Banteay Chhmar

L'avis de l'auteur Lonely Planet

temple bouddhique

បន្ទាយឆ្មារ Entouré à l’origine d’un rempart long de 9 km, le temple principal, aujourd’hui envahi par la forêt, abritait l’un des plus vastes et des plus imposants monastères bouddhiques de la période angkorienne. Comme le Bayon, ses tours sont ornées de quatre visages d’Avalokiteshvara (divinités bouddhiques) énigmatiques. Le temple est renommé pour ses 2 000 m2 de sculptures élaborées représentant des scènes de la vie quotidienne ou guerrières.

Banteay Chhmar possédait un bas-relief unique représentant huit Avalokiteshvara aux multiples bras, à l’extérieur de la section sud des remparts ouest. Malheureusement, plusieurs de ces chefs-d’œuvre ont été démantelés et transportés en Thaïlande par des pillards en 1998. Seules deux sculptures – l’une à 22 bras, l’autre à 32 – sont restées sur place et témoignent encore de l’incroyable talent des artistes. Certains fragments des bas-reliefs dérobés, interceptés par les Thaïlandais, sont aujourd’hui exposés au Musée national de Phnom Penh.

Les temples satellites, dont plusieurs sont enfouis dans les profondeurs de la jungle, arborent également des visages dans le style du Bayon et méritent tous d’être explorés par les archéologues invétérés. Les guides de l’office du tourisme communautaire pourront vous y conduire. Le temple le plus facile à trouver, le prasat Ta Prohmប្រាសាទតាព្រហ្ម, se cache dans la jungle à 200 m de la porte sud du temple principal. Son unique tour, en ruine, est couronnée d’un Avalokiteshvara à quatre visages, bien conservé.

8h-18h.