Afghanistan : Comment circuler

La compagnie nationale Ariana ainsi que Pamir Airways offrent un service complet de liaisons intérieures. La demande étant forte, il est conseillé de réserver aussi longtemps à l'avance que possible. Munissez-vous de votre passeport et faites-vous confirmer l'heure du décollage la veille du départ, car les changements d'horaires sont fréquents. En dehors de la capitale, vous partirez sûrement avec du retard, car il faut attendre l'arrivée de l'avion en provenance de Kaboul. Il n'y a pas d'horaires établis pour les bus. Le service commence à l'aube, mais les véhicules ne partent que lorsqu'ils ont suffisamment de passagers. Les arrêts sont fréquents, soit pour prier soit pour se restaurer et passer la nuit dans des chaïkhanas. De vieux bus allemands sillonnent également les routes. Bondés et d'une lenteur inouïe, ils sont utilisés par les plus démunis ou des passagers indifférents au temps et au confort. Les véhicules étrangers attirent l'attention et peuvent constituer une cible en cas de recrudescence des tensions. En outre, le pays roulant au diesel, l'essence peut être difficile à trouver. Le code de la route est vague, mais on sent que la plupart des automobilistes aspirent à rouler à droite ! Les taxis collectifs jaune et blanc permettent de voyager d'une ville à l'autre. Ils partent des mêmes terminaux que les minibus. Ils sont plus rapides, et comme ils offrent moins de places, ils se remplissent et partent plus vite. Leur prix est de 25 à 30% supérieur à celui d'un minibus. Des taxis collectifs desservent les grands axes reliant les districts entre eux. Si vous en arrêtez un, vous devrez savoir quel est le monument ou le grand carrefour le plus proche de votre destination.

Articles récents