1. Accueil
  2. Magazine
  3. Sports et activités
  4. Où débuter l'escalade ?
Sports et activités

Où débuter l'escalade ?

Mis à jour le : 5 mars 2018

Carte

Vous souhaitez débuter l'escalade ? Voici dix ascensions époustouflantes accessibles aux débutants. Chaussures de montagne ou chaussons d'escalade et baudrier sont de rigueur.

1. Circuit jaune, roche aux sabots, Fontainebleau (France)

Fontainebleau est un paradis pour les grimpeurs, avec ses rochers en grès sur un sol plat et sablonneux, au cœur d'une forêt magnifique, et à tout juste une heure de Paris. Lancez-vous sur les traces des Bleausards, groupe d'alpinistes parisiens qui ouvrirent des voies sur bloc dans les années 1920 en signalant les parcours par de petites flèches que l'on peut encore suivre aujourd'hui. Si nous devions choisir entre la multitude d'excellents parcours, notre préférence irait au circuit jaune de la Roche aux sabots. Fontainebleau réserve des sensations fortes, sans la rudesse du climat et des paysages de l'alpinisme et les chutes terrifiantes de la varappe.
>>> L’escalade se pratique toute l’année à Fontainebleau. La belle saison est plus agréable, mais certains puristes lui préfèrent l’hiver quand l’adhérence est meilleure.

2. Imja Tse, Island Peak (Népal)

L'Imja Tse est considéré comme le sommet de plus de 6 000 m le plus facile d'accès du monde. Pourtant, lorsque vous gravirez l'arête en faisant crisser vos crampons, le vide imposant de chaque côté, cela vous semblera un lointain souvenir, tout occupé que vous serez à respirer l'air raréfié et à sentir dans vos jambes la rude ascension verticale de 1000 m. Mais, une fois au sommet devant la silhouette massive du Lhotse, 2 000 m plus haut au nord, vous comprendrez aussi pourquoi l'alpiniste Eric Shipton surnomma l'Imja Tse l'Island Peak, « île » fière et solitaire au milieu d'une mer de glace.
>>> Les alpinistes partent généralement de Base Camp à 5 087 m. En grande partie non technique, l’ascension abrupte dans la neige comprend sur la fin des tronçons d’escalade sur glace.

3. Via ferrata di Marmolada, Dolomites (Italie)

Certains alpinistes regardent parfois de haut les vias ferratas, ne les considérant pas comme de l'escalade stricto sensu. En termes d'histoire, de commodité et de loisirs, elles se révèlent néanmoins imbattables. En Italie, quoi de mieux que celle de l'arête ouest de la Marmolada, la « Reine des Dolomites » ? Avec son dénivelé vertical de 1 000 m, c'est l'une des vias ferratas les plus difficiles. Il faut donc ici aussi faire preuve de bon sens, particulièrement en matière de météo (altitude, éclairs et métal ne font pas bon ménage). N'oubliez pas vos crampons pour les tronçons glacés. Ouverte avant la Seconde Guerre mondiale, cette via ferrata est la plus ancienne d'Europe.
>>> Les conditions climatiques, plus favorables de juin à septembre, ont une importance cruciale. Les débutants feront de préférence appel à un guide local.

4. Snake dike, Half Dome, Yosemite (États-Unis)

En essuyant la sueur sur votre front, vous posez votre sac au pied du dôme et levez les yeux : une paroi granitique de 300 m à vous donner le vertige vous toise inclinée vers le ciel. Quatre heures de marche sont nécessaires pour arriver sous le Half Dome, qui s'élève à 1 400 m au-dessus de la vallée de Yosemite. Snake Dike, une paroi sinueuse en granit rose, est la voie technique la plus simple. Il faut plusieurs heures pour escalader cette dalle sous le soleil. À l'arrivée vous attendent une vue époustouflante… et les touristes ayant emprunté l'itinéraire plus facile jalonné de câbles et noir de monde.
>>> Mieux vaut se lancer dans l’ascension de Snake Dike avec un grimpeur expérimenté car l’approche est longue avec de nombreux passages engagés. Mai et septembre sont les principaux mois pour grimper à Yosemite.

5. Via ferrata (Suisse)

Pour jouir des sensations fortes de l'alpinisme tout en restant solidement attaché à la paroi rocheuse, essayez la via ferrata (Klettersteig en allemand ; paroi rocheuse équipée de câbles et de barreaux métalliques). Aujourd'hui, une majorité de stations ont au moins une voie à proposer. En Suisse et en France, les vias ferratas sont classées selon six niveaux de difficulté, de facile (F) à extrêmement difficile (ED). Ce sport est ouvert à tous, y compris aux enfants dès 6–7 ans pour les voies les plus faciles. Une bonne météo est indispensable, la pluie rendant très glissants les éléments métalliques, conducteurs en cas d'orage.
>>> Parmi nos préférées, celle de Mürren pour le paysage et celle de Kandersteg pour les frissons. Via Ferrata fournit des cartes et classe les parcours par difficulté. 

6. Le Bard, mont Arapiles (Australie)

S'élevant au-dessus des champs de blé dans l'ouest du Victoria telle une ancienne forteresse en ruine, le mont Arapiles est la meilleure école d'escalade au monde. Et tout débutant doit se plier à un rite initiatique incontournable : le Bard (120 m). Sur la partie la plus imposante de l'Arapiles, la deuxième longueur – un passage court, mais délicat dans le vide, la paroi au-dessus – est celle que tout le monde appréhende. Suivent trois autres superbes longueurs et une descente audacieuse dans une grotte, puis plus longue en rappel.
>>> La meilleure période pour gravir le mont Arapiles s’étend de mars à novembre. En été, il fait très chaud.

7. Kain Route, Bugaboo Spire (Canada)

La Kain Route ravira tous ceux qui aiment la montagne, une dose généreuse de nature, avec des glaciers et une bonne rasade d'engagement personnel. Cet itinéraire longeant une arête du Bugaboo Spire, majestueux monolithe granitique, est la voie d'accès (en montée et en descente) la plus simple à l'un des plus beaux sommets d'Amérique du Nord. Son ascension a un goût unique car aux dangers habituels de la montagne (climat, crevasses, chutes de pierres) s'ajoutent quelques autres : ours et, pire, porcs-épics mangeurs de pneus. Vous riez ? Vous verrez qu'il n'est pas vraiment amusant, après une ascension éprouvante, de constater qu'un porc-épic a dévoré la moitié de votre voiture.
>>> L’ascension se pratique de juin à septembre, mais l’endroit est sujet à des conditions climatiques extrêmes à tout moment. Piolet et crampons obligatoires ; descente en rappel sur glaciers conseillée.

8. Arête nord-ouest, mount Aspiring (Nouvelle-Zélande)

S'il n'est pas le plus haut sommet de Nouvelle-Zélande, le mont Aspiring, à l'esthétique de pyramide dominant les cimes voisines, est résolument le plus beau. Appelée Tititea (pic étincelant) par les Maoris, l'arête nord-ouest fait office de premier grand classique pour les alpinistes en herbe. Vous avalerez votre petit-déjeuner de bonne heure avant une très longue journée de traversée épique. Mais si vous survivez à la météo réputée capricieuse de l'île du Sud ainsi qu'aux terribles rochers, avalanches et crevasses, vous aurez gravi le deuxième plus haut sommet néo-zélandais (ou presque, car les Maoris jugent irrespectueux le fait d'aller jusqu'au point culminant).
L’ascension se fait de préférence l’été, en compagnie d’un coéquipier expérimenté ou d’un guide. De solides connaissances de base en alpinisme sont nécessaires.

9. Face est standard, Flatirons, Colorado (États-Unis)

Telles des dents de requin irrégulières, les Flatirons se détachent derrière le paradis pour sportifs qu'est la ville de Boulder. On pourrait aussi les comparer aux cinq doigts d'une main dont le majeur (Third Flatiron), un bloc massif et immaculé de grès, de conglomérat et de schiste argileux, comprend ce que beaucoup, notamment l'alpiniste de légende Yvon Chouinard, considèrent comme le plus bel itinéraire américain pour débutants : la face est. Cette voie épouse une paroi facile inclinée jusqu'au sommet pointu où trois formidables descentes en rappel font regagner le plancher des vaches. Et pour ceux qui trouveraient ce parcours standard trop simple, sachez que des grimpeurs ont déjà gravi la paroi dévêtus, en escalade rapide à mains nues (en 5,59 minutes) ou en patins à roulettes (1953).
Les Flatirons sont inaccessibles de février à juillet (période de reproduction des rapaces).

10. Voie du Goûter, mont Blanc (France)

Les alpinistes doivent composer avec les dangers de la montagne – chutes de pierres, avalanches, froid, altitude. L'ascension du Goûter en comporte un de plus : les autres grimpeurs. La voie d'accès la plus facile au mont Blanc est victime de son succès. Il faut donc se lever tôt pour traverser le grand couloir avant que les chutes de pierres ne le transforment en bowling et que la foule n'arrive. Tout n'est cependant pas négatif : l'ascension devient plus simple en prenant de l'altitude et l'arête des Bosses, juste avant le sommet, est d'une beauté exceptionnelle. Quant au sommet, c'est tout simplement le plus haut des Alpes et d'Europe occidentale.
Les débutants privilégieront l’été pour tenter l’ascension, accompagnés d’un guide. La montée en 4 jours permet de mieux s’acclimater.


Paramètres des cookies