Monastère de Samding

L'avis de l'auteur Lonely Planet

monastère

桑丁寺 Non loin des rives du Yamdrok-tso, à environ 10 km à l’est de Nangartse, ce monastère a été érigé sur une crête qui sépare deux lacs de plus petite taille, encerclés par les bras nord et sud du Yamdrok-tso. Faites le détour (petit) depuis le tronçon sud de la route de l’Amitié pour passer la nuit ici, profiter de la vue sur le Dumo-tso et les montagnes enneigées au sud et partir en randonnée.

La particularité du monastère de Samding tient au fait que le lama réincarné qui le dirige est une femme, qui prend le nom de Dorje Phagmo (la “Truie de diamant”). Lorsque les armées mongoles envahirent Samding en 1716, la première Dorje Phagmo changea ses nonnes en cochons pour qu’elles puissent s’échapper. Son incarnation actuelle travaille pour l’État à Lhassa.

Il est possible de visiter le dukhang (salle d’assemblée) principal, à droite de la cour, sur lequel veille une grande statue du Bouddha Sakyamuni (Sakya Thukpa en tibétain). Il y a également des photos, une statue et l’empreinte de pied de la 9e Dorje Phagmo, ainsi qu’une inquiétante chapelle protectrice et plusieurs autres chapelles à l’étage. Le Sangok Phodrang, à gauche, comprend une bibliothèque, un chorten central et un beau thangka représentant les cinq manifestations de Jampelyang (Manjushri). Trente moines vivent ici.

Pour une vue spectaculaire sur les lacs Gongmo-tso, Drumo-tso et Yamdrok-tso, marchez pendant 45 minutes jusqu’aux cairns au sommet de la crête, derrière le monastère. Au sud, on découvre les géants enneigés de l’Himalaya que sont le Kula Kangri (7 538 m) et le Gangkhar Phuensum (7 570 m), tous deux proches du Bhoutan.

, Sāngdĭng Sì ; 20 ¥

Paramètres des cookies