1. Accueil
  2. Magazine
  3. Reportages
  4. 8 escales sauvages en Corse-du-Sud
Reportages

8 escales sauvages en Corse-du-Sud

Texte par

Emmanuel Dautant

Mis à jour le : 18 janvier 2017

Carte

Même en période estivale, le sud de la Corse révèle quelques secrets bien gardés. Pour peu qu’on soit prêt à sortir des sentiers battus, le littoral et les sommets de l’Alta Rocca sont propices à une découverte d’une Corse (encore) authentique et d’un patrimoine exceptionnel. Immersion insulaire en huit escales.

1. Le Capo di Muro

Doigt pointé vers l’ouest, séparant le golfe d’Ajaccio et le golfe de Propriano, le Capo di Muro se dévoile à travers une belle randonnée au départ du hameau de Casella. Le long du sentier des douaniers, on découvrira d’abord la belle tour de Capo di Muro dont la terrasse sommitale offre un magnifique belvédère sur le golfe d’Ajaccio puis la délicieuse chapelle « A Madonella » et ses ex-voto campée au bord d’une crique paradisiaque.

2. Campomoro

Bijou de la côte sud du golfe de Valinco, ultime village desservi par la route, les quelques maisons en enfilade du village de Campomoro annonce l’entrée dans la sauvagerie du maquis. La baie est fermée par la plus large tour génoise de Corse. Construite à partir de 1586, elle devait prévenir des razzias des barbaresques et résister en cas de siège grâce à ses fortifications et ses larges baies canonnières.

3. Le plateau de Cauria

À une quinzaine de kilomètres au sud de Sartène, une route secondaire mène jusqu’à une piste sèche dans une belle atmosphère de maquis Corse. Entouré de fermes caprines et de champs, un sentier traverse ce plateau désertique et mène jusqu’à de curieux menhirs dressés vers le ciel. Après les alignements de Stantari et de Renaghju, on atteint le dolmen géant de Funtanaccia, aucun droit d’entrée n’est requis pour accéder à ces sites qui dévoilent une Corse des origines.

4. La plage de Roccapina

Assurément une des plus belles de Corse ! Elle se niche au pied du célèbre lion de Roccapina, une sculpture naturelle en forme de lion. Accessible par 2,5 km d’une piste cabossé, à pied ou en voiture, elle se mérite... mais quelle récompense ! Depuis la droite de la plage, un sentier avec de magnifiques perspectives sur une eau turquoise part à l’assaut des vestiges de la tour de Roccapina ou de la plage d’Erbaju pour les plus courageux.


5. Le sentier des Bruzzi

Sur la route qui mène à Bonifacio, ne manquez pas ce sentier à fleur d’eau, idéal pour une excursion familiale. Au départ de Pianottoli-Caldarello, petite bourgade située peu avant Figari, le sentier fléché serpente à travers un maquis odorant puis longe le littoral et une eau translucide dans un décor minéral envoûtant découvrant de magnifiques panoramas. Petit conseil pratique : prévoir un maillot de bain dans votre sac à dos !

6. Le cap Pertusato

Cette randonnée vers le phare de Pertusato est aussi un bon moyen d’échapper à la foule qui se presse l’été à Bonifacio. L’itinéraire longe les falaises crayeuses depuis la montée Saint-Roch et continue en surplomb sur la mer. La vue qui s’offre du cap Pertusato sur les falaises, les fonds marins, les îles Lavezzi et Bonifacio est exceptionnelle : un des plus beaux points de vue sur la citadelle de Bonifacio sans avoir à poser le pied sur le pont d’un bateau !

7. Les îles Lavezzi

Point le plus méridional de la Corse, les îles Lavezzi entre Corse et Sardaigne sont un paradis protégé qui reste inhabité. Quelques sentiers parcourent les herbes folles de sa dizaine d’îlots séparés par des blocs granitiques burinés par le vent et posés sur des eaux turquoise. De nombreuses navettes rejoignent les îles Lavezzi depuis le port de Bonifacio. Plus intimiste et sans moteur, le club de voile de Bonifacio (www.ecole-windsurf.com) propose à bord d’un catamaran de 10 mètres une excursion inoubliable vers ce bout du monde Corse.

8. Le plateau du Coscione

À quelques kilomètres de Zonza et de la foule du col de Bavella, le joli village de Quenza est le point de départ vers une route tortueuse qui mène au plateau du Coscione. Un plateau sauvage, accessible depuis un ancien centre de ski de fond où l’on découvre les fameux « pozzines », ces paysages de pelouses parsemées de chaos granitiques et de ruisseaux où paissent tranquillement vaches, chevaux et cochons sauvages.