-->

Temple de Somnath

L'avis de l'auteur Lonely Planet

temple hindou

La légende veut que le temple d’or bâti ici par Somraj (dieu de la Lune) ait été reconstruit en argent par Ravana, en bois par Krishna, puis en pierre par Bhimdev. Le bâtiment actuel, symétrique, a été conçu d’après des plans traditionnels sur le site côtier d’origine ; de couleur crème, le sanctuaire est orné de ravissantes petites sculptures. Le grand lingam noir de Shiva, au centre, est l’un des 12 jyotirlingas, sanctuaires les plus sacrés de Shiva.

Al-Biruni, un voyageur arabe du XIe siècle, en fit une description tellement enthousiaste qu’elle attira en 1024 un touriste indésirable, le légendaire pillard afghan Mahmoud de Ghazni. À cette époque, le temple était si prospère qu’il employait 300 musiciens, 500 danseuses et 300 barbiers. Mahmoud de Ghazni s’empara de la ville et du temple au terme d’une bataille de deux jours qui aurait coûté la vie à 70 000 défenseurs hindous. Après avoir dépouillé le sanctuaire de ses fabuleuses richesses, il le détruisit. Commença alors le cycle des destructions musulmanes et des reconstructions hindoues, qui perdura pendant des siècles. Le temple fut de nouveau rasé en 1297, en 1394, puis en 1706 par Aurangzeb, le dirigeant moghol de triste réputation. Après cette dernière démolition, l’édifice ne fut reconstruit qu’en 1950.

Les abords du temple sont très sécurisés. Les appareils photo, les téléphones portables et les sacs doivent être déposés au vestiaire. Plusieurs détecteurs de métaux et une fouille corporelle permettent de s’assurer que vous respectez bien cette règle.

Des dioramas colorés illustrant l’histoire de Shiva bordent le côté nord du jardin du temple ; ils sont toutefois difficiles à distinguer à travers les vitres embuées. Tous les soirs, le temple s’illumine pendant 35 minutes lors d’un spectacle son et lumière.

www.somnath.org/ ; 6h-21h