1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Les secrets (bien cachés) de Corfou, dans les îles ioniennes
Idées de voyage

Les secrets (bien cachés) de Corfou, dans les îles ioniennes

Texte par

Anita Isalska traduit de l'anglais par Vincent Guilluy

Mis à jour le : 14 janvier 2022

Carte

Comme toute grande  séductrice, Corfou sait exactement comment vous prendre dans ses filets. Couchers de soleil, plages de sable et mer transparente ont fait de cette île Ionienne une des stars de l'été. Mais en regardant au delà de ces charmes faciles, on découvre ce qui fait la véritable magie de Corfou : le parfum des olives pressées, les monastères drapés de bougainvillées et les forts qui surplombent la mer d'un bleu surnaturel.

istock-1161312481.jpg

Balcons à l’italienne, dans la ville de Corfou

Une histoire truculente

Les estivants se promènent dans la ville de Corfou ivres de soleil, presque en transe. Entrez dans sa katounia (ruelles de la vieille ville), et vous êtes immédiatement entouré d’élégants bâtiments vénitiens. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, ces petites rues étaient un lieu de commerce. Aujourd’hui, leurs boutiques débordent de bijoux, de sacs à main ou de mignonnettes de liqueur.
La ville est très touristique, certes, mais c’est le point de départ incontournable pour comprendre l’histoire de l’île. Dans le centre, à quelques pas l’une de l’autre, l’église San Giacomo (près de l’actuel hôtel de ville) date de la domination vénitienne (XIVe-XVIIIe siècles), tandis que les arcades du Liston, avec leur élégance française, rappellent l’occupation napoléonienne qui a commencé en 1797.

istock-473359132.jpg

Le Vieux Fort de Corfou offre une vue splendide

Mais derrière ces façades raffinées, l’histoire de Corfou est pleine de poudre à canon et de vaisseaux de guerre. La domination de Venise sur l’île a fait prospérer celle-ci mais les Ottomans l’ont souvent attaquée. Le Vieux Fort, l’un des deux à la protéger contre les attaques venues de la mer, fut renforcé par les Vénitiens et soutient avec succès trois sièges ottomans. Mais il existait avant cette époque : Corfou a souvent été la cible de pirates, et des fortifications byzantines jalonnent toute l’île.
La plus imposante d’entre elles (et la plus haute de l’île) est l’Angelokastro. Des sentiers rocailleux bordés de cyprès montent en zigzag vers cette citadelle érodée par le temps. Elle n’est jamais tombée, malgré les incessantes attaques des pirates et les sièges ottomans. Tout aussi splendide, le château byzantin de Kassiopi se dresse à l’angle nord-est de Corfou. Les sentinelles y guettaient à l’horizon les menaces venues de la mer ; heureusement, seuls les bateaux de croisière y débarquent aujourd’hui.

olives-kaisers-throne-corfu-23921632c7c7.jpg

Oliviers près du “Trône du Kaiser”, sur l’île de Corfou

Les saveurs authentiques de Corfou

Salades à la feta et souvlakis ne manquent pas à Corfou – tout comme les “English breakfasts”. Mais il va sans dire que l’authentique cuisine corfiote est bien plus appétissante. Influences grecques et italiennes se mêlent joliment dans des plats tels que le sofrito (veau cuit très lentement avec du vin, du persil et de l’ail) ou le bourdeto (ragoût de rascasse au paprika et au piment). Et les kumquats et olives produits sur l’île y tiennent évidemment une belle place.
On cultive l’olivier à Corfou depuis l’époque vénitienne, et c’est à The Governor, dans le village d’Agios Matheos qui somnole sur les pentes du mont Gamilios, qu’on presse la meilleure huile. Aucun arbre de cette forêt anarchique n’a moins de cent ans, et la famille Dafnis en secoue les branches depuis trois générations. Les Dafnis ont fait de leur huile une liqueur primée dans le monde entier, riche, avec des notes fraîches et poivrées. C’est l’huile d’olive la plus concentrée au monde en polyphénols, ces agents qui donnent ses propriétés anti-inflammatoires et neuro-protectrices à l’huile d’olive. Mais vous n’avez pas besoin de cette excuse pour en arroser généreusement votre salade…

mavromatis-kumquats-corfu-22eeb208931f.jpg

Presses et bouteilles de liqueur de kumquat, chez Mavromatis

A l'opposé du spectre gustatif, on trouve le kumquat, introduit à Corfou depuis le Moyen-Orient vers 1860. Cet agrume âcre, de la taille du pouce, donne une liqueur de couleur vive et des fruits confits vendus dans toute l'île. Allez droit à la source : Mavromatis, maison fondée en 1933, a gardé les presses de cuivre et les bouteilles de verre de ses débuts. La liqueur de kumquat demeure un rituel qu'on sirote un peu partout à Corfou, en verre de bienvenue ou en apéritif. Elle sert aussi dans les salades de fruits (notamment de fraises), ou dans les cocktails (elle va très bien avec le Prosecco), vous aurez donc beaucoup d'occasion de dire "yamas" (Santé!)

honey-on-sale-vasilaikis-bee-farm-vatos-corfu-89d60ed7a351.jpg

Miel en vente à la ferme apicole de Vatos

Choisissez votre escapade insulaire

Beaucoup d’Athéniens épuisés rêvent d’abandonner leur vie citadine pour la nature et la lenteur de Corfou. Certains y parviennent, comme Panagiotis Vasilakis, surnommé là-bas “Mr Honey”. Lorsque Panagiotis s’est installé dans le petit village de Vatos, il savait peu de choses sur les abeilles. Mais la perspective de vivre au milieu des prairies de fleurs sauvages peuplées d’insectes de Corfou et de produire du miel l’a fortement incité à rester.
Vous croiserez beaucoup de ces “fugitifs” sur les chemins de l’île, notamment dans l’intérieur de Corfou. Suivez une des routes peu fréquentées reliant les plages d’Ermones à la ville de Corfou : vous passerez par Vatos, le village de Mr Honey, par Kokkini, ville fortifiée, et par Kompitsi, petit village dont l’église couleur crème domine une vallée boisée.

gilded-mosaics-paleokastritsa-monastery-corfu-417bd6362373.jpg

Miel en vente à la ferme apicole de Vatos

Le village le plus enchanteur de l’île s’appelle s’appelle Périthia (ou “Old Perithia”), petit groupe de maisons à mi-pente du mont Pantokrator (906 m). S’il ne mérite pas entièrement son appellation de village-fantôme, on peut y voir des maisons vénitiennes abandonnées et des arches de pierre couvertes de mousse. Quelques restaurants et une pension font revivre l’endroit, même si la plupart des bâtiments se morfondent dans un délabrement qui ne manque pas de charme.
Et même sans s’écarter beaucoup des plages de Corfou, l’histoire et la sérénité sont toutes proches. À 15 minutes à pied de châteaux de sable et des vedettes rapides de Paleokastritsa Beach, on trouve un monastère du XIIIe siècle. Ses cloches veillent sur un jardin embaumant le jasmin, dont le parfum se mêle à celui de l’encens qui brûle dans l’église chargée de dorures. Le cœur religieux de Corfou bat plus fort à Pâques, lorsque des concerts de musique chorale s’y déroulent, ainsi qu’avec la tradition – moins sereine – qui veut qu’on brise des pots de terre, les botides, le samedi de Pâques.

istock-1215315766.jpg

La plage d’Agios Georgios, à Corfou

Randonnée en pleine nature

Marcher est la meilleure façon d’adopter le rythme languide de Corfou, et le seul moyen d’accéder à des plages peu fréquentées. Même en partant de l’agitation de Kavos, une marche à pied de 40 minutes vers le sud vous amène à la plage d’Arkoudilas, crique préservée à l’eau transparente bordée de falaises blanches. Et comme à quelques autres endroits de l’île, le sable et la vase de la plage peuvent servir à se faire ses propres soins balnéo. Faites donc comme les Corfiotes : enduisez-vous de vase, prenez le soleil puis rincez-vous dans la mer.
Plus à l’ouest, le vent balaie les plages, qui sont aussi idéales pour le kitesurf que pour le farniente, étendu sur un drap de bain. Les dunes de Halikounas bordent la lagune de Korission, étendue d’eau salée où nichent de nombreux oiseaux. Des aigrettes paradent entre les touffes de salicorne, des hérons capturent des crabes sur les hauts fonds tandis que passent des oiseaux migrateurs comme les flamants. Alliez randonnée et observation de la faune en longeant la rive de la lagune vers l’ouest et la baie d’Alonaki (1 heure 30), puis remontez vers le nord jusqu’à la plage de Kanouli (30 minutes de plus). Attention aux rares orchidées des sables et – plus désagréables – aux moustiques.

istock-537516507.jpg

Route qui serpente sur le mont Pantokrator de Corfou

Les sentiers sont souvent mal balisés mais les marcheurs chevronnées armés d'un GPS ou d'une bonne carte peuvent s'essayer aux randonnées les plus longues de l'île. Le long "Corfu Trail" , tracé en 2001, traverse l'île sur toute sa longueur, de Kavos au sud jusqu'à Agios Spiridon sur la côte nord, une randonnées qui demande environ dix jours. Et en traversant vignobles, villages blanchis au soleil et oliveraies, rien ne vous donnera envie de revenir vous étendre sur une chaise longue. 


Anita Isalska est allée à Corfou avec le soutien de Discover Greece et d'Aegean Airlines. Les contributeurs de Lonely Planet n'acceptent aucune contrepartie en échange d'un reportage favorable.


Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir Athènes et les îles grecques