Parque Vidal

L'avis de l'auteur Lonely Planet

place

Cette sorte de véritable théâtre en plein air doit son nom au colonel Leoncio Vidal y Caro, héros de la guerre d’indépendance, tué ici le 23 mars 1896. Sur le côté ouest du parc, la façade vert menthe de l’Hotel Santa Clara Libre porte les cicatrices d’un conflit plus récent : elle est criblée d’impacts de balles, hérités de la bataille de 1958 pour la ville entre Che Guevara et les troupes du gouvernement de Fulgencio Batista.

Aujourd’hui, ce grand espace urbain est l’un des plus animés du pays et l’on y voit des hommes âgés qui bavardent, assis sur des bancs ombragés, et des enfants qui déambulent sur des charrettes tirées par des chèvres. Prenez le temps de contempler les statues de Marta Abreu, la philanthrope locale, morte à Paris en 1909 , et de l’emblématique Niño de la Bota (garçon à la botte), très ancien symbole de la ville.

Depuis 1902, l’orchestre municipal investit le kiosque à musique à 20h le jeudi et le dimanche.

Paramètres des cookies