1. Accueil
  2. Magazine
  3. Sports et activités
  4. Les descentes les plus vertigineuses du monde
Sports et activités

Les descentes les plus vertigineuses du monde

Mis à jour le : 16 décembre 2016

Carte

Descente à pic, saut, glisse, chute...  à chacun sa manière, mais une chose est sûre : tout ce qui monte doit redescendre. Attachez-vous (ou pas), respirez profondément et savourez le plongeon.

1. Descente en rappel au Lesotho

À 186 m d’altitude, les chutes du Maletsunyane, au Lesotho, sont l’une des plus hautes en un seul saut du continent africain. La localité où elles sont situées a été nommée Semonkong (“lieu de fumée”) en raison des embruns qu’elles créent. On peut descendre en rappel dans cette célèbre brume sur 204 m – la plus longue descente en rappel (exploitée commercialement) au monde. Si votre soif d’adrénaline n’est pas satisfaite, vous pourrez faire une randonnée à dos de poney basuto ou dévaler une colline sur un VTT dans les environs.
Semonkong Lodge (www.placeofsmoke.co.ls) organise des descentes en rappel et d’autres activités. Les chutes ont un débit maximal de décembre à mars (été et saison des pluies).

2. Montagnes russes à Abu Dhabi

Cette attraction est un gadget, mais elle comblera les amateurs de vitesse. Atteignant 240 km/h, Formula Rossa détient le record mondial de vitesse sur des montagnes russes. Elle fait partie de Ferrari World, l’un des plus grands parcs à thème couverts de la planète, dédié à la marque éponyme. Préparez-vous à éprouver les sensations d’un pilote de Formule 1, à une exception près : vous n’aurez pas de pédale de freins ! Attachez-vous bien, dites une courte prière et imaginez un drapeau à damier – tout sera fini dans une minute.
 
Plus d’informations sur www.ferrariworldabudhabi.com. Les montagnes russes comportant la pente la plus raide (121°) sont au Japon, à Fuji-Q Highland.


 

3. Saut à l'élastique en Nouvelle-Zélande

Pourquoi aime-t-on se lancer d’une grande hauteur attaché à un élastique géant ? Partant à l’origine d’une tradition née au Vanuatu, le saut à l’élastique fut réinventé des siècles plus tard en tant que loisir extrême et commercial en Nouvelle-Zélande. Le Nevis Bungy, à 134 m de hauteur, surplombe la rivière Nevis et sa vallée reculée. Après une demi-heure de route dans les sublimes paysages de l’arrière-pays, vous êtes conduit à un téléphérique. À l’intérieur, on vous rappelle les consignes de sécurité, puis il ne vous reste qu’une chose à faire : vous jeter de la plate-forme. S’ensuivent 8,5 secondes de chute libre, de peur et, surtout, d’euphorie.
AJ Hackett propose plusieurs sites de saut à l’élastique en Nouvelle-Zélande. Consultez le site www.bungy.co.nz.

4. Sandboard en namibie

 
Du snowboard sur le sable ? Eh oui, ce n’est peut-être pas aussi “extrême” que sur la neige ou la glace, mais au moins vous êtes au chaud et au sec, et l’arrivée se fait plus en douceur. La destination idéale pour pratiquer le sandboard est la Namibie, où les hautes dunes naturelles forment des pentes parfaites. Comme pour le snowboard, vos pieds sont attachés à une planche en plastique laminé dont le dessous est enduit de fart. Vous pouvez atteindre plus de 50 km/h (les vrais mordus de vitesse peuvent se pencher en avant). L’ascension de la dune se fait souvent en buggy car elle serait vraiment pénible à pied. Gardez les yeux ouverts (pour profiter de la vue spectaculaire) mais n'oubliez pas de fermer la bouche.
Consultez le site d’Alter Action (www.alter-action.info/web), l'agence qui a introduit le snowboard en Namibie.
 

5. VTT en Bolivie

La "route de la mort" est raboteuse et rude, mais la descendre sur deux roues en gomme est grisant. Elle débute à 4 700 m d’altitude sur le sommet andin battu par les vents de La Cumbre, à 40 km de La Paz. Après 66 km de boue, de rocaille et de poussière qui tiennent plus d’une piste que d’une route, elle plonge dans le village subtropical de Coroico. Très étroite, bordée de précipices de plus de 1 000 m de profondeur, elle est ponctuée de virages en épingle à cheveux et de croix commémorant les lieux d’accidents. En effet, de nombreux habitants et touristes ont péri après une chute dans le vide à vélo, en bus ou en camion.
L’agence de voyages la plus sûre et recommandée est Gravity Assisted (www.gravitybolivia.com).

6. Luge à Val-Thorens

 
La piste de luge de Val-Thorens est ce qu’on appelle une pente glissante. Avec ses 6 km, elle est la plus longue piste exploitée d’Europe et son altitude passe de 3 000 m à 700 m du début à l’arrivée. Vous ne serez séparé de la neige tassée que par quelques centimètres de plastique dotés de deux manettes en guise de freins. La descente peut donner des sueurs froides : la pente est abrupte et on y croise des blocs de neige et des nappes de glace, sans parler des lugeurs lancés à toute vitesse qui ricochent comme des billes de flipper par-dessus les bords de la piste. Les débutants mettent jusqu’à 45 minutes la dévaler ; les pros peuvent le faire en 10 minutes.
Des descentes sont proposées quotidiennement en saison au départ du funitel de Péclet, la principale remontée mécanique. Casque et luge sont compris dans le prix. La descente de nuit est également possible. 
 

7. Parapente à Saint-Leu, La Réunion

Attaché au moniteur qui se tient derrière vous, vous dévalez la piste de décollage. Aussitôt l’aile se gonfle... et vous voilà suspendu dans les airs pendant une vingtaine de minutes. Cette expérience magique se déroule sur les hauts de Saint-Leu, l’un des meilleurs sites au monde pour la pratique du parapente, grâce à des conditions aérologiques exceptionnelles (on peut voler 300 jours de l’année en moyenne). Les débutants effectuent un vol en tandem avec un moniteur depuis la pente-école, à 800 m d’altitude. Après un survol des pentes verdoyantes du Maïdo, avec le lagon en arrière-plan, l’atterrissage se fait directement sur la plage.
Bourbon Parapente (www.bourbonparapente.com) emploie des moniteurs qualifiés et propose des baptêmes et des formules d’initiation.

8. Zorbing dans le Dorset, Angleterre

 
La Terre tourne. Vous le savez, mais là, elle tourne un peu plus vite car vous descendez une pente herbeuse en roulant, attaché dans une balle en plastique transparent… et c’est merveilleux. Le zorbing a été inventé en Nouvelle-Zélande, haut lieu des sports à sensations. Il s’est répandu dans le monde et a trouvé sa place dans le Dorset depuis une dizaine d’années. La campagne de cette région est superbe, mais vous n’aurez guère le temps de la voir quand la gravité vous fera rebondir dans le paysage bucolique, sous les acclamations des spectateurs.
L’organisme Zorbing South, à 5 minutes de route de Dorchester, garantit une sécurité totale et propose deux variantes : l’harnaché et l’hydrozorb. Consultez le site www.zorbsouth.co.uk (en anglais).

9. Toboggan extrême au Brésil

Extrême, un toboggan ? Certes, il n’y a ni crocodiles, ni virages en épingle à cheveux, ni cordes de parachutes dont se soucier, mais le nom “Insano” (“fou” en portugais) en dit long. Ce toboggan, installé tout en haut d’un parc à thème côtier, a une dénivellation de 41 m et il ne faut que cinq secondes pour le dévaler. La descente se fait donc à plus de 100 km/h. En bas, il y a une piscine dans laquelle, selon les organisateurs, les participants font un “plongeon relaxant” – cela reste à voir. L’expérience est quand même proche d’une chute de 14 étages… Heureusement qu’il y a de l’eau à l’arrivée !
Le Beach Park (www.beachpark.com.br/site/en/complex/ceara-brazil.asp) est situé sur la plage de Porto das Dunas à Ceará, dans le nord-est du Brésil.

10. Conduite à pic en Italie

Soixante virages en lacet (dont 48 s’enchaînent), la deuxième plus haute chaussée recouverte des Alpes (2 757 m) et une pente extrêmement raide : le col du Stelvio a tout pour plaire aux mordus du volant. Cette superbe route des Alpes orientales italiennes, qui relie Merano et la haute vallée de l’Adige avec Valteline, est l’une des plus difficiles et exigeantes au monde. Même le légendaire pilote Stirling Moss a plongé par-dessus bord lors d’une course automobile. Les guides conseillent d’aborder la montée du côté nord-ouest via la magnifique forêt alpine du parc national du Stelvio et de descendre (lentement) sur l’autre versant.
La route étant très fréquentée, surtout en haut du col, armez-vous de patience ; on n’y roule pas vite.
 


Paramètres des cookies