Pont couvert japonais

L'avis de l'auteur Lonely Planet

pont

Ce beau petit pont est emblématique de Hoi An. C’est la communauté japonaise de la ville qui, dans les années 1590, construisit un premier pont à cet emplacement, afin d’établir une voie de communication avec le quartier chinois.

L’ouvrage est d’une grande solidité en raison de la menace de tremblements de terre. Au fil des siècles, son ornementation est restée relativement fidèle au style japonais. Les Français avaient aplani la chaussée pour faciliter le passage des véhicules, mais les travaux de rénovation entrepris en 1986 lui ont rendu sa forme convexe originelle.

Les accès du pont sont gardés par des statues ayant subi les intempéries : d’un côté deux singes et, de l’autre, deux chiens. Plusieurs légendes justifient la présence de ces sentinelles : selon l’une d’entre elles, ces animaux faisaient l’objet d’un culte particulier, car nombre d’empereurs japonais étaient nés sous le signe du Chien ou du Singe. Une autre affirme que la construction du pont commença lors d’une année du Singe pour s’achever une année du Chien. Une stèle énumère les noms, rédigés en chu nho (caractères chinois), des Vietnamiens et des Chinois ayant contribué à financer sa rénovation.

Si l’accès au pont est gratuit, il vous faudra un billet pour visiter le petit temple, assez modeste, construit sur sa partie nord.

Cau Nhat Ban

Paramètres des cookies