injections en tout. Rappel recommandé après deux ans. Douleurs au bras et maux de tête sont les effets secondaires les plus courants. Dans de rares cas, une réaction allergique avec urticaire et œdème peut survenir jusqu’à 10 jours après une injection.
Méningite Une seule injection. Il existe deux types de vaccin : le quadrivalent protège pendant deux à trois ans ; celui contre la méningite C pendant une dizaine d’années. Recommandé pour les routards âgés de moins de 25 ans qui voyagent longtemps.
Rage Trois injections en tout. Un rappel au bout d’un an assure 10 années de protection. Rares effets secondaires – notamment maux de tête et douleurs au bras.
Tuberculose Une question complexe. Il est généralement conseillé aux voyageurs adultes restant longtemps sur place de faire un test cutané avant et après le voyage, plutôt qu’un vaccin. Une seule vaccination sur toute la vie.

Vaccins obligatoires

Le seul vaccin exigé par la réglementation internationale est celui contre la fièvre jaune. Une preuve de vaccination ne vous sera demandée que si vous avez visité un pays situé en zone infectée dans les six jours précédant votre entrée au Bhoutan. Si vous arrivez au Bhoutan depuis l’Amérique du Sud ou l’Afrique, vérifiez s’il vous faut un certificat.

Disponibilité et coût des soins médicaux

Il n’existe pas d’établissements de santé privés ni de médecins libéraux au Bhoutan, mais tous les chefs-lieux de district ont un hôpital et acceptent les voyageurs ayant besoin de soins médicaux. Le meilleur établissement est le Jigme Dorji Wangchuck National Referral Hospital (02-322496 ; Gongphel Lam), à Thimphu. Il compte des généralistes et des spécialistes, des laboratoires et des blocs opératoires. Les soins sont gratuits, même pour les touristes. Si vous êtes gravement malade ou blessé, mieux vaut envisager une évacuation dans l’un des excellents établissements médicaux de Bangkok. Il est difficile de trouver des soins médicaux fiables dans les zones rurales. Votre ambassade la plus proche et votre compagnie d’assurance sont de bons interlocuteurs.
L’automédication peut convenir si votre problème est mineur (par exemple turista), si vous êtes munis de médicaments adaptés et ne pouvez pas vous rendre dans un établissement recommandé. Si vous pensez peut-être souffrir d’une maladie grave, notamment de paludisme, ne perdez pas de temps – rejoignez l’établissement de qualité le plus proche pour recevoir des soins. Il vaut toujours mieux être examiné par un médecin que de se fier à l’automédication.
Dans la plupart des grandes villes, on trouve des magasins qui vendent des médicaments.

Mis à jour le : 16 septembre 2014

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable au Bhoutan

Paramètres des cookies