Budapest : Les Incontournables

À voir à Budapest

Le Palais royal 

La première résidence royale, établie au milieu du XIIIe siècle par le roi Béla IV, a bien été détruite et rebâtie une demi-douzaine de fois. Demeure des rois et reines, le palais a aussi accueilli des occupants comme les Ottomans aux XVIe et XVIIe siècles, et des maîtres fort peu présents comme les Habsbourg. Aujourd’hui, le Palais royal joue un rôle de conservatoire historique, accueillant deux musées remarquables, la Bibliothèque nationale et une riche collection de statues et de monuments. C’est le point central de la colline du Château et le site le plus visité de la ville. 

Les thermes

Prendre les eaux relève du quotidien à Budapest, qu’alimentent plus d’une centaine de sources thermales. Des bains de l’époque ottomane aux véritables petits bijoux Art nouveau qui contrastent avec les installations impeccablement modernes et sans âme, le choix reste une affaire de goût et de propos. Souhaitez-vous passer un bon moment, vous dégriser après une soirée bien arrosée ou bien soulager vos vieilles douleurs ?

Le Danube et ses ponts

Lien entre Buda et Pest, le fleuve, omniprésent, reste une voie de communication importante – la moins poussiéreuse de toutes surtout. Bien avant la fusion de 1873 entre les villes des deux rives, les huit ponts routiers enjambant le Danube ont assuré cette unité. Points de repère, ils ouvrent de superbes panoramas sur la rivière, les quatre du centre dominant largement l’ensemble : le pont Marguerite, le pont des Chaînes le pont Élisabeth et le pont de l’Indépendance 

Andrássy út et la place des Héros

Magnifique boulevard planté d’arbres sur 2,5 km de long, Andrássy út relie Deák Ferenc tér au sud avec le Bois-de-Ville au nord. La richesse architecturale et muséale de cette artère l’a fait inscrire tout entière au patrimoine mondial de l’Unesco. Musées, cafés et architectures remarquables se succèdent jusqu’à la place des Héros, entrée triomphale au Bois-de-Ville que domine le monument du Millénaire, dédié aux pères fondateurs de la patrie et aux héros morts pour le pays et l’indépendance nationale.

Le Parlement

Au Palais royal, perché sur la colline du Château, côté Buda, répond, dressé immédiatement sur la rive côté Pest, le Parlement. Siège de l’Assemblée nationale à chambre unique, il aligne sur 268 m, le long du Danube, pas moins de 690 pièces, 10 cours et 27 portes. C’est le plus grand édifice de Hongrie et le lieu de conservation de la couronne de saint Étienne (dans la partie ouverte au public en visite guidée), symbole de la patrie hongroise.

La basilique Saint-Étienne 

Premier édifice chrétien de Budapest par la taille et l’importance, ce joyau de l’architecture néoclassique nécessita plus d’un demi-siècle de travaux avant d’être consacré en 1905. L’effondrement du dôme lors d’un orage nécessita en effet un remodelage complet de la structure même. On peut désormais accéder au sommet pour admirer la ville, mais c’est surtout, outre le trésor d’objets sacrés, la Sainte Dextre (main droite momifiée) de saint Étienne qui fait l’objet d’une intense dévotion.

La Grande Synagogue

La Grande Synagogue de Budapest, la plus vaste d’Europe, fut construite pour pouvoir accueillir jusqu’à 3 000 fidèles néologues (juifs réformés). Cet édifice de style mauresque surmonté d’un dôme en cuivre, l’un des plus voyants de la ville, date de 1859. Une annexe accueille le Musée juif hongrois et sa salle du mémorial de l’Holocauste. Dans la cour se dresse le mémorial de l’Holocauste, un “arbre de vie” conçu par Imre Varga et dont les feuilles portent les noms de certaines victimes.

Le parc des Statues 

Authentique cimetière des erreurs, voire des horreurs du socialisme, ce parc bien aménagé au sud de Buda n’abrite pas moins de 40 statues, bustes et plaques en mémoire de Lénine, Karl Marx, Friedrich Engels et Béla Kun. On a peine à imaginer que l’on érigeait encore, à la fin des années 1980, certaines de ces reliques du réalisme socialiste et que beaucoup furent déboulonnées longtemps après la chute du Mur. Elles étaient autrefois installées dans divers points prestigieux de la cité.

Les collines de Buda

Hormis la maison où Béla Bartók passa ses dernières années, les collines sont plus un refuge qu’un haut lieu du tourisme. L’été, loin de la chaleur et de la poussière de Pest, les hauteurs de Buda s’atteignent toujours comme il y a plus d’un siècle, en petit train à crémaillère. Le joyeux train des enfants vous permettra d’en parcourir une partie avant de redescendre en télésiège sur la “terre ferme”.

Le cimetière Kerepesi 

Ce cimetière-parc aux allées ombragées et au gazon bien tondu n’est autre que le cimetière national, le “Père-Lachaise” de Budapest ! Agréable promenade par beau temps, il permet un voyage émouvant dans le passé, à travers tombeaux monumentaux et mausolées. Lieu de repos éternel de quelques héros nationaux comme Lajos Kossuth, Ferenc Deák et Lajos Batthyány, le cimetière Kerepesi abrite aussi les sépultures d’un grand nombre de victimes du soulèvement de 1956.

 

Mis à jour le : 8 avril 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable à Budapest

Paramètres des cookies