Nantes

  1. Accueil
  2. France
  3. Nantes
  4. Autour du jardin des Plantes et quartiers Est

Autour du jardin des Plantes et quartiers Est

L’accès nord de la gare faisant face au beau jardin des Plantes, ce quartier peut être le premier que vous verrez. Ses rues, quelconques à première vue, dissimulent des pépites retraçant une histoire ancienne : le quartier s’étend sur l’ancien faubourg de Richebourg, qui remonte au XVe siècle. Plus à l’est, l’ancienne municipalité de Doulon, où vivaient les cigarières de la manufacture des Tabacs, les cheminots et les maraîchers jusqu’au milieu du XXe siècle, a conservé ses racines populaires.

L’essentiel en un jour

De la gare, rejoignez les allées du jardin des Plantes. Selon la saison, flânez entre les parterres, les rocailles, les plans d’eau où s’agitent des palmipèdes, puis suivez la visite de l’une des serres. Si vous êtes accompagné d’enfants, ne manquez pas l’enclos des chèvres et les aires de jeux. Vous pouvez faire une pause et déjeuner au café de l’Orangerie, près des serres.
Sortez du jardin par la place Sophie-Trébuchet. Jetez un coup d’œil à l’imposante façade du lycée Clemenceau, qui accueillit des personnalités nantaises, puis remontez la rue Clemenceau jusqu’au Musée d’arts de Nantes, inauguré en juin 2017 après 5 ans de travaux. Prenez le temps de découvrir ses superbes collections, qui vont des primitifs flamands aux artistes d’aujourd’hui. En sortant du musée, une courte balade vous conduira jusqu’à la plus confidentielle chapelle de l’Immaculée dans les rues en contrebas.
Le soir, la rue du Maréchal-Joffre est plus animée, avec ses bars et ses restaurants. Réservez une table dans le bistrot-bar à vins Le Vin Vivant, avant de rejoindre La Maison pour un autre verre ou d’assister à un concert au Dynamo Café ou à un spectacle au Grand T.

À ne pas manquer

Serres, arbres remarquables et camélias

Dépaysement garanti si vous pénétrez dans les serres à l’atmosphère douce et humide, qui contiennent des plantes issues de différents milieux : aride, tropical humide ou méditerranéen. Une petite serre et sa tourbière extérieure sont dévolues aux plantes carnivores. Pour qui s’intéresse aux géants du monde végétal, le jardin réserve des surprises : un métaséquoia, un magnolia d’Hectot vieux de plus de 200 ans (son tronc atteint 2,30 m de circonférence) ou un tulipier de Virginie haut de 35 m. Nantes possède en outre la collection de référence des camélias en France (1 000 variétés, dont 500 pour le seul jardin des Plantes). Certains pieds sont visibles près de la “montagne”, éminence plantée de conifères qui conduit à un belvédère.

Jeux pour les enfants

Quand il fait chaud, les enfants se rafraîchissent dans la pataugeoire. Ils peuvent aussi se dépenser dans les aires de jeux, et un jeu de piste permet aux plus grands d’appréhender la végétation du parc – lot de graines en cadeau à la fin du parcours ! Enfin, ils peuvent caresser les chèvres du Sénégal dans leur enclos (dans la partie basse du jardin), observer les canards et les poules noires en liberté dans les plans d’eau et les parterres, ou les oiseaux de la volière.

Les créations de Claude Ponti

Invité du Voyage à Nantes pendant 4 ans , le dessinateur Claude Ponti, créateur des fameux poussins et d’Isée, personnages qui font le régal des enfants, a laissé quelques joyeuses créations (bancs géants, balançoire, aire de jeux…) dans le jardin des Plantes.

Le Cube et la chapelle de l’Oratoire

Le musée fut créé en 1801, et son écrin, le “palais des arts”, fut édifié à la fin du XIXe siècle. Les travaux entamés en 2011 ont visé la rénovation du palais ancien, la création du Cube (2000 m2 dédiés à l’art contemporain), d’une passerelle couverte reliant désormais la chapelle de l’Oratoire, du XVIIe siècle, où se tiennent des expositions temporaires, et d’un jardin de sculptures.

Une collection picturale d’envergure

Le fonds ancien comprend une riche collection de peinture italienne, des primitifs au XVIIe siècle, de nombreuses toiles s’inspirant du Caravage, des œuvres françaises du Grand Siècle avec notamment les peintures de Georges de La Tour, Le Vielleur et Le Songe de saint Joseph, des toiles des écoles du Nord et une moindre collection du XVIIIe siècle. L’achat d’œuvres contemporaines dès la fin du XIXe siècle a doté le musée de tableaux de Delacroix, Ingres et Corot notamment, puis de pièces d’art moderne illustrant l’impressionnisme, le pointillisme, le fauvisme ou l’abstraction. Et, en particulier, un ensemble unique de tableaux de Vassily Kandinsky des années 1920-1930. Le même fil conducteur a guidé les achats depuis les années 1960 : des mouvements comme l’Arte Povera, le nouveau réalisme (Tinguely, Raysse…) ou Supports/Surfaces (Viallat, Dezeuze…) sont bien représentés. Le musée possède aussi de nombreuses photographies de Claude Cahun, Nantaise liée au surréalisme. Grâce à cette politique d’achat ininterrompue, l’art des XXe et XXIe siècles représente 55% de la collection totale – une proportion exceptionnelle, qui prend tout son sens dans une ville aussi attachée à l’art contemporain.

Mis à jour le : 20 mai 2019

À voir à faire à Nantes

  • Parc du Grand- Blottereau

    folie nantaise et parc

    Ce vaste parc a pour spécialité les plantes des régions tropicales (cacaoyers, caféiers,...

    Lire la suite
  • Lycée Georges- Clemenceau

    fine fleur nantaise

    Créé en 1803 par Napoléon Bonaparte, le lycée a contribué à l’enseignement secondaire...

    Lire la suite
  • Chapelle de l’Immaculée

    gothique flamboyant

    Elle est bien cachée dans un coude de la rue Malherbe, mais d’autant plus charmante ! Au n°7 de la...

    Lire la suite
  • Manufacture des Tabacs

    patrimoine

    Témoin d’une histoire industrielle révolue, l’immense bâtiment de la manufacture des Tabacs, dont...

    Lire la suite
Paramètres des cookies