Bagh-e Fin

L'avis de l'auteur Lonely Planet

jardin

باغ تاریخی فین Conçu pour le Shah Abbas Ier au XVIe siècle, ce jardin délicieux, qui se trouve aux abords de Fin à 9 km au sud-ouest du centre de Kashan et qui est inscrit au Patrimoine mondial, illustre la conception persane du paradis. Offrant un contraste à l’aridité des alentours, le jardin est parcouru de jub (canaux) et ponctué de bassins parés de carreaux turquoise et de fontaines où s’écoule une eau en provenance d’une source naturelle. Les arbres à feuillage persistant contribuent à dessiner un jardin agréable tout au long de l’année. Il abrite les vestiges d’un palais du Shah et d’autres bâtiments safavides remaniés. D’autres constructions y furent ajoutées à l’époque Qadjar. Vous y découvrirez deux pavillons superbes : le shotor gelou, une maison à deux étages traversée par un ruisselet et un pavillon d’agrément situé à l’arrière du jardin. Constuit à la fin de la période Qadjar, ce très joli pavillon est coiffé d’un dôme peint avec raffinement et affiche des vignettes à l’extérieur (dont une baigneuse à moitié nue). Dans les pièces adjacentes, les muqarnas et les vitraux irradient une lumière bleue, blanche et verte, des couleurs choisies pour rafraîchir et faire paraître la pièce plus grande. Les vitraux rouges, orange et jaunes auront un effet contraire, dispensant une ambiance chaleureuse pour l’hiver.

De nombreux Iraniens se rendent au hammam, lieu de l’assassinat de Mirza Taqi Khan, connu sous le nom d’Amir Kabir, qui se trouve sur un des côtés du jardin. Premier ministre sous Nasir od-Din Shah de 1848 à 1851, Amir Kabir était un moderniste à l’origine de nombreux changements, surtout dans le domaine de l’éducation et de l’administration. La cour prit toutefois ombrage de sa popularité et la mère du Shah persuada le souverain de s’en débarrasser. Amir Kabir fut emprisonné au jardin de Fin et fut sommé de choisir la façon dont il souhaitait mourir. On dit qu’il aurait décidé de se trancher les veines mais la reconstitution dans le hammam le montre assis tranquillement pendant qu’un sbire s’apprête à lui tailler les poignets.

S’il vous reste un peu de temps, le modeste musée national de Kashan, qui occupe un petit pavillon expose quelques belles pièces de velours et de brocart, en céramique et de calligraphie. Une maquette du jardin permet une vue d’ensemble sur ses proportions parfaites.

Ne quittez pas le jardin sans vous arrêter à la maison de thé installée dans un joli petit coin de verdure. Situé près de la source jaillissante, on peut voir les poissons frétiller dans le courant à l’ombre des grands arbres. En hiver, la spécialité de la maison est une soupe à l’orge de Kashan et en été, une glace à la rose.

Le jardin de Fin se trouve au bout d’Amir Kabir Rd, on peut s’y rendre en taxi collectif à partir du Kamal al-Molk Sq ou en dar bast. Sinon, prenez un bus vert qui part de l’angle d’Ayatollah Kashani St et de Baba Afzal St au centre de Kashan avec un billet acheté à l’avance à la gare routière. Au cours du trajet, voyez les belles maisons modernes qui longent la rue près du jardin, preuve que l’emplacement plaît toujours autant.

, jardins de Fin ; Amir Kabir Rd ; 9h-crépuscule