Fidji : Comment circuler

Transports à Fidji

On circule d'île en île fidjienne principalement en petit avion ou en bateau.

Avion

Les aéroports de Nadi et de Nausori (près de Suva) sur Viti Levu concentrent le gros du trafic aérien. Les autres aéroports nationaux se trouvent notamment à Savusavu et à Labasa (Vanua Levu), à Matei (Taveuni), à Vunisea (Kadavu), à Bureta (île d'Ovalau dans l'archipel de Lomaiviti) ainsi qu'à Malololailai et Mana (îles Mamanuca). Nombre d'autres petites îles possèdent aussi une piste d'atterrissage. Pour certaines îles périphériques dépourvues d'infrastructures touristiques, il faut être muni d'une lettre d'invitation. Se présenter sans lettre d'invitation pourrait vous mettre dans l'illégalité. Rotuma, Gau et Koro (dans l'archipel Lomaiviti), Moala et Vanua Balavu (dans l'archipel de Moala) et Lakeba (îles Lau) disposent de pistes d'atterrissage, mais d'une faible fréquentation touristique, tandis que d'autres îles périphériques comme Vatulele (au large de Viti Levu), Yasawa et Wakaya (dans l'archipel de Lomaiviti) ont leur propre piste desservant des complexes hôteliers haut de gamme.

Compagnies aériennes régulières aux Fidji

Depuis la cessation d'activité de AirFiji en 2009, presque tous les vols intérieurs sont assurés par Pacific Sun (672 0888, 330 4388 ; www.airpacific.com) née du rachat par la compagnie internationale Fiji Airways de Sun Air en 2006. Pacific Sun possède une flotte de six petits appareils (quatre DH-6 Twin-Otters et deux ATR 42-500) qui assurent des liaisons régulières vers dix destinations des îles Fidji. Les bagages étant parfois acheminés dans un avion différent, il n'est pas rare que vous arriviez avant ou après ces derniers. Mieux vaut donc conserver une tenue de rechange et tous vos biens et objets de valeur dans votre bagage cabine.
Certains trouvent les petits avions effrayants, surtout quand il y a du vent ou des turbulences. Ils offrent pourtant une vue époustouflante sur les îles, les récifs coralliens et les lagons. Les appareils effectuent généralement un aller-retour au départ de Suva pour déposer et charger des passagers. Certains vols ne circulent qu'une fois par semaine : il est préférable dans ce cas de réserver sa place bien à l'avance.
Il existe quatre catégories de prix. Les tarifs les moins chers sont les “Bula Specials” suivis par les “Bula Saver”, les “Bula Flexi” et les “Bula Plus”. Comptez 103/180/210/230 $ pour un aller simple Nadi–Suva en tarif Special/Saver/Flexi/Plus. Bien entendu, les premiers prix partent le plus vite, si bien qu'on ne trouve pas souvent de tarif Bula Specials disponible.
Pour combler le vide créé par la diminution de la flotte de Pacific Sun et la fermeture d'AirFiji, une petite compagnie, Northern Air (3475 005 ; www.northernair.com.fj), a vu le jour. Elle dessert principalement le nord des Fidji par vol régulier entre Suva et Levuka, Kadavu, Moala, Lababsa, Koro et Ovalau. Elle affrète aussi des vols spéciaux.

Vols spéciaux

Les voyageurs souhaitant optimiser le temps passé dans les complexes hôteliers utilisent couramment ces vols spéciaux.
Island Hoppers (675 0670 ; www.helicopters.com.fj). Transferts en hélicoptère vers la plupart des complexes hôteliers des îles Mamanuca et vols en hélicoptère au départ de l'île Denarau et de l'aéroport de Nadi.
Turtle Airways (672 1888 ; www.turtleairways.com). Vols en hydravion au départ de New Town Beach ou Denarau, près de Nadi et transferts vers les îles Mamanuca, les îles Yasawa, le Fidjian Resort (Queens Road), Pacific Harbour, Suva, le Toberua Island Resort et d'autres îles sur demande. Turtle Airways affrète aussi un Cessna (5 places) et un Beaver de Havilland Canada (7 places).
Pacific Island Air (672 5644 ; www.pacificislandair.com). Transferts vers les îles Mamanuca, Yasawa et Lau.

Vélo

Le cyclotourisme permet d'explorer l'arrière-pays à son propre rythme, tout en réduisant son empreinte carbone. Il se prête tout particulièrement à la découverte de Viti Levu, Vanua Levu (Hibiscus Hwy) et certains coins d'Ovalau et de Taveuni. Hormis Kings Road et Queens Road, attendez-vous, surtout dans les terres, à des routes accidentées, vallonnées et non goudronnées ce qui fait du VTT la meilleure option.
La saison sèche (mai à octobre) constitue la meilleure période. Des pluies importantes arrosent néanmoins l'est des îles principales. Si vous comptez faire de la bicyclette votre principal moyen de transport dans l'archipel, apportez votre propre vélo, un casque, des tenues imperméables, un kit de réparation et tout autre équipement utile. On trouve difficilement des pièces de rechange pour vélo aux Fidji. Pour être transportable sur un vol intérieur, votre vélo doit pouvoir se démonter. Une seule agence (le Stoney Creek Resort, près de Nadi) loue des vélos adaptés à une excursion de plusieurs jours.
La circulation imprévisible est le principal risque auquel les cyclistes sont confrontés face à des conducteurs parfois survoltés et peu habitués aux vélos. Évitez de circuler à vélo le soir par faible visibilité. S'il ne faut pas trop se surcharger, pensez à emporter beaucoup d'eau, car il peut faire chaud et humide. Pour entreposer votre vélo, le moins cher consiste à s'adresser à une auberge de jeunesse.

Bateau

À l'exception des ferries que nous mentionnons ici, les petits bateaux locaux (rarement équipés de radio-phones et de gilets de sauvetage) sont souvent le seul moyen de transport entre îles voisines. En cas de temps menaçant ou de bateau surchargé, mieux vaut reporter son voyage ou opter pour l'avion.

Ferry

Des lignes régulières relient Viti Levu à Vanua Levu, Taveuni et Ovalau. Les plus gros bateaux sont équipés de cantines où acheter à boire et de quoi grignoter. Les horaires des ferries ont la réputation de changer fréquemment. Les départs ont parfois lieu à des heures improbables, avec de longs arrêts aux escales. Le pire des scénarios pour ces longs trajets : l'état parfois déplorable des toilettes (amener votre propre papier-toilette). Des lignes non régulières relient aussi Suva à Lau, Rotuma et Kadavu.

Nadi–îles Mamanuca

Chaque jour, une petite flottille de catamarans rapides part de la marina de Denarau à destination des complexes hôteliers des îles Mamanuca. Tous assurent un service gratuit de prise en charge/dépose entre le port et les hôtels de Nadi. L'île de Mana est la seule dotée d'un quai. Pour toutes les autres îles, une armada de canots pneumatiques appartenant aux hôtels vient à la rencontre des catamarans à leur arrivée et se relaie pour le transfert des voyageurs. Des codes couleurs s'appliquent aux bagages, mais il est plus sage de bien vérifier que votre bagage a atterri dans le même canot que vous. Par temps calme, le transfert des voyageurs des catamarans aux canots se passe sans encombre. C'est une tout autre histoire par mer agitée.
Awesome AdventuresFidji (675 0499 ; www.awesomefiji.com). Liaison quotidienne pour les îles Yasawa via quatre des îles Mamanuca.
Malolo Cat I & II (675 0205). Ces bateaux, propriété des complexes hôteliers Plantation et Musket Cove, relient Port Denarau à Malololailai.
South Sea Cruises (675 0500 ; www.ssc.com.fj). Deux catamarans rapides desservant la plupart des îles Mamanuca au départ de la marina de Denarau.

Nadi–îles Yasawa

Awesome AdventuresFidji (675 0499 ; www.awesomefiji.com). Cette compagnie gérée par les mêmes propriétaires que South Sea Cruises dessert tous les complexes hôteliers des îles Yasawa avec son Yasawa Flyer, un grand catamaran de couleur jaune vif. Confortable, il est équipé de toilettes et d'un comptoir vendant des snacks. On sent tout de même la houle par temps agité.

Suva–Vanua Levu et Taveuni

Les trois compagnies de ferries ci-dessous relient Suva à Savusavu en 12 heures environ, souvent via Koro, Taveuni et/ou Ovalau.
Pour Labasa, la correspondance avec les bateaux est en principe assurée par bus. On peut acheter à Suva un billet incluant le bateau et le trajet en bus jusqu'à Labasa. Les bateaux partent parfois de Natovi Landing, à une demi-heure de bus au nord de Suva.
Bligh Water Shipping (à Suva 331 8247 ; www.blighwatershipping.com.fj ; 1-2 Matua St, Walu Bay). Liaisons régulières Suva–Savusavu–Taveuni à bord du MV Suliven qui propose cinq classes de réservation. Les sièges s'avèrent confortables même pour la classe la moins chère, mais pour passer une bonne nuit, offrez-vous un lit en classe couchette ou en cabine 2-3 personnes.
Consort Shipping (à Suva 330 2877 ; fax 330 3389 ; consortship@connect.com.fj ; rdc, Dominion House Arcade, Thomson St, Suva). Assure aussi la traversée Suva–Savusavu–Taveuni.
Goundar Shipping (à Savusavu 330 1035 ; Kong’s Shop, Main St, Savusavu). Le Lomaiviti Princess officiait jadis sous le nom de Queen of Prince Rupert en tant que principale liaison maritime entre les îles de la Reine-Charlotte et la Colombie-Britannique, au Canada. À l'heure où nous écrivons ces lignes, les horaires n'étaient pas encore finalisés. Ce bateau devrait néanmoins apporter un nouveau standard de confort et plus de professionnalisme bienvenue pour la liaison Suva–Vanua Levu.

Lautoka–Vanua Levu

Bligh Water Shipping (à Suva 331 8247 ; www.blighwatershipping.com.fj ; 1-2 Matua St, Walu Bay). Le MV Westerland circule deux à trois fois par semaine entre Lautoka et Labasa (Malau).

Suva–Ovalau (Levuka)

Les bateaux partent du port de Natovi Landing, au nord de la ville de Suva, et arrivent à Buresala Landing à Ovalau, où la correspondance est assurée en bus pour Levuka.
Patterson Brothers Shipping (331 5644 ; fax 330 1652 ; suite 1 & 2, Epworth Arcade, Nina St). Traversée quotidienne entre Natovi et Ovalau.
Venu Shipping (339 5000 ; Rona St, Walu Bay, Suva). Service irrégulier entre Walu Bay et Levuka.

Suva–Kadavu

Seules deux compagnies assurent la traversée entre Viti Levu et Kadavu au départ de la ville de Suva.
Goundar Shipping (à Savusavu 330 1035 ; Kong’s Shop, Main St, Savusavu)
Venu Shipping (339 5000 ; Rona St, Walu Bay, Suva)

Îles périphériques

La desserte des îles Lau, Moala et Rotuma est limitée. Le cas échéant, les bateaux, lents et peu confortables, ont des horaires irréguliers. Nombre d'îles ne sont desservies qu'une fois par mois par ferry, ce qui n’en fait pas une option fiable pour quiconque a un semblant de programme. Le nouveau Goundar Shipping devrait passer par Vanuabalavu et Lakeba via Cicia une fois par mois.
Si vous comptez vous rendre dans l'une de ces îles périphériques, contactez Tomi Finau ou Atelaite Cama de chez Procure Fiji (à Suva 331 8151 ; procurefiji@gmail.com ; boutique 8, Port de Mua-i-Walu n°2, Walu Bay). Ils gèrent le service des approvisionnements pour les îles périphériques et connaissent donc précisément les horaires des bateaux en partance acceptant les passagers. Ils peuvent aussi vous trouver un hébergement sur les îles périphériques.
Bligh Water Shipping (à Suva 331 8247 ; www.blighwatershipping.com.fj ; 1-2 Matua St, Walu Bay). Liaisons mensuelles de Suva à Vanuabalavu et Cicia.
Lau Shipping (Bureau 12 ; Mua-i-walu Jetty 2, Walu Bay, Suva). Le MV Lau Trader circule entre Suva et les îles Lau (du Nord et du Sud).
Seaview Shipping (à Suva 330 9515 ; www.seaviewshippingfiji.com). Le MV Sandy relie Suva aux îles Lau (du Nord et du Sud).
Western Shipping (à Suva 331 4467 ; Narain’s Wharf, Walu Bay, Suva). Le Cagi Mai Ba dessert Rotuma en 36 heures. Renseignements sur les dates et les horaires par téléphone.

Yacht

La navigation de plaisance est tout indiquée pour découvrir l'archipel des Fidji. Sachez toutefois que si vous souhaitez vous rendre ailleurs que dans un port officiel d'entrée, vous devrez obtenir un permis de croisière (gratuit) auprès du ministère fidjien des Affaires étrangères qui le délivre directement sur place. Les agents portuaires feront souvent la demande à votre place moyennant une petite commission. L'autorisation spécifique (différente du permis de croisière classique) pour les îles Lau a été supprimée.

Bus

Les îles principales possèdent un réseau de bus développé. Les bus locaux, bon marché et réguliers, constituent une excellente façon de se mêler à la population. Quoique parfois bruyants et polluants, leur absence de vitres et leur capote amovible pour la pluie les rendent parfaitement adaptés au climat tropical. Ils se prennent aux arrêts de bus ou peuvent aussi se héler sur la route, notamment dans les zones rurales. Beaucoup de chauffeurs roulent aussi vite que le permet leur véhicule en descente pour compenser la vitesse extrêmement lente en montée, d'où l'impression de faire un tour de montagnes russes pour le prix d'un ticket de bus.
Des bus express climatisés circulent sur certains axes principaux, de Nadi à Suva par exemple. Sunbeam Transport et Pacific Transport sont les principales compagnies à Viti Levu. Des bus Pacific Transport parcourent aussi Taveuni. Les bus (Scania) Coral Sun s'arrêtent uniquement aux principaux hôtels entre l'aéroport de Nadi et Suva. Essentiellement empruntés par les touristes, ils offrent plus de confort que les autres bus pour seulement quelques dollars supplémentaires.
Les compagnies locales couvrent aussi Vanua Levu, mais avec des bus parfois lents et aux horaires souvent irréguliers.
La réservation n'est pas obligatoire pour les bus locaux. Si vous disposez de peu de temps ou que vous avez un rendez-vous, il est néanmoins préférable d'acheter votre billet à l'avance, surtout pour les longs trajets (de Suva à Nadi par exemple). Pacific Transport et Sunbeam Transport publient des horaires. Pour la majorité des autres compagnies locales, renseignez-vous aux gares routières.
Feejee Experience (672 5950 ; www.feejeeexperience.com) assure le transport en bus, avec ou sans hébergement, à prix compétitifs. Les pass "transfert" ont une validité de un an et permettent de monter et de descendre à votre guise le long d'un circuit déterminé, à condition de ne pas revenir en arrière. Au départ de Nadi, le Hula Loop (4 jours, 449 $) prévoit des arrêts à Mango Bay, Pacific Harbour et Volivoli Beach, mais aussi du surf dans les dunes de Sigatoka, des visites de village, des bains de boue à Sabeto et du snorkeling à Volivoli (Rakiraki). Le prix ne comprend pas le gîte et le couvert. Le Big Kahuna (11 jours, 799 $) inclut, en plus de Viti Levu, sept jours à la découverte des îles Yasawa.
Pour le forfait avec hébergement, comptez 279/449/799/854/1 399 $ la formule 3/4/6/8/10 jours.
Ces circuits ont la cote auprès des 18-25 ans ne souhaitant pas emprunter les bus du réseau public. Les activités proposées en soirée s'adressent à cette tranche d'âge. Convivialité, divertissements et alcool sont au programme. Feejee Experience jouit d'une forte notoriété et les clients ne tarissent pas d'éloges sur leur circuit. Avant de réserver, gardez cependant à l’esprit que les bus tout confort Sunbeam font aussi le tour de l'île pour 38,45 $ !

Voiture et moto

Viti Levu et Vanua Levu concentrent 90% des 5 100 km du réseau routier fidjien, goudronné à 20%. Ces deux îles sont agréables à visiter en voiture (classique ou 4x4) ou en moto.

Permis de conduire

Hormis pour les détenteurs d'un permis de conduire d'un pays anglophone, le permis de conduire international est obligatoire pour conduire aux Fidji. Il est à demander dans votre pays de résidence avant le départ.

Carburant

Vous trouverez facilement des stations-essence sur Viti Levu et Vanua Levu. Elles sont plus nombreuses et moins chères en ville. Hors des sentiers battus, elles deviennent plus rares et plus espacées. Si vous avez l'intention de sillonner en 4x4 l'arrière-pays de Viti Levu, emportez un bidon vide. En cas de besoin, vous trouverez peut-être de quoi le remplir dans les boutiques de village (mais ne comptez pas dessus).

Location de voiture

Louer une voiture revient relativement cher aux Fidji, mais constitue un bon moyen pour visiter les îles principales, surtout si vous pouvez partager les coûts à plusieurs.
Certaines agences de location n'autorisent pas la conduite sur route non goudronnée, limitant de facto votre capacité à explorer les régions montagneuses. De même, vous n'aurez pas toujours l'autorisation de prendre le car-ferry vers Vanua Levu ou Taveuni avec une voiture de location. Le ferry coûte assez cher et on peut louer des véhicules sur ces deux îles. Privilégiez les 4x4 si vous souhaitez prendre le car-ferry pour Vanua Levu.
Plus la période de location est courte, plus le prix est élevé. Les tarifs comprennent souvent la livraison/reprise du véhicule. Comptez à partir de 125 $/jour pour une semaine de location ou plus via une agence internationale, taxes en sus, mais le tarif peut-être de la moitié de cette somme par jour pour une ou deux journées de location. Certaines agences proposent des tarifs à l'heure ou à la demi-journée, d'autres ne louent pas pour moins de trois jours. On laisse d'ordinaire une caution par carte de crédit. À défaut de carte bancaire, vous devrez laisser une somme importante en espèces.
Le conducteur doit posséder un permis de conduire étranger ou international valable et être âgé au minimum de 21 ans ou 25 ans dans certains cas.
Les agences de location les plus connues ont tendance à offrir de meilleurs véhicules et une meilleure assistance, mais elles pratiquent des prix plus élevés. Posez-vous les bonnes questions : que se passe-t-il en cas de panne ? Quel type d'assistance est fourni et à combien de kilomètres ? Combien coûte l'assurance, la franchise ou sa prise en charge ? La TVA est-elle incluse ? Quelle que soit l'agence de location, vérifiez toujours les freins, le niveau d'eau, la pression des pneus et l'état général avant de prendre la route.
Viti Levu est l'endroit le plus simple pour louer un véhicule. La plupart des agences possèdent un comptoir à l'aéroport international de Nadi. Les compagnies bien établies ont aussi des bureaux en ville et des guichets dans les grands hôtels. Sur Vanua Levu et Taveuni, la flotte de location se compose principalement de 4x4 en raison de l'état des routes.
Voici une sélection des agences de location les plus fiables à Viti Levu :
Avis Rent a, Car (www.avis.com.fj). Aéroport de Nadi (672 2233) ; aéroport de Nausori (337 8361) ; Port Denarau (672 2233) ; Suva (337 8361)
Budget Rent a, Car (www.budget.com.fj). Labasa (881 1999) ; Lautoka (666 6166) ; aéroport de Nadi (672 2636) ; aéroport de Nausori (347 9299) ; Port Denarau (675 0888) ; Savusavu (881 1999) ; Sigatoka (650 0986) ; Suva (331 5899)
Hertz (www.hertzfiji.net). Aéroport de Nadi (672 3466) ; Pacific Harbour (992 3923) ; Suva (338 0981)
Thrifty Car Rental (www.thrifty.com). Aéroport de Nadi (672 2935) ; Suva (331 4436)
Quoique moins courants à la location, les motos et les scooters conviennent aussi pour circuler aux Fidji. Les mêmes conditions de circulation et de location que les voitures s'appliquent aux motos et aux scooters.

Assurance

L'assurance au tiers est obligatoire. Certaines agences de location l'incluent dans leurs tarifs journaliers, d'autres l'ajoutent à la fin (compter au moins un supplément de 22 à 30 $). Il est fortement recommandé de souscrire à une assurance-accidents personnelle si vous n'êtes pas par ailleurs couvert par votre assurance-voyage. Les 500 premiers dollars en cas de dommage sont à la charge des loueurs. Parmi les exclusions les plus courantes ou les problèmes non pris en charge par l'assurance figurent les dommages sur les pneus, au-dessous de caisse, au plafond, au pare-brise et le vol du véhicule.

État des routes

Il est facile de se familiariser avec le réseau routier de Viti Levu. La Queens Road est goudronnée, tout comme une bonne partie de la Kings Road, même si le tronçon entre Korovou et Dama ne l'est pas. Le trajet de 200 km de l'aéroport international de Nadi à Suva (par la Queens Road) prend environ 3 heures 30, en fonction du nombre de camions devant vous dans les collines. Les routes de l'intérieur de l'île ne sont pas asphaltées rendant le 4x4 souvent nécessaire.
Vanua Levu compte peu de routes goudronnées, à l'exception par exemple de la route entre Labasa et Savusavu et des 20 premiers kilomètres de l'Hibiscus Hwy qui de Savusavu longe la côte. Cette route panoramique devient ensuite plus chaotique.

Sécurité

Certains automobilistes fidjiens conduisent le pied enfoncé sur l'accélérateur et beaucoup ne tiennent absolument pas leur gauche dans les virages (notamment sur la Côte de Corail). Ils ont aussi la fâcheuse tendance de freiner brutalement et de doubler dans les virages sans visibilité : prudence, donc, surtout sur les routes de graviers. Les bus s'arrêtent où bon leur semblent. Les nids-de-poule sont légion et parfois, la chaussée étroite ne permet pas à deux voitures de se croiser : surveillez bien les véhicules venant d'en face.
À la saison de la récolte de la canne à sucre, faites attention aux trains transportant du sucre ; ils ont la priorité. Les chiens errants sur les routes peuvent représenter un danger : respectez la limitation de vitesse à 20 km/heure signalée par des dos d'âne en traversant les villages. Évitez de conduire la nuit en raison de la présence de nombreux piétons et animaux sur la route, en particulier sur la côte sud-est de Viti Levu, ou sur Vanua Levu et Taveuni.

Code de la route

Aux Fidji, la conduite se fait à gauche. La vitesse est limitée à 80 km/heure hors agglomération et à 50 km/heure dans les villages. Beaucoup de villages disposent de dos d'âne obligeant les automobilistes à ralentir. Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire à l'avant.

En stop

L'auto-stop présente toujours des dangers et nous ne le recommandons pas. Les voyageurs qui optent pour ce moyen de déplacement doivent savoir qu'ils prennent un risque, certes minime, mais potentiellement sérieux.
Ceci dit, aux Fidji, le stop est courant. Les habitants le pratiquent tout le temps, surtout avec les chauffeurs de carriers (petits camions) à qui ils paient l'équivalent d'un billet de bus pour le même trajet. Par sécurité, mieux vaut toujours faire du stop à deux et informer une tierce personne de la destination prévue. La criminalité est plus répandue vers Suva. Des cas d'agressions d'auto-stoppeurs ont aussi été signalés vers Nadi.

Transports locaux

Nombre de Fidjiens conduisent de petits camions (appelés carriers) bâchés à l'arrière et pouvant transporter des passagers assis. C'est notamment le cas entre Nadi et Suva. Ces petits camions stationnent par exemple dans la rue principale de Nadi et partent une fois plein. Vous irez plus vite qu'en bus pour à peine plus cher.
On trouve aussi de plus en plus de minivans. Les habitants apprécient ce moyen de transport, plus rapide que le bus. Plus onéreux que les bus (mais beaucoup moins qu'un taxi), ils ne sont pas nécessairement plus confortables et tiennent généralement de la boîte à sardines. Les minivans sillonnent la Queens Road autour de Nadi dans les deux sens.

Taxis

Vous trouverez des taxis sur les îles de Viti Levu, Vanua Levu, Taveuni et Ovalau. Dans les villes principales, les gares routières abritent généralement des dépôts de taxi avec un très grand nombre de véhicules se disputant le marché. Si certains véhicules sont en bon état, il s'agit pour la majorité de vieux tacots à destination ou en provenance de la casse. Les chauffeurs, principalement indo-fidjiens, aiment bien discuter de la vie locale ou de tout et de rien.
Contrairement à l'usage à Suva, les chauffeurs à Nadi, Lautoka et dans bon nombre de zones rurales n'utilisent pas de compteur. Renseignez-vous au préalable auprès des habitants sur les tarifs qui se pratiquent pour un trajet donné. En l'absence de compteurs, mettez-vous d'accord avec le chauffeur sur un prix approximatif avant d'accepter la course. Sur les longs trajets, il est possible de partager un taxi. Pour explorer les régions mal desservies par les transports en commun, par exemple Taveuni, vous pouvez former un groupe et négocier un tarif à la journée ou à la demi-journée.
Demandez toujours si le taxi rentre à sa base (“return taxi”), auquel cas vous pourriez n'avoir à débourser qu'1 $ par personne pour peu que le chauffeur ne doive pas dévier de son trajet. Pour compenser ces prix plancher, les chauffeurs prennent d'ordinaire des passagers supplémentaires aux arrêts de bus. La plupart des taxis rentrant à leur base affichent le nom de leur dépôt à l'arrière.
 

Mis à jour le : 28 mai 2014

Articles récents

Paramètres des cookies