Languedoc-Roussillon : Les Incontournables

Le pont du Gard

Site antique classé au patrimoine mondial par l’Unesco, le pont du Gard est le plus haut aqueduc connu de l’Empire romain. Dominant le Gardon du haut de ses 47 m, composé de trois étages indépendants aux arches remarquables, il est le principal vestige de l’aqueduc de Nîmes construit par les Romains au Ier siècle. C’est aujourd’hui un site touristique majeur (1,3 million de visiteurs par an) adossé à un superbe espace muséographique, mais aussi un lieu de détente et de loisirs le long de berges aménagées.

Les citadelles du vertige

Perchés sur les pitons rocheux du massif des Corbières, ces châteaux ont servi de refuge aux derniers cathares avant de devenir les pièces maîtresse de la surveillance des frontières du royaume de France. Les châteaux de Puilaurens, de Peyrepertuse et de Quéribus sont les plus impressionnants. Leur visite combine passionnante plongée dans l’histoire et panoramas vertigineux.

Le vieux Montpellier

Ruelles médiévales truffées de boutiques et de galeries d’art, terrasses à l’ombre d’une église ou d’une placette de charme, spectacles de rue animant joyeusement ses allées… À chaque recoin du centre ancien de Montpellier, l’histoire se mêle à un art de vivre sans pareil.

Carcassonne

Joyau architectural, classée sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco, la plus grande cité médiévale d’Europe attire chaque année des millions de visiteurs.Ses deux rangées de remparts crénelés, ses 52 tours dressées vers le ciel, son château Comtal et la basilique Saint-Nazaire, célèbre pour la beauté de ses rosaces, n’auront aucun mal à vous transporter au Moyen Âge.

Nîmes antique

C’est au Ier siècle av. J.-C. que cette colonie romaine se pare de monuments prestigieux. Son amphithéâtre, où se tenaient autrefois des combats de gladiateurs, est l’un des mieux conservés du monde romain. La ville abrite deux autres vestiges majeurs : la Maison carrée et la tour Magne, témoin de l’ancienne enceinte de 6 km qui entourait la ville.

Le canal du Midi

Tracé par l’ingénieur Paul Riquet sous le règne de Louis XIV, le canal du Midi relie Toulouse à Sète sur près de 240 km. Sa navigation, ouverte de mars à novembre, emprunte un parcours ponctué de nombreux ouvrages d’art. Les écluses de Fonséranes à Béziers, le pont-canal de Répudre, ou le village du Sommail, dans l’Aude, vivent au rythme des promenades fluviales.

Collioure et la Côte Vermeille

Le port de Collioure et ses barques catalanes, les remparts de l’ancienne résidence d’été des rois de Majorque, le clocher à coupole de l’église Notre-Dame-des-Anges… Vous entrez dans un décor qui fut l’atelier du fauvisme pour Matisse et Derain. Plus au sud, criques et calanques sauvages, ports de pêche comme Port-Vendres et vignes à flanc de coteau se succèdent jusqu’à la frontière espagnole, avec toujours la mer en toile de fond.

Le pays cévenol

Cette région isolée, traversée par l’Écossais Robert Louis Stevenson lors d’une mythique épopée, conserve la mémoire des camisards, ces insurgés huguenots qui défièrent l’autorité royale au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. En arpentant les anciennes pistes de transhumance, vous découvrirez de vastes horizons de plateaux et de vallées profondes et des hameaux en pierre de schiste, cernés de terrasses, de mûriers et de châtaigniers. En 2011, ces paysages ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco, au titre de leur tradition agropastorale millénaire.

Anduze et la Bambouseraie

Créée en 1856, classée jardin remarquable et monument historique, la Bambouseraie de Prafrance impressionne par sa riche collection de bambous. Plus de 200 variétés, dont certaines atteignent 25 m de hauteur, s’y côtoient à côté d’espèces exotiques du monde entier. À quelques kilomètres de là, Anduze, porte d’entrée des Cévennes, est aussi le point de départ du train à vapeur des Cévennes.

Le cirque de Navacelles

Merveille de la nature semblable à un cratère géant, le vertigineux cirque de Navacelles dépasse l’entendement. Entre sa vallée verdoyante et ses sentiers montagneux, les possibilités de randonnée sont innombrables, mais vous pourrez aussi profiter depuis ses rebords, et sans le moindre effort, de la magie du spectacle.

Saint-Guilhem-le-Désert

Niché le long des gorges de l’Hérault, Saint-Guilhem-le-Désert se targue d’être le deuxième village préféré des Français. Sa pépite romane, l’abbaye de Gellone, ses bonnes tables et ses ruelles de charme en font l’étape idéale pour partir au-devant des merveilles qui le cernent, pont du Diable et gorges de l’Hérault en tête.

Narbonne

Avec son palais des Archevêques presque aussi vaste que le palais des Papes d’Avignon, sa cathédrale Saints-Just-et-Pasteur inachevée, ses halles de style Baltard et les quais du canal de la Roubine bordés de platanes, Narbonne envoûte par son atmosphère méditerranéenne. Au sud de la ville, les étangs de Bages et de Sigean et quelques stations balnéaires posées entre mer et étang, comme Gruissan, rappellent que Narbonne fut aussi de tout temps tournée vers le large.

Aigues-Mortes et la Petite Camargue

Les remparts d’Aigues-Mortes émergent au milieu de salines, d’étangs et de canaux. Cité fortifiée due à Saint Louis, Aigues-Mortes présente aujourd’hui un tempérament animé, au fil de ses ruelles où se concentrent terrasses de cafés et de restaurants. Depuis ses longs remparts, on prend la mesure des étendues sauvages et marécageuses de la Petite Camargue où se perpétue l’élevage des chevaux et des taureaux.

Céret

Le vieux bourg de Céret, tortueux, escarpé, ombragé par des platanes centenaires, reçoit une eau qui jaillit dans ses fontaines après avoir dévalé les versants pyrénéens. La capitale du Vallespir fut le laboratoire du cubisme avant 1914. Si Picasso, Braque et Juan Gris y prenaient alors pension, d’autres peintres, comme Chagall et Soutine, l’ont aussi fréquenté par la suite. Une visite s’impose donc au très beau musée d’Art moderne.

Le Train Jaune

Symbole de la Catalogne française, le Train Jaune relie Villefranche-de-Conflent (427 m) à Latour-de-Carol (1 232 m) sur un parcours de 63 km. Créé au début du XXe siècle pour désenclaver les hauts plateaux catalans du reste du département, il chemine le long de vertigineux ouvrages d’art dans la haute vallée de la Têt et sur le plateau cerdan. Fonctionnant été comme hiver, le train dessert 22 gares et des sites classés sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco (Villefranche-de-Conflent ou Mont-Louis).

L’ascension du Canigou

Montagne sacrée des Catalans culminant à 2 784 m, le Canigou porte sur ses flancs deux merveilles, l’abbaye Saint-Martin-du-Canigou et celle de Saint-Michel-de-Cuxa. Son ascension peut s’effectuer l’été depuis le refuge des Cortalets ou le refuge de Mariailles. Au sommet, la vue sur la plaine du Roussillon et la Grande Bleue est magnifique. La ferveur catalane y est entretenue lors de la nuit de la Saint-Jean, où des centaines de marcheurs gravissent le sommet munis de torches.

L’Aubrac lozérien

Paysage plat et pelé où paissent tranquillement des vaches accoutumées à son climat extrême, l’Aubrac dévoile sa partie la plus sauvage en Lozère. Autour de Nasbinals, cette terre de basalte, parsemée de burons aux toits de lauze, s’offre aux randonneurs et aux pèlerins lancés sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est aussi l’endroit idéal pour goûter à une cuisine revigorante à base de tomme (truffade, aligot).

L’abbaye de Fontfroide

Cachée dans les collines boisées des Corbières, cette abbaye cistercienne aux épais murs de grès rose se visite dans une atmosphère de recueillement. À son apogée (XIIIe et XIVe siècles), près de 300 frères convers exploitaient les dizaines de fermes de l’abbaye disséminées dans tout le Languedoc. Le bâtiment des frères frappe par ses dimensions imposantes et son austérité, de même que par son abbatiale du XIIe siècle à la nef en berceau brisé, haute d’une vingtaine de mètres.

Sète

Sète dénote sur les côtes de l’Hérault. C’est que la petite Venise du Languedoc est riche d’une histoire qui fait défaut à bon nombre des stations balnéaires du golfe du Lion. À mi-chemin entre tourisme balnéaire et culturel, ses canaux, son vieux port, le va-et-vient de ses bateaux et le faste de ses joutes nautiques laissent place, à ses confins, à des plages festives et à de vastes panoramas de l’étang de Thau qui finiront de vous conquérir.

Les gorges du Tarn et de la Jonte

Ces deux rivières, qui entaillent en profondeur le calcaire tendre des grands causses, ont une notoriété qui dépasse depuis longtemps les frontières de l’Hexagone. Entre Florac et Rozier, les gorges qui encadrent le Tarn dévoilent de magnifiques villages accrochés aux falaises des causses autour de Sainte-Énimie et de Saint-Chely-du-Tarn Entre Meyrueis et Rozier, les gorges de la Jonte proposent un décor verdoyant bien moins fréquenté.

Les vallées de l’Orb et du Jaur

Au cœur du parc régional du Haut-Languedoc, les vallées de l’Orb et du Jaur sont émaillées de petits villages médiévaux propices à la contemplation. Kayak sur le cours de l’Orb, vélo le long de sa voie verte ou randonnée sur le mont Caroux, sont les meilleurs moyens de partir à leur découverte.

Le lac des Bouillouses

Site naturel classé, ce chapelet de lacs est un terrain de jeu idéal pour le randonneur au pied du massif du Carlit. On y croise sans peine des marmottes dans les pelouses qui bordent les lacs, des chevaux en estive ou l’isard et le mouflon vers les sommets. Depuis le barrage du lac des Bouillouses, les plus téméraires se lanceront à l’assaut du pic Carlit (2 921 m), point culminant du département des Pyrénées-Orientales.

La Lozère, réserve sauvage

Terre des grands espaces, la Lozère est le refuge de nombreuses espèces animales réintroduites par l’homme. Sa mosaïque de territoire est une terre d’accueil pour la faune sauvage, qui se laisse approcher dans le parc des loups du Gévaudan, à la maison des vautours au bord de la Jonte, dans la réserve des bisons d’Europe en Margeride et sur le causse Méjean pour les chevaux de Przewalski.

Perpignan

L’ancienne capitale du royaume de Majorque annonce déjà la Catalogne voisine avec ses noms de rues inscrits en deux langues, ses drapeaux sang et or flottant dans l’air et l’omniprésence de la brique, à l’image de la tour du Castillet. Argelès-sur-Mer, Saint-Cyprien ou le Canet-en-Roussillon offrent une dose de farniente à seulement quelques kilomètres de Perpignan.

Uzès

Cossue et animée, Uzès, ville d’art et d’histoire, se découvre à travers ses ruelles où se succèdent les façades des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles et autour de la place aux Herbes, lieu parfait pour prendre l’apéritif. Avec un nom qui sonne comme une invitation aux fragrances, cette place est aussi le lieu d’un marché hebdomadaire haut en couleur.

Mis à jour le : 6 août 2015

Articles récents

Paramètres des cookies