Sao Paulo : Santé

Vaccins et soins médicaux à São Paulo

La prévention est la clé pour rester en bonne santé en voyage. En effectuant les vaccinations recommandées et en suivant les précautions dictées par le bon sens, les voyageurs s’en tirent dans le pire des cas avec une simple gêne intestinale.
D’un point de vue médical, le Brésil fait partie de l’Amérique du Sud tropicale. Les maladies que l’on rencontre dans la région sont comparables à celles des zones tropicales d’Afrique et d’Asie. Les infections transmises par les moustiques, comme le paludisme, la fièvre jaune et la dengue, peuvent être assez graves.

Avant le départ

Assurance

Vous pouvez contracter une assurance qui réglera directement les hôpitaux et les médecins, vous évitant ainsi d’avancer des sommes qui ne vous seront remboursées qu’à votre retour. Dans ce cas, conservez avec vous tous les documents nécessaires (les consultations médicales se règlent généralement en espèces : demandez un reçu pour le remboursement).
N’oubliez pas de prendre avec vous les documents relatifs à l’assurance ainsi que les numéros à appeler en cas d’urgence.

Vaccins

Les autorités exigent des voyageurs en provenance de la Guyane française, de la Bolivie, de la Colombie, de l’Équateur, du Pérou, du Venezuela et de certains pays d’Afrique d’être en possession d’un certificat de vaccination contre la fièvre jaune (l’original est nécessaire). S’il n’est pas obligatoire pour les autres voyageurs, il est en revanche fortement recommandé par les autorités sanitaires brésiliennes.
En 2017, une épidémie de cette fièvre hémorragique a frappé plusieurs régions du pays et la périphérie de Rio, tuant plus de 230 personnes, dont des touristes.
Quel que soit votre périple, aucun autre vaccin n’est exigé à l’entrée au Brésil. Vérifiez toutefois que vous êtes à jour dans vos vaccinations de routine : rougeole-oreillonsrubéole (ROR), diphtérietétanospoliomyélite (D.T. Polio), varicelle et coqueluche.
Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : typhoïde et hépatites A et B. La plupart des vaccins ne sont efficaces qu’à partir de 10 jours ou plus ; consultez votre médecin plusieurs semaines avant votre départ. Demandez-lui également de remplir un carnet de vaccination international indiquant tous les vaccins que vous avez reçus. Ce petit carnet jaune est exigé à l’entrée des pays requérant une vaccination contre la fièvre jaune, mais il est toujours utile de l’emporter lors de tout voyage.
Le ministère des Affaires étrangères (www. diplomatie.gouv.fr/fr/conseilsaux-voyageurs) effectue une veille sanitaire et met régulièrement en ligne des recommandations sur les vaccinations. Voici quelques centres de vaccination à Paris (vous pouvez obtenir la liste complète des centres habilités à vacciner contre la fièvre jaune sur le site www.sante.gouv.fr) :

  • Air France

  • Institut Pasteur

  • Hôpital Saint-Louis – Centre de vaccination internationale et d’information aux voyageurs

  • Centre de vaccinations ISBA

Sur place

Disponibilité et coût des soins médicaux
Pour appeler une ambulance au Brésil, composez le %192. Des soins médicaux de qualité sont accessibles dans les plus grandes villes, mais peuvent s’avérer difficiles à obtenir dans les zones rurales. Les soins peuvent être très onéreux. La plupart des médecins et des hôpitaux demandent un paiement en espèces, que vous soyez assuré ou non. Les ambassades indiquent généralement les coordonnées de médecins, de dentistes, de pharmaciens et de services d’urgence. Si vous êtes enceinte, gardez sur vous les noms d’un ou deux obstétriciens de la région où vous vous rendez.

Pharmacies

Les pharmacies brésiliennes, très bien approvisionnées, pratiquent des prix bien plus bas qu’en Europe ou en Amérique du Nord.
Toutefois, comme à chaque fois que vous achetez des médicaments en Amérique du Sud, vérifiez bien leur date d’expiration et renseignezvous sur les conditions de conservation.
Certains médicaments encore en vente au Brésil sont parfois déconseillés voire interdits dans d’autres pays. Certains médicaments vendus sur ordonnance en Amérique du Sud sont commercialisés sous un nom différent de celui utilisé dans votre pays : mieux vaut vous renseigner auprès d’un pharmacien.

Précautions élémentaires

Faire attention à ce que l’on mange et à ce que l’on boit est la première des précautions à prendre. Les troubles gastriques et intestinaux sont fréquents, même si la plupart du temps ils restent sans gravité. Ne soyez cependant pas paranoïaque et ne vous privez pas de goûter la cuisine locale, cela fait partie du voyage.

Eau

En principe, l’eau du robinet est potable dans les grandes villes comme Rio et São Paulo. Pour autant, les habitants préfèrent généralement boire de l’eau purifiée ou en bouteille. Faites-en de même. Méfiezvous des glaçons, buvez des eaux minérales ou des boissons gazeuses, préférez les jus de fruits frais préparés devant vous. Attention au lait, rarement pasteurisé. Pas de problème néanmoins pour le lait bouilli et les yaourts. Thé et café, en principe, sont sûrs, puisque l’eau doit bouillir.
Dans les régions reculées, beaucoup d’hôtels et de pensions filtrent l’eau, mais par mesure de précaution, renseignez-vous sur les pratiques de l’établissement où vous logez. Pour stériliser l’eau, la meilleure solution est de la faire bouillir durant 15 minutes. Si vous ne pouvez faire bouillir l’eau, traitez-la chimiquement. Le Micropur (en pharmacie) ou un purificateur d’eau Steripen (stylet à rayons ultraviolets), en vente sur Internet et dans certaines boutiques de matériel de camping, tueront la plupart des germes pathogènes.

Affections liées à l’environnement

Coup de soleil et insolation

Au Brésil, les coups de soleil sont fréquents, même par temps couvert. Utilisez un écran solaire haute protection (plus haute qu’en France) et pensez à couvrir les endroits habituellement protégés, les pieds par exemple. Les lunettes de soleil sont indispensables. Sur la plage, un parasol est vivement recommandé, de même que le port d’un chapeau. Évitez de vous exposer aux heures les plus chaudes (12h-16h) et privilégiez l’ombre. Si vous restez longtemps sur la plage, prenez exemple sur les Brésiliens : passezvous de la crème très régulièrement ! Une exposition prolongée au soleil peut provoquer une insolation. Symptômes : nausées, peau chaude, maux de tête. Dans ce cas, il faut rester dans le noir, appliquer une compresse d’eau froide sur les yeux et prendre de l’aspirine.

Coup de chaleur

De longues périodes d’exposition à des températures élevées peuvent vous rendre vulnérable au coup de chaleur. Cet état grave survient quand le mécanisme de régulation thermique du corps ne fonctionne plus : la température s’élève alors de façon dangereuse. Évitez l’alcool et les activités fatigantes lorsque vous arrivez dans un pays à climat chaud.
Symptômes : malaise général, transpiration faible ou inexistante, forte fièvre (39 à 41°C) et céphalée lancinante, difficultés à coordonner ses mouvements, signes de confusion mentale ou d’agressivité. Il faut absolument hospitaliser le malade. En attendant les secours, installezle à l’ombre, ôtez-lui ses vêtements, couvrez-le d’un drap ou d’une serviette mouillés et éventez-le continuellement.

Maladies infectieuses et parasitaires

Liste non-exhaustive de quelques maladies :

  • Dengue

  • Fièvre jaune

  • Paludisme

  • Typhoïde

  • ...

Piqûres et morsures

Punaises

Les punaises affectionnent la literie douteuse. Des cas ont été signalés dans des pousadas et des auberges de jeunesse à petits budgets ; vérifiez l’état de la literie avant de vous glisser dans votre lit. Si vous repérez de petites taches de sang sur les draps ou les murs autour du lit, cherchez un autre hôtel. Les piqûres de punaises forment des alignements réguliers. Une pommade calmante apaisera la démangeaison.

Rage

La rage sévit dans tous les pays sud-américains. Au Brésil, la plupart des cas apparaissent dans la zone ouest du Minas Gerais et le Nordeste. Les morsures de chien en sont la raison la plus commune (méfiezvous des chiens errants, très nombreux au Brésil), mais d’autres animaux peuvent aussi transmettre la rage (singe, chat ou chauve-souris).
Morsures, griffures ou même simples coups de langue d’un mammifère doivent être nettoyés immédiatement et à fond. Frottez avec du savon et de l’eau, puis nettoyez avec de l’alcool. S’il y a le moindre risque que l’animal soit contaminé, allez immédiatement voir un médecin. Toutes les morsures doivent être surveillées de près pour éviter les risques d’infection et de tétanos.
Un vaccin antirabique est désormais disponible. Il faut y songer si vous pensez explorer des grottes (les morsures de chauve-souris peuvent être dangereuses) ou travailler avec des animaux. Cependant, la vaccination préventive ne dispense pas de la nécessité d’un traitement antirabique immédiatement après un contact avec un animal enragé ou dont le comportement peut paraître suspect.

Sangsues et tiques

Les sangsues, présentes dans les régions de forêt humide, se collent à la peau et sucent le sang. Les randonneurs en retrouvent souvent sur leurs jambes ou dans leurs bottes. Du sel ou le contact d’une cigarette allumée les feront tomber. Ne les arrachez pas, car la morsure s’infecterait plus facilement. Une crème répulsive peut les maintenir éloignées. Utilisez de l’alcool, de l’éther, de la vaseline ou de l’huile pour vous en débarrasser. Vérifiez toujours que vous n’avez pas attrapé de tiques dans une région infestée : elles peuvent transmettre le typhus.

Serpents

Portez toujours bottes, chaussettes et pantalons longs pour marcher dans la végétation à risque. Ne hasardez pas la main dans les trous et les anfractuosités, et faites attention lorsque vous ramassez du bois pour faire du feu. Les morsures de serpent ne provoquent pas instantanément la mort, et il existe généralement des antivenins. Il faut calmer la victime, lui interdire de bouger, bander étroitement le membre comme pour une foulure et l’immobiliser avec une attelle. Trouvez ensuite un médecin, et essayez de lui apporter le serpent mort. N’essayez en aucun cas d’attraper le serpent s’il y a le moindre risque qu’il morde à nouveau. On sait désormais qu’il ne faut pas sucer le venin ou poser un garrot.

Santé au féminin

Les tampons et serviettes hygiéniques se trouvent facilement en ville, dans les pharmacies, mais il faudra prévoir d’en emporter dans les régions rurales. Sachez aussi que la plupart des pharmacies vendent la “pilule du lendemain” (a pilula do dia seguinte).

Grossesse

La plupart des fausses couches ont lieu pendant les trois premiers mois de la grossesse. C’est donc la période la plus risquée pour voyager. Pendant les trois derniers mois, il vaut mieux rester à distance raisonnable de bonnes infrastructures médicales. Les femmes enceintes doivent éviter de prendre inutilement des médicaments. Cependant, certains vaccins et traitements préventifs contre le paludisme restent nécessaires. Mieux vaut consulter un médecin avant de prendre quoi que ce soit. Informez-vous sur la situation concernant le virus Zika.

Toxoplasmose

Elle est signalée dans plusieurs régions, notamment au nord-ouest de l’État du Paraná et dans le nord de l’État de Rio de Janeiro. La plupart des cas ont été provoqués par de l’eau contaminée. Les femmes enceintes doivent éviter de boire de l’eau non filtrée, car la toxoplasmose est très dangereuse pour le fœtus.


Mis à jour le : 23 septembre 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Qu’ils partent deux mois ou deux ans, ce guide est le compagnon indispensable des grands voyageurs.
 

Paramètres des cookies