Maison Tan Ky

L'avis de l'auteur Lonely Planet

édifice historique

Construite il y a deux siècles pour une famille d’origine vietnamienne, cette demeure a été remarquablement conservée par les sept générations qui l’ont successivement occupée.

Son architecture est révélatrice des influences japonaise et chinoise. Au titre des éléments nippons figure le plafond (dans la pièce de réception), soutenu par trois poutres de tailles différentes superposées en ordre décroissant. Sous le plafond en forme de crabe ont été sculptés des sabres, symboles de la force, ornés d’un ruban de soie, qui représente la flexibilité.

De certaines colonnes pendent des poèmes chinois inscrits en nacre incrustée. Les caractères agrémentant ces panneaux, réalisés il y a un siècle et demi, se composent exclusivement d’oiseaux représentés avec grâce dans plusieurs positions de vol.

La cour remplit ici plusieurs fonctions : elle laisse entrer la lumière, permet à l’air de circuler, apporte un peu de végétation au sein de la maison, recueille et évacue l’eau de pluie. Les balustrades de bois, ornées de feuilles de vigne gravées rappelant l’influence européenne, témoignent de la fusion culturelle unique dont témoigne Hoi An.

L’arrière de la maison, qui donne sur le fleuve, était autrefois loué aux marchands étrangers. Les marques sur l’un des murs indiquent le niveau de l’eau lors des récentes inondations, le record ayant été atteint en 1964, quand le plafond du premier niveau a été presque atteint. Deux poulies, attachées à une poutre du grenier et jadis employées pour y monter les marchandises, servent aujourd’hui à sauver les meubles en cas de crue.

Le toit recouvert de tuiles et le plafond en bois, à l’intérieur, permettaient de garder la chaleur en hiver et la fraîcheur en été.

101 Ð Nguyen Thai Hoc ; billet combiné avec la vieille ville ; 8h-12h et 14h-16h30

Paramètres des cookies