Monténégro : Comment s'y rendre

Aller au Monténégro

Que ce soit en avion, en train, en bateau ou en voiture, il est facile de se rendre au Monténégro. Bien que les lignes, déjà nombreuses, desservant les deux aéroports du pays ne cessent de se multiplier, aucune compagnie low cost n’est représentée pour le moment. Il est parfois moins cher et plus pratique de passer par un pays voisin, en particulier la Croatie. L’aéroport de Dubrovnik est très proche de la frontière, et la plus belle ville d’Adriatique pourrait être une agréable entrée en matière à vos vacances monténégrines.

Entrer au Monténégro

L’entrée au Monténégro ne pose pas de problèmes, le pays ne demandant pas mieux que d’accueillir les touristes. Toutefois, si vous arrivez par la route du côté croate, de longues files d’attente se forment aux postes-frontières sur la route de l’Adriatique ; si vous devez anticiper votre heure d’arrivée quelque part, nous conseillons de compter une heure. Le passage de la frontière serbe à Dobrakovo peut également être long par moments.

Passeport

Vérifiez que la période de validité de votre passeport court bien 6 mois après la date de votre arrivée. De nombreux pays bénéficient d’une exemption de visa (notamment ceux de l’Union européenne, la Suisse 
et le Canada pour un séjour de moins de 3 mois), assurez-vous que c’est le cas du vôtre. Vérifiez bien que l’on tamponne votre passeport lors de votre entrée sur le territoire sans quoi vous pourriez être embêté à la sortie.

 

 

Voie aérienne

Aéroports et compagnies aériennes

L’aéroport de Podgorica (TGD ; 020-444 244 ; www.montenegroairports.com), au sud de la capitale, est le plus grand et le plus moderne des aéroports du Monténégro. Tout le sud du pays et le centre jusqu’à Kolašin se trouvent dans un rayon de 100 km autour. Son code (TGD) est un vestige de l’ancien nom de la capitale : Titograd. Les Monténégrins l’appellent parfois l’aéroport de Golubovci, du nom du village voisin.
Le deuxième aéroport international du pays se trouve à Tivat (TIV ; %032-670 930 ; www.montenegroairports.com), un bon point d’arrivée pour les vacanciers se rendant dans les bouches de Kotor ou à Budva. Il accueille plus d’un demi-million de passagers chaque année.
Le troisième aéroport se trouve en réalité dans le pays voisin, en Croatie. L’aéroport de Dubrovnik (DBV ; +385-20-773 100 ; www.airport-dubrovnik.hr), à 17 km seulement de la frontière, est le plus proche de Herceg Novi. Connu dans la région sous le nom d’aéroport de Cilipi, il voit passer plus de 1,3 million de voyageurs chaque année.
En monténégrin, aéroport se dit aerodrom (аеродром). Le même mot était employé en Croatie jusqu’à l’indépendance lorsque, dans un accès de nationalisme linguistique, il fut officiellement remplacé par le terme zračna luka, une traduction littérale des termes “air” et “port”.
Montenegro Airlines, la compagnie aérienne nationale, est dotée d’une petite flotte d’avions d’une capacité de 102 et 116 passagers. Elle a conclu des accords interlignes avec Adria, Air France, Alitalia, Austrian Airlines et la compagnie russe S7 Airlines.

Depuis la France

Quelques vols directs pour les deux aéroports du pays, principalement assurés par les compagnies Air France, Monténégro Airlines et Transavia, sont proposés au départ de Paris et de Lyon. Pour rallier la capitale monténégrine depuis Paris, il faut ainsi compter 2h30 et un budget d’environ 300 € aller-retour ; pour Tivat, il existe des vols sans escale au départ d’Orly à partir d’une centaine d’euros aller-retour. La liaison directe Lyon-Podgorica est assurée en 2h, moyennant 200 € aller-retour. Il va sans dire que les prix et la fréquence de ces vols varient considérablement selon la période.
De nombreux vols avec escale – via Belgrade (Serbie), Ljubljana (Slovénie), Dubrovnik ou Zagreb (Croatie) – complètent l’offre des compagnies aériennes, dont voici une sélection :
Adria Airways (www.adria.si) assure la liaison entre Ljubljana et Podgorica.
Air France (www.airfrance.fr) dessert notamment Belgrade, d’où il est possible de rallier Podgorica ou Tivat à bord d’Air Serbia.
Air Serbia (www.airserbia.com) dessert Podgorica et Tivat depuis Belgrade.
Croatia Airlines (www.croatiaairlines.com) propose des vols entre Zagreb et Podgorica, et entre Paris, Zagreb et Dubrovnik.
EasyJet (www.easyjet.com) assure des vols low cost pour Dubrovnik depuis Lyon et Paris.
Montenegro Airlines (www.montenegroairlines.com) dessert Tivat depuis Paris et Belgrade, et Podgorica depuis Paris, Lyon Belgrade, Niš et Ljubljana.

Depuis la Belgique

Outre les nombreuses compagnies qui desservent le Monténégro et la ville voisine de Dubrovnik depuis l’ensemble de l’Europe, Jetairfly (www.jetairfly.com) assure la liaison entre Bruxelles et Dubrovnik, de mai à septembre, et Thomas Cook Airlines (www.thomascookairlines.be) dessert Tivat et Dubrovnik au départ de Bruxelles, d’avril à octobre.

Depuis le Canada

La meilleure solution consiste à rejoindre un grand aéroport européen proposant des vols à destination de Podgorica, Tivat ou Dubrovnik.

Depuis la Suisse

La compagnie nationale Swiss International Air Lines (www.swiss.com) assure des liaisons entre Zurich et Belgrade, d’où il est possible de gagner Podgorica ou Tivat avec les vols d’Air Serbia.

Voie maritime

Les bateaux de Montenegro Lines (www.montenegrolines.com) se rendent de Bar à la ville italienne de Bari au moins deux fois par semaine de mai à septembre (pont 44-48 €, cabine 67-210 €, 10 heures) ; et de Bar à Ancône, toujours en Italie, au moins une fois par semaine de juillet à août (pont 60 €, cabine 80-230 €, 16 heures). Comptez entre 68 et 90 € par voiture, sauf dans le cas de 4 passagers voyageant en cabine : le transport de la voiture est alors gratuit.

Voie terrestre

Le Monténégro est un petit pays, mais il partage ses frontières avec cinq autres États : la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Serbie, le Kosovo et l’Albanie. Il est facile de pénétrer au Monténégro depuis n’importe lequel de ses voisins.

Bus

Un réseau de bus bien développé relie le Monténégro aux autres grandes villes de l’ex-Yougoslavie, et même à l’Europe de l’Ouest et à la Turquie. À la frontière, des contrôles de passeports sont souvent effectués à bord. Assurez-vous de bien récupérer le vôtre, et qu’il a été tamponné.
Nous avons répertorié les principales liaisons de bus :
Belgrade (Serbie) vers Rožaje (14 €, 4/jour), Pljevlja (19 €, 3/jour), Podgorica (25 €, fréquents), Nikšić (26 €, 1/jour), Budva (26 €, 15/jour), Petrovac (24 €,
5/jour), Ulcinj (29 €, 2/jour), Tivat (28 €, 5/jour), Kotor (30 €, 7/jour) et Herceg Novi (30 €, 10/jour). Comptez 10 heures pour atteindre Podgorica et 13 heures pour Herceg Novi.
Dubrovnik (Croatie) vers Herceg Novi (10 €, 
7/jour), Kotor (14 €, 6/jour), Petrovac (20 €, 1/jour) et Podgorica (21 €, 2/jour). Comptez 2 heures pour atteindre Herceg Novi.
Peć (Kosovo) vers Rožaje (6,50 €, 1/jour) et Plav (8,50 €, 1/jour). Le trajet vers Rožaje dure 2 heures, un peu plus en cas de neige.
Priština (Kosovo) vers Rožaje (11,50 €, 1/jour), Podgorica (18 €, 1/jour) et Ulcinj (16,50 €, 6/jour). Pour Ulcinj, comptez 8 heures.
Sarajevo (Bosnie-Herzégovine ; BiH) vers Pljevlja (10 €, 1/jour), Nikšić (15 €, 5/jour), Podgorica (20 €, 4/jour), Budva (22 €, 4/jour), Herceg Novi (24 €, 2/jour) et Ulcinj (24,50 €, 
1/jour). Comptez 7 heures pour Herceg Novi.
Shkodra (Albanie) vers Ulcinj (6 €, 1 heure 30, 
1/jour).
Trebinje (BiH) vers Nikšić (6,50 €, 1 heure 45, 4/jour).

Train

La principale ligne ferroviaire du Monténégro part de Bar et traverse tout le pays jusqu’en Serbie. Au moins deux trains circulent quotidiennement entre Bar et Belgrade (21 €, 11 heures), l’un d’eux continuant sa route jusqu’à Novi Sad et Subotica. Pour les horaires, consultez le site des chemins de fer monténégrins (www.zcg-prevoz.me). Depuis Belgrade, les chemins de fer serbes (www.serbianrailways.com) permettent de rejoindre facilement la Slovénie, l’Autriche, la Hongrie et l’Allemagne.
Le Monténégro peut être inclus dans le Select Pass d’Eurail (www.eurail.com), qui permet de voyager en train plusieurs jours sur une période de deux mois vers deux, trois ou quatre pays limitrophes ; le pass considère le Monténégro et la Serbie comme un seul pays et fait de même pour la Croatie et la Slovénie, ce qui signifie que l’on peut visiter quatre pays pour le prix de deux. Pour un adulte, un pass coûte entre 168 € (5 jours, 2 pays) et 386 € (10 jours, 4 pays). 
Des réductions sont possibles pour les moins de 25 ans. Le Global Pass d’Eurail propose 4 pass pays et entre 5 et 15 jours de voyages sur une période d’un à deux mois, ainsi que des pass de voyage en continu allant de 15 à 30 jours. Les pass Eurail ne sont accessibles qu’aux non-Européens.
Les forfaits InterRail (www.interrail.eu) ne s’adressent qu’aux ressortissants européens vivant en Europe depuis plus de 6 mois. Le Global Pass donne droit à un nombre illimité de voyages en train dans 30 pays (dont le Monténégro) durant une période donnée. Certains ne sont valables que sur des jours consécutifs, d’autres sont plus flexibles. Les tarifs dépendent de l’âge et de la classe ; les moins de 25 ans bénéficient de réductions et les pass sont gratuits pour les enfants de moins de 11 ans. À titre d’exemple, un Global Pass donnant droit à 5 jours de voyage en 2e classe sur une période de 15 jours vaut 264/200 € par adulte/jeune ou 626/479 € pour autant de voyages que l’on souhaite sur une période continue d’un mois. Certains trains sont soumis à conditions ou entraînent un supplément.
Le forfait Balkan Flexipass de Rail Europe (www.raileurope.com) couvre vos voyages en train dans les pays suivants : Monténégro, Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Bulgarie, Grèce, Roumanie et Turquie. Un pass pour 5 jours de voyage en 2de sur une période d’un mois revient à 134 € ; pour 15 jours sur un mois, comptez 280 €. Des tarifs réduits sont disponibles pour les jeunes (moins de 26 ans) et les seniors (plus de 60 ans).
Si vous comptez faire de nombreux trajets en train, procurez-vous l’European Rail Timetable (mis à jour tous les mois), qui comprend les horaires de tous les trains et ferries ainsi que des renseignements sur les réservations et les éventuels suppléments. Téléchargez la version numérique (11,99 £) ou commandez le livre (15,99 £) en ligne sur www.europeanrailtimetable.eu.

Vélo

Faire entrer un vélo au Monténégro ne pose aucun problème. Attention cependant : les cyclistes sont rares et les automobilistes n’y prêtent guère attention, et ce n’est pas pour rien qu’on retrouve le mot “monte” (montagne) dans “Monténégro”.
La plupart des compagnies aériennes accepteront votre vélo. Vous pouvez le démonter et ranger toutes les pièces dans un sac ou une boîte, ou simplement l’enregistrer au comptoir de la compagnie comme un bagage. Il vous sera peut-être demandé d’en retirer les pédales et de tourner le guidon de manière à ce qu’il occupe moins de place dans la soute de l’avion. Renseignez-vous auprès de la compagnie aérienne de votre choix avant d’acheter votre billet. Si votre vélo et vos autres bagages dépassent la limite de poids autorisé, renseignez-vous sur une éventuelle alternative ou vous devrez vous acquitter de frais d’excès de bagage.

Voiture et moto

Passer au Monténégro en véhicule privé ou de location ne devrait pas poser problème si vos papiers sont en règle : certificat d’immatriculation du véhicule et justificatif d’assurance automobile valide localement. Vérifiez bien la police d’assurance de votre véhicule de location, car certains loueurs d’Europe de l’Ouest ne couvriront pas votre voyage au Monténégro.
Depuis les principaux postes-frontières avec la Croatie, la Serbie, le Kosovo et l’Albanie, vous n’aurez 
pas à rouler plus de 25 km pour trouver une station-service ou un garage. 
Depuis le poste-frontière avec la Bosnie en revanche, vous ne trouverez rien avant Nikšić. Vous verrez les mots “auto šlep” suivis de numéros de téléphone peints à la bombe au bord des routes monténégrines ; il s’agit de publicités à bas prix pour des services de dépannage locaux.
Des cas de vandalisme ont été rapportés en Croatie contre des véhicules immatriculés au Monténégro (en particulier du côté de Dubrovnik) et au Monténégro contre des véhicules immatriculés en Croatie (en particulier du côté des bouches de Kotor). Il ne s’agit généralement que de dégradations mineures.

Auto-stop

Nous ne le recommandons pas, mais il est tout à fait possible de faire du stop vers/depuis le Monténégro. Vérifiez simplement que vous avez bien votre passeport et votre éventuel visa sur vous. Certains conducteurs exigent une rémunération, mais cela reste peu courant.

Passage des frontières

Entrer au Monténégro ou en sortir ne pose pas de difficultés particulières. Vérifiez simplement si un visa est nécessaire avant de partir.
 
Albanie
Les deux principaux postes-frontières entre l’Albanie et le Monténégro sont Sukobin (entre Shkodra et Ulcinj) et Hani i Hotit (entre Shkodra et Podgorica). Si vous naviguez sur le lac de Skadar, n’oubliez pas que la frontière le traverse et prenez garde à ne pas la dépasser. En raison des nombreux trafics (cigarettes, drogues et réseaux de prostitution), la police monténégrine patrouille sur le lac. Les mêmes précautions s’imposent dans les monts Prokletije ; il vous faudra alors un permis frontalier.
 
Bosnie-Herzégovine
Les deux principaux postes-frontières entre le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine sont Dolovi (entre Trebinje et Nikšić) et Šćepan Polje. Certaines cartes indiquent d’autres postes plus reculés, mais ils ne sont généralement ouverts (quand ils le sont) qu’aux habitants des deux pays, et des voyageurs ont témoigné y avoir été refoulés.
 
Croatie
L’attente peut être longue au poste-frontière de Debeli Brijeg (sur l’autoroute qui longe l’Adriatique entre Herceg Novi et Dubrovnik). Vous pouvez l’éviter en rejoignant le poste de Kobila par la péninsule de Prevlaka ; bien que nous ayons entendu dire que ce dernier était réservé aux Monténégrins et aux Croates, nous n’avons jamais eu écho d’expériences négatives ou personnellement connu de problème. Pour le rejoindre côté croate, quittez l’autoroute quelques kilomètres avant le principal poste-frontière, et traversez Pločice et Vitaljina. Une fois au Monténégro, la route rejoint l’autoroute juste avant Igalo.
 
Kosovo
Il n’existe qu’un poste-frontière, celui de Kulina, sur la route entre Rožaje et Peć.
 
Serbie
Le poste-frontière le plus fréquenté est celui de Dobrakovo (au nord de Bijelo Polje), suivi de Dračenovac (nord-est de Rožaje) et Ranče (est de Pljevlja). Le train traverse à Dobrakovo.
 

 

 

Mis à jour le : 24 août 2017

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable au Monténégro

Paramètres des cookies