Tibet

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Tibet
  4. Lhassa ལྷ་ས་
  5. • 2e étage (2e niveau sous la toiture)

• 2e étage (2e niveau sous la toiture)

L'avis de l'auteur Lonely Planet

Première chapelle que vous découvrez à cet étage, la chapelle du Kalachakra (Dukhor Lhakhang) se distingue par son remarquable mandala tridimensionnel de plus de 6 m de diamètre, représentant la roue du temps et orné de quelque 170 statues finement détaillées. Accès limité.

Souvent fermée, la chapelle de ­Sakyamuni (Thubwang Lhakhang) recèle une bibliothèque (notamment un manuscrit écrit à l’encre d’or du Kangyour, texte canonique tibétain relatant les paroles du Bouddha), le trône du 7e dalaï-lama, des statues de ­Sakyamuni et de huit bodhisattvas, ainsi que des thangka.

Dans la chapelle des Neuf Bouddhas de la Longévité (Tsepak Lhakhang), remarquez les peintures murales près de la fenêtre gauche : le côté gauche représente Tangtong Gyalpo et son fameux pont (aujourd’hui détruit) sur le Yarlung Tsangpo près de Chushul ‒ ce yogi est connu pour avoir construit de nombreux ponts suspendus ; les radeaux en osier à mi-hauteur ajoutent une touche de réalisme. Neuf statues de la divinité Tsepame côtoient deux effigies de Drölma, une Tara verte et une Tara blanche.

Après la chapelle de Sakyamuni (Zegya Lhakhang), fermée au public, continuez vers le coin nord-ouest où un petit corridor conduit à la “grotte” de méditation du roi Songtsen Gampo (Chogyal Drupuk) – en réalité, une salle édifiée près de l’­antique grotte de méditation du grand roi. C’est, avec la chapelle d’Arya ­Lokeshvara du 3e étage, l’une des salles les plus anciennes du Potala. À gauche du pilier se dresse la statue de Songtsen Gampo, avec son ministre Tonmi Sambhota (inventeur présumé de l’écriture tibétaine) à gauche et ses épouses chinoise et népalaise à droite. Une effigie de Mongsa Tricham, l’une des épouses tibétaines du roi et la seule qui lui donna un fils, se tient dans une vitrine près de la porte. Le 5e dalaï-lama est représenté derrière (et sur) le pilier central. Gar Tsongtsen, le Premier ministre et bras droit de Songtsen Gampo, l’homme de confiance qui alla chercher la princesse Wencheng à la cour des Tang, est également présent. Prévoyez une longue file d’attente pour la visite.

Les trois dernières salles, reliées entre elles, contiennent quelque 3 000 statues, dont beaucoup offertes par un homme d’­affaires khampa en 1995.

Fermé depuis des années, le 1er étage ne devrait pas rouvrir de sitôt.

Paramètres des cookies