E.A.U

  1. Accueil
  2. Moyen-Orient
  3. E.A.U
  4. Les Incontournables

E.A.U : Les Incontournables

Le meilleur des Emirats Arabes Unis

Dubaï

Dubaï est l'un des derniers bastions d'un capitalisme débridé. Cette ville, dont la richesse repose sur le commerce plus que sur le pétrole, est unique en son genre dans le Golfe. Non qu'il y ait grand-chose à y voir, mais c'est la cité la plus décontractée de la région. Sa vie nocturne est la plus animée. Sa zone franche offre de nombreuses possibilités d'achats à prix avantageux. On peut facilement passer quelques jours à déambuler dans les souks et le long du front de mer pour respirer son atmosphère. Mais ne cherchez pas quoi que ce soit d' "ancien" à Dubaï. D'ailleurs, vous n'en éprouverez sans doute pas le besoin.
Dubaï se compose en réalité de deux villes : Deira au nord-est et Dubaï au sud-ouest. Un petit cours d'eau, l'al-khor les sépare, formé par une anse du Golfe. Le centre-ville se situe à Deira. Son souk abrite la plupart des hôtels bon marché. Pour avoir un premier aperçu de la ville, l'idéal est de prendre un abra (bateau-taxi à moteur) et de se promener en bateau sur l'al-khor. Il faut aussi marcher le long des docks, côté Deira, où les dhows ayant fait la traversée de Mumbai (Bombay) à Aden accostent pour charger et décharger leur cargaison.
Le musée de Dubaï occupe le fort Al-Fahaidi, construit au début du XIXe siècle en bordure de l'al-khor, côté Dubaï. Cet édifice, sans doute le plus ancien de la ville, fut durant des années la résidence des souverains de Dubaï et le siège du gouvernement. Il abrite des expositions sur l'histoire de la ville, la vie des Bédouins, la flore et la faune, les armes, les danses, les instruments de musique et l'archéologie locale. L'animation multimédia est bien faite, en particulier la reconstitution des souks de Dubaï dans les années 1950. Pour voir à quoi ressemble la ville aujourd'hui et constater le changement, rien de tel que de monter au 37e étage du World Trade Center, à 4 km de là vers le sud. Il ne reste pas grand-chose des anciens souks couverts, hormis quelques vestiges à l'est de Dubaï et au nord du dock des abras de Deira. À proximité, de part et d'autre, on peut voir des tours à vent, formes architecturales propres au Golfe, destinées avant l'ère de l'électricité à assurer une climatisation. Parmi les marchés de la ville, le plus spectaculaire est le souk de l'or de Deira, au nord-ouest du dock des abras. C'est le plus grand du Moyen-Orient et de toute l'Arabie.
Pour qui veut faire quelques achats sérieux, Dubaï offre de multiples tentations. C'est le paradis des centres commerciaux. Il en ouvre un nouveau chaque année. Toujours plus grand, toujours plus étincelant que le précédent. Pour ce qui est du matériel électronique bon marché, on peut en trouver près de Beniyas Square, à Deira, non loin du souk couvert.
Dubaï se situe sur la côte nord, à environ 125 km à l'est d'Abu Dhabi. Taxis collectifs et minibus relient les deux villes.

Abu Dhabi

Aujourd'hui, c'est une immense ville moderne, étincelante et soignée. Quarante ans plus tôt, ce n'était qu'un pauvre petit village de pêcheurs de poissons et de perles. On a peine à l'imaginer. Abu Dhabi n'est peut-être pas la ville la plus amusante du Golfe. Cependant elle ne manque pas d'un certain caractère, quoi qu'en disent ses détracteurs. Fondée en 1761, Abu Dhabi est devenu la résidence de la famille régnante Al-Nahayn quand elle a quitté Liwa en 1793. Après avoir été un centre de la pêche aux perles relativement prospère au XIXe siècle, l'agglomération a sombré dans la misère avec l'effondrement de l'activité perlière. Dans les années 1930, l'émirat d'Abu Dhabi a accordé des concessions pétrolières pour tenter de survivre. Trente ans plus tard, les revenus du pétrole ont commencé à affluer. Banques et boutiques ont bientôt remplacé les cabanes de roseau et de terre. L'agglomération s'est tellement étendue qu'elle occupe aujourd'hui quasiment toute l'île d'Abu Dhabi, qui dessine une forme de T au centre du littoral nord des EAU. Abu Dhabi, de loin le plus riche, est aussi le plus important des sept émirats sur le plan politique.
Le palais Al-Hosn, connu sous le nom de Vieux Fort (Old Fort) ou Fort blanc (White Fort), est l'un des rares édifices de la ville à dater de plus de 30 ans. C'est dire à quel point Abu Dhabi est une ville moderne. Ce fort aux murs peints à la chaux, avec sa jolie cour intérieure et sa grande porte ornée, contraste étrangement avec les gratte-ciel qui l'entourent. Il fut construit à l'origine par le premier souverain de la dynastie des Al-Nahyan. Puis remplacé par la construction actuelle à la fin du XIXe siècle. Aujourd'hui, restauré et modernisé, il abrite un centre de documentation.
À côté, la Fondation culturelle offre beaucoup plus d'intérêt à l'intérieur que ne le laisserait supposer l'aspect extérieur anonyme de l'édifice. Il abrite avant tout une bibliothèque et un centre de documentation et de recherche, mais souvent aussi des expositions sur l'histoire locale, l'art islamique et les vieux manuscrits. Il existe aussi un Centre d'artisanat féminin (Women's Craft Center), à environ 5 km au sud d'Abu Dhabi, qui expose et qui vend notamment des tissages traditionnels.
Pour avoir une petite idée de la couleur locale, allez vous promener du côté du dock des dhows et du marché aux poissons, au nord-est de la ville. Il y règne une certaine animation, même si elle n'a rien à voir avec celle du front de mer de Dubaï. Mais il y a une belle vue sur la ville et un excellent restaurant de poissons. Le vieux souk, sur le front de mer nord de la ville, abrite un petit marché de l'or et quantité de vendeurs d'articles pour la maison. Mais il est prévu de le remplacer par un marché moderne.
Les hôtels bon marché n'existent pas à Abu Dhabi. Quant à la vie nocturne, elle manque d'animation.

Al Ain

Al Ain est la principale ville de l'oasis de Buraimi située à cheval sur la frontière entre l'émirat d'Abu Dhabi et le sultanat d'Oman. Sa sour jumelle, Buraimi, se situe en Oman. La liberté de circulation de l'une à l'autre permet d'avoir un aperçu de l'Oman sans souci de visa. Cette oasis est sans doute la plus ancienne région habitée des EAU. Certains vestiges retrouvés remontent au 4e millénaire av. J.-C. Al Ain est aussi le lieu de naissance du Shaikh Zayed, l'actuel émir d'Abu Dhabi et président des EAU. D'où les largesses dont a bénéficié la ville. Tandis que Buraimi, qui n'a pas connu ce sort, reste une confortable ville de province. Ces deux communes offrent donc un intéressant contraste qui justifie leur visite. Le climat sec de l'oasis est également appréciable l'été quand on ne supporte plus l'humidité de la côte.
Le musée d'Al Ain et le Fort oriental (Eastern Fort) se situent dans la même enceinte au sud-est d'Al Ain. Le musée présente la vie avant l'ère du pétrole, des bijoux, des armes et des instruments de musique bédouins ainsi qu'une tente bédouine. Parmi un éventail éclectique de décorations reçues par Shaikh Zayed figurent l'ordre d'Isabelle la Catholique ainsi qu'une balle d'un chef de commando palestinien qui détourna trois avions sur la Jordanie en 1970. Dans le fort, il n'y a pas grand-chose à voir hormis un vieux canon dans la cour. À deux pas de là se trouve le souk aux bestiaux, où il est amusant d'aller faire un tour. Bédouins et citadins viennent de tout le sud des EAU et du nord de l'Oman pour acheter toutes sortes d'animaux, vaches, chèvres, moutons ou chats. L'animation bat son plein le matin. Un petit marché aux chameaux se tient également le matin près du centre de la ville. Pour varier les senteurs, passez la frontière pour gagner le souk de Buraimi où les étals regorgent de fruits et de légumes. Juste derrière se dresse le Fort Al-Hillal. Voisin, le Fort Al-Khandaq, vieux de 400 ans, paraît impressionnant depuis qu'il a été entièrement restauré. Cela vaut la peine de traverser les cours pour grimper jusqu'en haut du parapet.
Des courses de chameaux ont lieu à une vingtaine de kilomètres d'Al Ain, sur la route d'Abu Dhabi, le vendredi matin durant les mois d'hiver. On peut aussi faire des safaris à dos de chameau, depuis de la promenade d'une heure jusqu'à la randonnée de plusieurs jours, en passant la nuit sous une tente bédouine.
Al Ain se situe à 2h de voiture à l'est d'Abu Dhabi par une autoroute à trois voies. Bus et services de taxis assurent la navette. La ville est également reliée à Dubaï, à peu près à la même distance, par des services de taxi.

Sharjah

Par la taille, Sharjah arrive en troisième position. Souvent négligé par les visiteurs, cet émirat présente cependant divers attraits. Il possède des exemples d'architecture parmi les plus intéressants du pays, la plus grande mosquée des EAU, le musée d'histoire naturelle le plus beau du Golfe, un intéressant musée archéologique, quantité de tours de guet, un Disneyland de poche, des souks dignes de rivaliser avec Dubaï et un vieux souk qui témoigne d'un ancien mode de vie déjà presque disparu. C'est aussi un endroit fabuleux pour acheter des tapis persans. Longtemps considéré comme le cousin pauvre de Dubaï, Sharjah a pris dans les années 1980 la tête du pays en matière de développement touristique. La plupart des touristes qui viennent aux EAU en voyage organisé arrivent par cet émirat.
Sharjah se situe sur la côte nord, à côté de Dubaï.

Ras al-Khaimah

Le plus septentrional des EAU, Ras al-Khaimah est aussi l'une des plus belles régions du pays. Bien irrigué, il offre des paysages verdoyants entourés par la mer, le désert et la montagne. La calme ville de Ras al-Khaimah accueille volontiers les touristes sans pour autant s'incliner devant eux. Parmi ses charmes figurent l'intérêt de son musée, l'ambiance de sa vieille ville, de son souk et de son port de pêche et l'attrait de ses courses de chameaux, les plus belles du pays. Il existe plusieurs sites archéologiques intéressants à proximité de la ville, dont le palais de la reine de Saba à Shimal, à 5 km au nord.
Ras al-Khaimah se situe à une centaine de kilomètres au nord-est de Dubaï. Un service de taxis assure la liaison.

 

Mis à jour le : 17 mars 2015

Articles récents

Paramètres des cookies