Ouest américain : Santé

Soins médicaux dans l'Ouest américain

Les soins aux États-Unis sont excellents, mais les coûts exorbitants. De nombreux médecins demandent à être payés sur-le-champ, notamment lorsqu’il s’agit de patients qu’ils ne connaissent pas ou venus de l’étranger.
Sauf en cas d’urgence (vous ferez alors le 911 ou irez au service des urgences 24h/24, appelé ER, de l’hôpital le plus proche), téléphonez à plusieurs docteurs pour savoir lequel acceptera votre assurance.
Gardez tous les reçus et documents délivrés qui serviront à la facturation et à vos remboursements auprès de votre assurance.
Certaines polices d’assurance santé exigent que vous receviez une autorisation préalable avant la prise en charge.
Selon la police d’assurance contractée à l’étranger, vous devrez peut-être contacter un centre d’appels téléphonique pour une évaluation de votre cas avant le début des soins.
Transportez vos médicaments habituels dans leurs emballages d’origine, bien étiquetés. Ils doivent être accompagnés de votre ordonnance, décrivant précisément votre état et les médicaments prescrits (avec le nom du principe actif).

Affections liées à l’environnement

Coup de soleil et insolation

Sous les tropiques, dans le désert ou en altitude, les coups de soleil sont plus fréquents, même par temps couvert. Utilisez un écran solaire haute protection et pensez à couvrir les endroits habituellement protégés, les pieds par exemple. Les lunettes de soleil sont indispensables.
Sur la plage, un parasol est vivement recommandé, de même que le port d’un chapeau. Évitez de vous exposer aux heures les plus chaudes (12h-16h) et privilégiez l’ombre.
Une exposition prolongée au soleil peut provoquer une insolation. Symptômes : nausées, peau chaude, maux de tête. Dans ce cas, il faut rester dans le noir, appliquer une compresse d’eau froide sur les yeux et prendre de l’aspirine. 

Coup de chaleur

De longues périodes d’exposition à des températures élevées peuvent vous rendre vulnérable au coup de chaleur. Cet état grave survient quand le mécanisme de régulation thermique du corps ne fonctionne plus : la température s’élève alors de façon dangereuse. Évitez l’alcool et les activités fatigantes lorsque vous arrivez dans un pays à climat chaud.
Symptômes : malaise général, transpiration faible ou inexistante et forte fièvre (39 à 41°C) et céphalée lancinante, difficultés à coordonner ses mouvements, signes de confusion mentale ou d’agressivité. Il faut absolument hospitaliser le malade. En attendant les secours, installez-le à l’ombre, ôtez-lui ses vêtements, couvrez-le d’un drap ou d’une serviette mouillés et éventez-le continuellement.

Froid

L’excès de froid est aussi dangereux que l’excès de chaleur, surtout lorsqu’il provoque une hypothermie. Le mieux est de s’habiller par couches : soie, laine et certaines fibres synthétiques nouvelles sont tous de bons isolants. N’oubliez pas de prendre un chapeau, car on perd beaucoup de chaleur par la tête. La couche supérieure de vêtements doit être solide et imperméable, car il est vital de rester au sec. Emportez du ravitaillement de base comprenant des sucres rapides, qui génèrent rapidement des calories, et des boissons en abondance.

Mal des montagnes

Le mal des montagnes a lieu à haute altitude et affecte la plupart des individus de façon plus ou moins forte. Il survient à des altitudes variables, mais en général il frappe plutôt à partir de 3 500 à 4 500 m. Il est recommandé de dormir à une altitude inférieure à l’altitude maximale atteinte dans la journée. 
Symptômes : manque de souffle, toux sèche irritante, fort mal de tête, perte d’appétit, nausée et parfois vomissements. Les symptômes disparaissent généralement au bout d’un jour ou deux, mais s’ils persistent ou empirent, le seul traitement consiste à redescendre, ne serait-ce que de 500 m. 
Vous pouvez prendre certaines mesures à titre préventif : ne faites pas trop d’efforts au début, reposez-vous souvent. À chaque palier de 1 000 m, arrêtez-vous pendant au moins un jour ou deux afin de vous acclimater. Buvez plus que d’habitude, mangez légèrement, évitez l’alcool et tout sédatif. 

Trousse médicale de voyage

Veillez à emporter avec vous une petite trousse à pharmacie contenant quelques produits indispensables. Certains ne sont délivrés que sur ordonnance médicale. Attention, les liquides et les objets coupants sont interdits en cabine.

  • des antibiotiques, à utiliser uniquement aux doses et aux périodes prescrites. Il n’est pas absurde de demander à votre médecin traitant de vous en prescrire pour le voyage 
  • un antidiarrhéique, en cas de forte diarrhée, surtout si vous voyagez avec des enfants
  • un antihistaminique en cas de rhumes, allergies, piqûres d’insectes, mal des transports 
  • un antiseptique ou un désinfectant pour les coupures, les égratignures superficielles et les brûlures, ainsi que des pansements gras pour les brûlures
  • de l’aspirine ou du paracétamol (douleurs, fièvre)
  • une bande Velpeau et des pansements pour les petites blessures
  • une paire de lunettes de secours (si vous portez des lunettes ou des lentilles de contact) et la copie de votre ordonnance 
  • un produit contre les moustiques, de l’écran total
  • une pommade pour soigner les piqûres et les coupures et des comprimés pour stériliser l’eau 
  • une paire de ciseaux à bouts ronds, une pince à épiler et un thermomètre à alcool 
  • une petite trousse de matériel stérile comprenant une seringue, des aiguilles, du fil à suture, une lame de scalpel et des compresses
  • des préservatifs
Mis à jour le : 23 juin 2016

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l’Ouest américain

Paramètres des cookies