Bruxelles : Si vous aimez

Bruxelles, Bruges, Anvers et Gand ne sont pas des villes exubérantes. Pourtant, elles possèdent plus d'un atout pour séduire : trésors historiques méconnus, circuits alternatifs, vie culturelle et cafés animés bordent chaque coin de rue. Cette partie souligne la diversité de ces villes afin que chaque visiteur imagine son séjour selon ses centres d'intérêt.

Architecture

Les styles architecturaux qui s'entremêlent à Bruxelles, Bruges, Anvers et Gand permettent de retracer le passé de ces cités. L'architecture médiévale – remarquable surtout par les colonnes romanes et les ogives gothiques – a laissé son empreinte au cours des premiers temps de leur histoire. Aux XVIe et XVIIe siècles, c'est le baroque flamand (aussi appelé Renaissance flamande) qui s'imposa, sous l'influence de la tendance flamboyante répandue en Italie. Les plus célèbres exemples sont les maisons des corporations de la Grand-Place de Bruxelles, rebâties dans ce style après le bombardement de la ville en 1695. Le style néoclassique du XVIIIe siècle céda la place à plus d'extravagance après l'indépendance de la Belgique, en 1830. On vit alors apparaître des édifices notables à l'exemple des galeries royales Saint-Hubert. Lorsque Léopold II arriva au pouvoir en 1865, il exprima sa soif de grandeur dans des bâtiments comme le palais de justice de la capitale.
C'est l'Art nouveau, introduit à la fin du XIXe siècle, qui a laissé le plus de traces dans les quatre villes, en particulier à Bruxelles. Il se caractérise par des spirales sinueuses, des courbes et des motifs floraux, et l'utilisation de matériaux tels que le fer forgé (à l'instar de la Tour Eiffel), le verre, les bois précieux et le marbre. Victor Horta fut le premier à introduire ce style élégant à Bruxelles, et ses œuvres sont exposées dans le musée qui porte son nom, son ancienne résidence. Au milieu du XXe siècle, Bruxelles subit une vague de démolitions qui anéantit nombres de trésors Art nouveau. Ainsi, la magnifique Maison du Peuple, signée Horta, fut détruite en 1965 pour faire place à un immeuble de bureaux insipide, ce qui provoqua l'indignation de la communauté internationale et entraîna la création de lois visant à protéger le patrimoine de la ville. L'office du tourisme de Bruxelles distribue une carte avec un parcours Art nouveau, qui peut être téléchargée gratuitement sur le site www.brusselsinternational.be. Anvers renferme également de très beaux exemples de cette période. Après la Seconde Guerre mondiale, l'Art nouveau fut abandonné au profit de l'Art déco et Victor Horta laissa un fabuleux témoignage de cette évolution avec l'ancien palais des Beaux-Arts, aujourd'hui appelé le Bozar.
L'édifice le plus insolite du pays est le futuriste Atomium. Si l'architecture contemporaine est un peu à la traîne, comme en témoignent les immeubles de bureaux banals dans le quartier de l'UE à Bruxelles, quelques édifices se démarquent dans le paysage urbain, notamment la salle de concerts en brique rouge à Bruges (Concertgebouw), le nouveau palais de justice d'Anvers (Justitiepaleis) ou le Natie, également à Anvers.
L'un des meilleurs moyens d'apprécier l'architecture bruxelloise est de participer à l'Atelier de recherche et d'action urbaine (ARAU, C3 ; 02 219 33 45 ; www.arau.org ; bd Adolphe Max 55 ; avr à mi-déc), animé par des habitants. Cette association organise des circuits en bus (15 €) et à pied (10 €) ; vous passerez par des bâtiments de tous les styles, dont certains ne sont pas ouverts au public en temps normal. On peut réserver sur Internet via l'office du tourisme de Bruxelles.

Beautés du moyen âge

  • Gravensteen, Gand
  • Beffroi et béguinage, Bruges
  • Cathédrale Notre-Dame (Onze Lieve Vrouwkathedraal), Anvers
  • Hôtel de ville, Bruxelles

Trésors Art nouveau

  • Musée Horta, Bruxelles
  • Musée des Instruments de musique, Bruxelles
  • Centre belge de la BD, Bruxelles
  • Quartier de Zurenborg, Anvers

Arts

Bruxelles, Bruges, Anvers et Gand témoignent d'une riche tradition picturale, ainsi que d'autres modes d'expression artistique typiquement belges : des sculptures impertinentes et des fresques de BD.
La distinction entre peintres hollandais et flamands apparut à la fin du XVIe siècle. Au XVe siècle, des artistes, sollicités par la noblesse ou le clergé pour immortaliser scènes historiques, religieuses ou de vie quotidienne, exercèrent une influence considérable sur l'art européen ; ils sont aujourd'hui connus sous le nom de primitifs flamands. Parmi eux, citons Jan Van Eyck (v. 1390–1441), dont le retable de l'Agneau mystique (1432), qui consacre l'école flamande de peinture, est conservé à la cathédrale Saint-Bavon (St-Baafskathedraal) à Gand ; Rogier Van der Weyden, le peintre de la ville de Bruxelles ; ou encore Hans Memling (v. 1440–1494). Bruges, berceau de nombreuses œuvres de primitifs flamands, s'enorgueillit d'une magnifique collection au Groeningemuseum.
Au XVIe siècle, Pieter Bruegel l'Ancien (v. 1525–1567) et ses deux fils, Pieter (dit Bruegel le Jeune, 1564–1638) et Jan (dit Bruegel de Velours, 1568–1625) firent leur entrée dans le paysage artistique. Les Pieter père et fils vivaient et travaillaient à Bruxelles tandis que Jan résidait principalement à Anvers, où il avait pour collègue Pieter Paul Rubens (1577–1640). Né en Allemagne, Rubens retourna à Anvers, ville d'origine de ses parents, et mêla les styles flamand et italien pour réaliser des œuvres religieuses qui firent école (la Descente de Croix est sans doute la plus connue), des portraits, ainsi que des scènes mythologiques à la mode baroque (Samson et Dalila, Vénus et Adonis), où les nus voluptueux et les chérubins retiennent souvent l'attention. Rubens installa un atelier à Anvers où le rejoignirent d'autres peintres de talent, notamment Antoon Van Dyck et Jacob Jordaens.
Fauvisme, cubisme, symbolisme et expressionisme se succédèrent, mais c'est le surréalisme qui fut prépondérant. Les deux fers de lance du mouvement furent René Magritte (1898–1967), qui jonglait avec les légendes existentialistes (« ceci n'est pas une pipe », sous une représentation de pipe) et dont l'homme au chapeau melon est devenu un emblème national ; et Paul Delvaux (1897–1994) pour son univers magique et un peu inquiétant.
Actuellement, le milieu de l'art contemporain est très dynamique en Belgique. Quelques noms en vogue : Panamarenko (né en 1940), dont les étonnantes sculptures et peintures mêlent des engins volants réels et imaginaires ; Jan Fabre (né en 1958), plasticien, chorégraphe et metteur en scène ; Luc Tuymans (né en 1958), pour ses peintures porteuses d'un message politique ; et Eddy Stevens (né en 1965), qui emprunte à Rubens en ajoutant des clins d'œil surréalistes.

Rubens en majesté

  • Rubenshuis, Anvers
  • Cathédrale Notre-Dame (Onze Lieve Vrouwkathedraal), Anvers
  • Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, Anvers
  • Rockoxhuis
  • Musées royaux des Beaux-Arts, Bruxelles

Les musées d'art contemporain les plus audacieux

  • Stedelijk Museum voor Actuele Kunst (SMAK), Gand
  • Museum van Hedendaagse Kunst Antwerpen (MuHKA), Anvers

Bière et genièvre

Dans tous les débits de boissons, vous serez confronté à un vaste choix de bières et de jenever (genièvre). Le plus logique consiste pourtant à les goÛter dans les « bars à bière » et les « cafés à genièvre ». Nous avons signalé ces établissements spécialisés, se présentant rarement comme tels, dans les rubriques Prendre un verre de chaque ville. Ils disposent en général d'une carte interminable comportant une foule de détails. Si le choix vous semble trop épineux, demandez conseil au serveur en lui indiquant vos goÛts et vos envies, et faites confiance au spécialiste ! Pour plus de détails sur la bière et le jenever.
La variété des débits de boissons est tout aussi impressionnante. En Belgique, le terme « café » désigne généralement un bar ou un pub (certaines boîtes de nuit se présentent aussi sous cette dénomination). Les établissements ouvrent souvent autour de 10h ; les horaires de fermeture ne sont pas réglementés et varient en fonction de l'affluence.
Les cafés où l'on sert des en-cas sont appelés eetcafé (« café où l'on mange ») ou grand café (une version plus spacieuse et plus élégante).
Dans les bars, on ne sert en principe que des boissons. De la même façon, un herberg (taverne, en flamand) est avant tout un lieu où l'on boit. Pittoresque au possible, le traditionnel bruin café (« café brun », parfois appelé bruine kroeg) doit son nom à ses murs habillés de boiseries alternant avec de grands miroirs. Ces bars à l'ancienne sont des lieux de prédilection pour se mêler aux habitants.
Si vous sortez avec des Belges, vous remarquerez vite que tous, hommes ou femmes, offrent des tournées ; celui qui ne le fait pas fait figure de paria, sauf s'il s'agit de « Bob » (surnom donné au conducteur qui ramène tout le monde et de fait ne boit pas – une excellente campagne de prévention contre l'alcool au volant a fait passer ce concept dans le langage quotidien). Vous verrez également que pour commander, les Belges utilisent un langage des signes étonnant mais efficace. Enfin, n'oubliez pas qu'en flamand, « Santé ! » se dit schol ou gezondheid.
Pour ce qui est du café, il fait pâle figure face aux boissons alcoolisées. En revanche, il existe de plus en plus de salons de thé servant de bons thés parfumés, par exemple l'AM Sweet à Bruxelles.

Nos bars à bière préférés

  • Bierhuis Kulminator, Anvers
  • Brugs Beertje, Bruges
  • Het Waterhuis aan de Bierkant, Gand
  • 't Waagstuk, Anvers
  • Chez Moeder Lambic, Bruxelles

Genièvre à perdre la tête

  • De Vagant, Anvers
  • 't Dreupelkot, Gand

Cuisine

Aiguisez votre appétit car les restaurants des quatre villes concoctent une ribambelle de spécialités. Par ailleurs, la Belgique compte plus d'étoiles au Michelin par habitant que nul autre pays d'Europe ! Beaucoup de cafés servent également plats et en-cas.
En Flandre, le petit-déjeuner est très copieux : charcuterie, fromage, céréales, etc. À midi, de nombreux restaurants proposent un plat du jour (dagschotel en flamand). Consultez également les menus du jour (dagmenu), qui comprennent généralement trois plats ou plus. Si certaines cuisines allument les fourneaux dès 18h pour le dîner, la plupart des tables s'animent quelques heures plus tard.
Si la Belgique a un plat national, c'est incontestablement les moules marinières (mosselen), servies en cassolettes, à déguster avec les doigts en s'aidant d'une coquille. Pour tout savoir sur ces mollusques tant appréciés. Quant aux frites (frieten), elles sont omniprésentes. Elles accompagnent évidemment les moules et la plupart des plats, et comblent les petits creux à toute heure.
Parmi les autres plats régionaux qui arrivent en tête d'affiche sur les tables, citons les croquettes aux crevettes, le matoufet en Wallonie (une sorte de pain perdu, avec du lard, mangé à la bonne franquette), le filet américain, le waterzoï (un plat originaire de Gand), et plusieurs ragoÛts de viandes comme la carbonade flamande (à la bière) et le hochepot des Flandres.
La plupart des restaurants, quelle que soit leur catégorie, proposent au moins un plat végétarien ; les végétaliens auront en revanche du mal à trouver leur bonheur. Les salades et les soupes contiennent souvent de la viande ou du poulet, vérifiez avant de passer commande. Les restaurants exclusivement végétariens sont rares.
Si vous désirez un repas rapide, sain et bon marché, tournez-vous vers les nouvelles chaînes de restauration qui servent salades fraîches, sandwichs, légumes, soupes (avec parfois des bouillons sans viande), quiches et tartes chaudes.
Côté sucré, vous dégusterez des gaufres, des biscuits, comme le palet de dame (un gateau au rhum recouvert de fondant blanc, originaire de Flandre), et bien sÛr, du chocolat.
Comme on peut s'y attendre, toutes les cuisines de la planète sont présentes à Bruxelles ; Bruges, Anvers et Gand donnent ainsi l'occasion d'effectuer de beaux voyages culinaires.
En prévision des sorties au restaurant avec des enfants.

Menu à la belge

Les plats suivants sont servis dans beaucoup de restaurants en Flandre.

  • Bloedworst – boudin noir à base de sang de porc, traditionnellement servi avec une sauce aux pommes
  • Breugel Kop – morceaux de bœuf et de langue en gelée
  • Filet américain – steak tartare
  • Konijn met pruimen – lapin aux pruneaux
  • Paardefilet – steack de cheval
  • Paling in 't groen – anguilles au vert (aux épinards)
  • Stoemp – purée de pommes de terre et saucisse
  • Waterzooi – ragoÛt de poulet à la crème, originaire de Gand. Parmi les variantes régionales, citons l'Oostendse Waterzooi, un plat de poisson servi à Ostende, sur la côte.

Cinéma

Les Belges aiment le 7e art. Pourtant, en comparaison à d'autres formes artistiques, l'industrie cinématographique bénéficie d'assez peu de fonds. Seuls deux films belges grand public sortent en moyenne chaque année, auxquels s'ajoutent de petites productions indépendantes aux budgets plus limités. Les réalisateurs belges n'en sont pas moins renommés au plan international. Citons Chantal Akerman (Toute une nuit), Luc et Jean-Pierre Dardenne, deux fois lauréats de la Palme d'Or à Cannes pour Rosetta (1999) et L'Enfant (2005), le controversé Jan Bucquoy (auteur notamment de La Vie sexuelle des Belges) ou Jaco Van Dormael (Toto le héros). Pour une authentique tranche de vie anversoise, découvrez Anyway the Wind Blows (2003), de Tom Barman (chanteur du groupe dEUS), qui suit les parcours entremêlés de huit personnages et se conclut par une grande fête. Sorti sur les écrans en 2008, Bons baisers de Bruges est un comédie britannique qui met la cité brugeoise à l'honneur. Les acteurs belges se sont aussi taillé une belle réputation à l'étranger, et le public (français) en oublie parfois qu'ils sont belges, comme Natacha Régnier ou Benoît Poelvoorde. Certains atteignent l'envergure de véritables stars telles le « Monsieur Muscle » local, Jean-Claude Van Damme. Parmi les étoiles nationales, citons Vincent Grass, Natacha Amal et Matthias Schoenaerts.
Quelques merveilleuses salles de cinéma à l'ancienne restent en activité (voir Sortir pour chaque ville) et le musée du Cinéma de Bruxelles organise des projections de films muets accompagnées par un pianiste. Des festivals de cinéma sont aussi organisés chaque année.

Arts vivants

Sachant que c'est un opéra qui fut à l'origine de la révolte pour l'indépendance de la Belgique, il n'y a rien d'étonnant à ce que les arts vivants bénéficient d'un intérêt prononcé dans tout le pays.
Bruxelles possède des dizaines d'établissements splendides, et les autres villes du pays ne sont pas en reste. Bruges s'enorgueillit d'une salle extraordinaire, le Concertgebouw et Anvers compte sur sa propre compagnie d'opéra, le Koninklijke Vlaamse Opera. Anvers héberge également la Compagnie royale de ballet classique, le Koninklijk Ballet van Vlaanderen. Un spectacle à l'opéra de Gand, construit en 1840, est une expérience mémorable. Il existe aussi de charmants théâtres de marionnettes traditionnelles, notamment le Théâtre royal de Toone.
Assistez à des représentations de théâtre expérimental (en français, en flamand et parfois en anglais) ainsi qu'à des spectacles de danse contemporaine avant-gardistes, avec des compagnies comme Rosas (www.rosas.be), créée par Anna Teresa de Keersmaeker, et Ultima Vez (www.ultimavez.com).
Le site international www.whatsonwhen.com (en anglais) répertorie les lieux et les événements partout en Belgique.
En général, les billets peuvent être achetés directement sur place ou à la Fnac de Bruxelles (D2 ;02 211 40 60 ; www.fnac.be ; City 2), d'Anvers (C4 ;billetterie 0900 006 00 ; centre commercial Grand Bazar) ou de Gand (C3 ;09 223 40 80 ; Veldstraat 88). Pour beaucoup d'événements, les billets sont disponibles via www.tickets.com. La plupart des salles de spectacle ferment en juillet-aoÛt.

Parcs et jardins

Non contents d'offrir une bouffée d'air pur, les parc et jardins sont souvent des oasis d'art, d'histoire et de culture.
Bruxelles est sans doute plus verte que vous ne l'imaginez. Le parc le plus fréquenté du centre-ville est le parc de Bruxelles, où l'on vient déjeuner, faire un jogging ou promener ses enfants. À l'ombre du palais Royal et du palais de la Nation, ce joli parc dessiné au XVIIIe siècle fut le théâtre de sanglants combats qui précédèrent l'indépendance de la Belgique en 1830. À côté du quartier de l'Europe, le vaste parc du Cinquantenaire est bordé de musées. À l'extrémité sud de la ville, le bois de la Cambre s'étend jusqu'à la forêt de Soignes, tandis qu'au nord-ouest de la capitale, le parc de Laeken, planté de châtaigniers et de magnolias, court jusqu'à l'Atomium. Retrouvez la liste de tous les parcs de la région de Bruxelles sur le site www.ecli.net/rbc.
Bruges possède quelques beaux parcs en bordure des canaux ; l'un d'eux est joliment ponctué de moulins à vent.
Le principal espace vert d'Anvers est le Stadspark (F6), de forme triangulaire. La rive ouest de la rivière est également doté d'un paisible parc.
À Gand, le Citadelpark est situé entre la gare Gent-St-Pieters et l'université ; ce parc verdoyant renferme le Museum voor Schone Kunsten et le fantastique Stedelijk Museum voor Actuele Kunst (SMAK).

Spécial enfants

Certes les boutiques de chocolat ou le musée de la BD s'adressent avant tout aux adultes, mais il est certain que les enfants auront plaisir à visiter ces quatre cités. Il est on ne peut plus simple de voyager entre les villes, d'autant qu'en train, les trajets débutant après 9h sont gratuits pour les enfants de moins de 12 ans accompagnés d'un adulte.
Beaucoup de chambres d'hôtes et d'hôtels disposent de lits pour enfants (généralement loués autour de 15 €), mais mieux vaut les réserver avant d'arriver. Les poussettes ne sont pas forcément d'un grand secours, car il vous faudra descendre et monter d'innombrables escaliers et manœuvrer dans les rues pavées et sur les trottoirs étroits.
Dîner avec des enfants ne devrait pas créer de difficulté, même dans les grands restaurants. Les petits Belges sont plutôt calmes dans l'ensemble et on attendra de votre progéniture un comportement similaire. Les restaurants prêtent généralement des chaises hautes et proposent parfois un menu enfant, mais mieux vaut vous renseigner à l'avance (même si les choses finissent toujours par s'arranger). Les petits quémanderont sans doute des frites et des gaufres à longueur de journée, mais au moins ils n'auront pas faim.
Et pour en revenir aux BD et aux chocolats, nul doute qu'ils feront aussi le bonheur des enfants !

Quand il pleut

  • Musée Scientastic, Bruxelles
  • Aquatopia, Anvers
  • Théâtre royal de Toone, Bruxelles

Au grand air avec des enfants

  • Balade à vélo, toutes les villes
  • Plopsaland, près de Bruges
  • Mini-Europe, Bruxelles
  • Zoo d'Anvers, Anvers

Vie nocturne

Que vous ayez envie de musique douce, d'un DJ branché ou d'une folle piste de danse, vous trouverez votre bonheur dans chacune des villes. Certes il n'y a pas de discothèques à Bruges, mais la cité accueille des DJ et des concerts.
Le jazz est de loin la musique la plus jouée en live, et chaque ville réserve son lot de scènes intéressantes. À Bruxelles, consultez le programme de Jazzolive (www.jazzolive.be). Le blues répond à l'appel, en particulier dans des lieux spécialisés comme Le Bizon, à Bruxelles. Les occasions d'écouter du rock sont plus rares, tandis que les musiques du monde gagnent constamment du terrain grâce au caractère multiculturel des villes. Les meilleurs festivals de musique sont répertoriés dans Agenda.
Pour vous enquérir des soirées spéciales, glanez des flyers dans les magasins de musique, les boutiques de street wear, les bars et les cafés. Sur Internet, consultez www.noctis.com pour les soirées funk, électro, house et les clubs ; www.netevents.be est un site d'information générale sur la vie nocturne et www.bulexasbl.be annonce les soirées underground à Bruxelles. Les discothèques s'animent autour de minuit et restent ouvertes jusqu'à 5h ou plus, en particulier le week-end.

Jazz à tous les étages

  • De Muze, Anvers
  • Sounds Jazz Club, Bruxelles
  • L'Archiduc, Bruxelles
  • Hotsy Totsy, Gand

Discothèques les plus hot

  • Culture Club, Gand
  • Dirty Dancing@Mirano, Bruxelles
  • Café d'Anvers, Anvers
  • Fuse, Bruxelles

Gay et lesbien

Bruxelles et Anvers sont les villes belges qui ont le plus de succès auprès des voyageurs homosexuels, grâce aux soirées fréquentes et aux clubs à l'ambiance palpitante. Tous les mois, la légendaire soirée La Démence (www.lademence.com) attire à Bruxelles des beaux garçons venus de toute l'Europe. Beaucoup logent au Royal Windsor Hôtel (www.warwickhotels.com), un établissement cinq-étoiles ultra-mode. Le Festival du film gay et lesbien de Bruxelles (www.fglb.org) se déroule fin janvier, et la Gay & Lesbian Pride investit les rues de la capitale en mai.
À Bruxelles, les établissements gays et lesbiens se trouvent autour de la rue du Marché au Charbon, de la rue des Pierres et de la rue de la Fourche, en plein centre-ville. À Anvers, les adresses de la communauté homosexuelle (notamment le chic Red & Blue) sont disséminées à travers la ville ; elles sont indiquées sur le plan Gay Antwerpen distribué gratuitement à l'office du tourisme. À Gand, les adresses sont également dispersées et il faut se procurer le plan gratuit Gent Holebi à la Casa Rosa, ou acheter la brochure bimensuelle Zizo (3,75 € ; en flamand mais facile d'accès). Cette dernière est publiée par Holebifoon (0800 99 533 ; www.holebifoon, en flamand) et répertorie des dizaines d'adresses à Bruxelles, Bruges, Anvers et Gand. Bruges ne possède aucune adresse spécifiquement gay ou lesbienne, mais l'office du tourisme dispose d'une liste des établissements où la communauté homosexuelle est bienvenue. Pour plus d'adresses, voir également les rubriques Prendre un verre et Sortir de chacune des villes.
La Belgique est progressiste en matière de droit des couples homosexuels et prendre une chambre à l'hôtel ne pose jamais de problème.

Shopping

La bière et le chocolat sont les cadeaux les plus faciles à rapporter de Bruxelles, Bruges, Anvers et Gand, et toutes ces villes offrent un large choix de boutiques spécialisées. Autres suggestions : la dentelle artisanale, les créations de stylistes belges, les BD, un diamant et les antiquités chinées chez les brocanteurs ou sur les foires. Les marchés des différentes villes sont également l'occasion d'acheter vêtements, disques et bibelots, tandis que les marchés de Noël débordent de jouets colorés, d'articles pour la maison et de décorations.
Pensez aussi à rapporter de l'Élixir d'Anvers, une liqueur à base de plantes, des biscuits bruxellois, des bonbons traditionnels ou encore de la moutarde de Gand.
Les fanatiques de shopping feront coïncider leur séjour avec les soldes, qui commencent la première semaine de janvier et la première semaine de juillet, avec des réductions atteignant parfois 70%.

Chocolatiers les plus alléchants

  • Del Rey, Anvers
  • Pierre Marcolini, Bruxelles
  • Chocolate Line, Bruges
  • Wittamer, Bruxelles

Les meilleures boutiques de bière

  • 2BE, Bruges
  • Beermania, Bruxelles
  • De Biertempel, Bruxelles
Vizeat

Articles récents