Sao Paulo : Les incontournables

Ce qu'il ne faut pas manquer à São Paulo

La côte luxuriante d’Ubatuba

Située sur le tropique du Capricorne, Ubatuba a le privilège d’être la première localité brésilienne de l’hémisphère sud à recevoir la lumière du soleil estival. Drapés dans l’épais manteau vert émeraude de Mata Atlântica, les sommets de la Serra do Mar dessinent un impressionnant arrière-plan de verdure à la côte sinueuse et ensoleillée d’Ubatuba – l’une des plus magiques de l’État de São Paulo. La région est devenue un lieu de villégiature des Paulistas huppés, et compte de superbes résidences secondaires, des pensions et hôtels chics et des plages idylliques. La région est particulièrement agréable en hiver : le mercure est encore suffisamment élevé, les pluies moins abondantes font mentir le surnom de la ville, Ubachuva (chuva signifie pluie), et la fréquentation est bien moindre.

La gastronomie, la culture, les cafés et l’effervescence de São Paulo

Énorme, intimidante, et au premier abord, pas franchement belle, São Paulo, capitale économique du Brésil, est une ville que le voyageur a du mal à appréhender et qui peut le rebuter au début. Même les Paulistas les plus chauvins se plaignent de la pollution, des embouteillages, des trottoirs défoncés et, comme dans nombre de mégalopoles sur la planète, du gouffre qui sépare les riches des pauvres. Mais ils concèdent aussi volontiers qu’ils ne pourraient vivre ailleurs.Laissez-les vous montrer leurs lieux favoris, et vous finirez par comprendre. À un nombre étourdissant de musées, centres culturels, théâtres et cinémas de premier plan, s’ajoutent pas moins de 15 000 bars et des clubs parmi les plus branchés du continent. Les amateurs de bonne chère apprécieront le charme des bistrots et des restaurants gastronomiques qui classent Sampa (surnom de la ville) parmi les hauts lieux de la cuisine mondiale.Cette féconde vie culturelle et festive est encouragée à la fois par une population de classe moyenne très instruite (et, en nombre, la plus importante du pays) et par une grande diversité ethnique. Environ 20 millions d’habitants peuplent le grand São Paulo, ce qui en fait la troisième mégalopole du monde. Son rythme effréné, comparable à celui de New York ou de Tokyo, peut se révéler épuisant même pour le plus motivé des voyageurs urbains, mais c’est précisément ce rythme qui donne l’énergie nécessaire pour découvrir l’une des villes les plus intéressantes du monde.

Une nuit à la Pousada Picinguaba 

Niché dans un village de pêcheurs au nord d’Ubatuba, ce bijou de 10 chambres tenu – dans un esprit de développement durable – par un Français se range parmi les plus charmantes pousadas de la région. Tout ici, des œuvres d’art et meubles originaux aux tables au bord de la piscine donnant sur une baie calme, respire le raffinement sans tomber dans l’ostentation. Il propose désormais des excursions équestres à travers le Parque Estadual da Serra do Mar jusqu’à leur propriété de campagne, la Fazenda Catuçaba. Très brésilien !

Le sommet du Farol Santander

Pour jouir d’une vue spectaculaire sur Sampa, montez sur la terrasse, au dernier étage de ce gratte-ciel (161 m) achevé en 1947 – version brésilienne de l’Empire State Building – mieux connu sous le nom de tour Banespa (Banco do Estado de São Paulo).L’immeuble, récemment rénové, comporte aussi des cafés, une piste de skate (21e étage), des lieux d’expositions avec notamment un panorama de São Paulo représenté à partir de matériaux de rebut, œuvre de Vik Muniz. On peut aussi y louer un loft (4 000 R$ la nuit).

Ilhabela, l’île paradisiaque

Pointant au-dessus du mince détroit qui la sépare du continent, Ilhabela (“belle île”) est fort appréciée pour ses pics volcaniques, ses jolies plages, son épaisse forêt tropicale et ses quelque 360 cascades. Près de 85% de l’île ont été déclarés Réserve de biosphère de l’Unesco pour former le Parque Estadual de Ilhabela. On y découvre une remarquable profusion de plantes et d’animaux, notamment des toucans et des singes capucins. Les épaves de navires qui jonchent ses fonds marins, héritage des pirates des XVIe et XVIIe siècles, raviront les plongeurs. L’île se prête aussi à la randonnée dans la jungle, à la planche à voile et au farniente sur la plage.Contrairement à d’autres îles comme Ilha Grande (p. 133), totalement piétonne, Ilhabela est une grande île. Le réseau routier est développé sur sa côte ouest et les déplacements requièrent une voiture ou un deux-roues. Sans cela, il est difficile d’atteindre un grand nombre de sites et l’on peut se sentir frustré. Prévoyez donc un moyen de transport.

Les paysages depuis Campos do Jordão 

À quelque 180 km au nord-est de São Paulo, les sommets verdoyants de la Serra da Mantiqueira ont la faveur des vététistes comme des randonneurs et les Paulistas s’y pressent les week-ends d’hiver. Plus haute ville du pays, Campos do Jordão a un charme un peu kitsch mais constitue un confortable camp de base pour explorer les montagnes alentour, arpenter l’une des dernières forêts d’araucarias (pins du Paraná) et s’émerveiller tant il y a de points de vue spectaculaires sur la vallée du Paraíba.

Les grottes du Parque Estadual do Alto do Ribeira

Petite ville du Vale do Ribeira nichée dans les collines proches de la frontière entre les États de São Paulo et du Paraná, Iporanga fut fondée en 1576, après la découverte d’or dans la région. Aujourd’hui, la région, où s’étend l’une des parcelles de forêt tropicale atlantique les mieux préservées du pays, est réputée dans le monde pour sa grande biodiversité. Iporanga est aussi un bon point de départ pour visiter le Parque Estadual do Alto do Ribeira (PETAR, 357 km2) dans lequel on recense plus de 300 grottes.

Les plages vierges de l’Ilha do Cardoso

Située au sud à la lisière de l’État du Paraná, cette réserve écologique renfermant de splendides bassins, des cascades et des plages vierges forme l’enclave la plus sauvage de l’État de São Paulo. Elle ne compte que 400 habitants et aucune voiture. Son sable foncé et ses eaux d’un brun grisâtre ne rebutent pas les néohippies, qui aiment ses plages pour leur isolement.

Mis à jour le : 23 septembre 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Qu’ils partent deux mois ou deux ans, ce guide est le compagnon indispensable des grands voyageurs.
 

Paramètres des cookies