Singapour : Si vous aimez

Si Singapour fut un temps une chenille parfaitement fonctionnelle mais dénuée de toute fantaisie, elle s'est désormais changée en papillon, même si seulement à moitié sorti du cocon. Il a toujours fait bon manger, boire, danser et s'amuser à Singapour, mais la ville secoue à présent son conservatisme à grands coups d'ailes pour s'affirmer comme l'une des capitales culturelles de l'Asie.

Cuisine

Il n'y a pas à Singapour de sujet plus susceptible d'exciter les passions ou de déclencher une dispute que la cuisine. Comme l'a dit K.F. Seetoh, auteur et éditeur de la bible de la cuisine de rue, Makansutra : « Tous les Singapouriens sont des critiques gastronomiques. » Il serait en effet plus facile d'obtenir un consensus sur le changement climatique à l'ONU que de trouver deux Singapouriens d'accord sur le meilleur endroit pour manger un plat donné. Mais tout cela signifie une chose : ici, on mange suprêmement bien. Et Singapour ferait une excellente capitale asiatique de la cuisine.
Pour manger local, il n'y a pas de meilleur choix que les hawker centres (il y a de subtiles distinctions entre hawker centres, food centres, food courts... mais pour faire simple nous appelons ici hawker centre tout regroupement de stands servant à manger et/ou à boire). Ces endroits animés où se côtoient cuisines chinoise, indienne, malaise et occidentale revisitées constituent l'aspect le plus réjouissant du mélange de cultures qui caractérise Singapour. On en trouve partout – dans toutes les galeries marchandes, toutes les rues, dans les blocs d'immeubles d'habitation construits par l'État, et jusque dans la plus petite ruelle – et on peut maintenant y manger d'autres cuisines asiatiques (japonaise, coréenne, thaïe…).
Dans un monde parfait, il suffirait de visiter un hawker centre accueillant pour les touristes, comme ceux, immenses, de Lau Pa Sat, Maxwell Rd ou Newton Circus, pour goûter aux meilleurs plats. En fait, tout change en permanence. Des stands extraordinaires se déplacent vers d'autres cieux ou, plus rarement, disparaissent. Si vous revenez à Singapour, il n'y a aucune garantie que vous retrouviez votre stand favori. Aussi, faites confiance au réceptionniste de votre hôtel ou à votre chauffeur de taxi et tentez de nouvelles expériences. Les sites Internet Makansutra (www.makansutra.com) et Hungry Go Where (www.hungrygowhere.com) sont incontournables pour dénicher les meilleurs stands – ou les meilleures tables singapouriennes en général.
Une exploration approfondie du sujet vous mènera inévitablement à un moment ou à un autre dans le quartier chaud de Geylang, qui est aussi le cœur de la cuisine de rue de l'île et où s'aventurent peu de touristes occidentaux.
Pour ceux qui préfèrent manger seuls, une première visite dans un hawker centre peut être un peu déroutante, mais il est facile de repérer le stand du moment. Pour nombre d'entre nous, une file d'attente est une invitation à passer son chemin, mais, pour les Singapouriens, elle fait office de balise, et ils n'hésitent pas à attendre debout une demi-heure pour profiter d'un plat en vogue, même si le stand voisin, moins fréquenté, sert un plat absolument délicieux.
Bien que les hawker centres fassent la joie et la fierté de Singapour, la ville offre aussi un choix considérable de restaurants haut de gamme. Les cuisines italienne et française sont très bien représentées, en particulier autour de Chinatown et dans Holland Village. Les expatriés japonais ont colonisé les restaurants de Cuppage Plaza, tandis que les Thaïs nostalgiques se rendent dans le Golden Mile Complex, certes plutôt décati mais qui offre une cuisine remarquable.
Si vous voulez cuisiner vous-même, allez faire un tour chez Carrefour (www.carrefour.com.sg) – oui, c'est bien le même ! – ou Marketplace (www.coldstorage.com.sg), qui ont d'excellents produits frais. Les boutiques spécialisées sont très bien également, comme Jones the Grocer, qui fournit les riches Singapouriens en huiles aromatisées et fromages de luxe.

Les meilleurs hawker centres sans touristes

  • Changi Village Hawker Centre
  • Dunman Rd Food Centre
  • Hong Lim Complex
  • Maxwell Rd Hawker Centre
  • Old Airport Rd Food Centre

Les meilleures rues pour passer de stand en stand

  • Club St
  • Geylang Rd
  • Joo Chiat Rd/Joo Chiat Pl
  • Race Course Rd
  • Serangoon Rd

Où dîner européen aux chandelles

  • 2am Desert Bar
  • Au Jardin Les Amis
  • L'Angélus
  • Senso
  • The Cliff

Où se régaler chinois

  • Guan Hoe Soon
  • Lei Garden
  • My Humble House
  • Peach Garden
  • Shang Palace

Shopping

La réputation de Singapour comme destination de shopping bon marché, comme d'ailleurs sa réputation de ville ennuyeuse, n'est plus du tout d'actualité. Cela fait belle lurette que Bangkok, Kuala Lumpur et, dans une certaine mesure, Hong Kong lui font la pige en la matière. Singapour garde toutefois l'avantage côté pratique et on peut y faire des affaires sur certains vêtements, sur les montres, l'informatique et l'électronique, ainsi que sur les antiquités asiatiques.
Tous les ans en juin, les soldes de la Great Singapore Sale sont intéressants, mais mieux vaut être sur place dès le début pour profiter des meilleures affaires. Si on peut marchander dans beaucoup de magasins, les visiteurs arrivant d'autres pays d'Asie en profiteront pour s'épargner ces joutes épuisantes, en particulier s'ils se lancent dans le Grand Canyon du shopping consituté par les galeries marchandes qui bordent Orchard Rd.
Les aventuriers qui s'éloigneront d'Orchard Rd seront récompensés par des trouvailles intéressantes. Little India regorge d'or, de parfums, de tissus bon marché, d'épices et d'artisanat. De part et d'autre du quartier se dressent les célèbres bâtiments de Sim Lim Sq, avec sa galerie consacrée à l'informatique à bas prix, et du Mustafa Centre, grand magasin ouvert 24h/24 qui constitue une véritable expérience à lui tout seul.
Le quartier arabe regroupe des magasins de tissu, de rotin, de bijoux, les boutiques branchées d'Haji Lane et les commerces d'art, d'artisanat et de brocante de Bussorah St, une rue piétonne. À proximité, le marché de Bugis St vend vêtements bon marché et contrefaçons.
Ignorez les boutiques pour touristes de Pagoda St et Trengganu St dans Chinatown. Il y a de vrais bons plans à dénicher ailleurs dans le quartier, en particulier des objets d'artisanat ou d'art asiatique, bien que nombre des antiquités proposées soient des faux. Pour découvrir un grand magasin d'un genre original, baladez-vous à travers les cinq étages du Yue Hwa Chinese Products.
Le ghetto pour nouveaux riches de Dempsey Rd est un bon endroit pour trouver objets d'art et antiquités dans des boutiques qui ne doivent rien à la nouvelle sociologie du quartier. Essayez aussi les allées un peu ternes du Tanglin Shopping Centre (ne confondez pas avec le Tanglin Mall, hanté par les épouses des expatriés).

Où faire la meilleure trouvaille

  • Bussorah St (encadré)
  • Bugis St Market
  • Far East Plaza (encadré)
  • Haji Lane (encadré)
  • Serangoon Rd et les rues adjacentes

Où trouver des marques de luxe

  • Ngee Ann City (encadré)
  • Ion Orchard Mall
  • Paragon (encadré)
  • Raffles City (carte, F3)
  • Tanglin Mall (encadré)

Les meilleures galeries marchandes hors des sentiers battus

  • Far East Plaza (encadré)
  • Holland Rd Shopping Centre (carte, D4)
  • Tanglin Shopping Centre (encadré)
  • Heeren (encadré)
  • Vivocity (encadré)

Les meilleurs marchés de rue

  • Bugis St Market
  • Sungei Rd Thieves Market

Avec des enfants

Singapour offre de nombreuses possibilités aux enfants de tous âges. Pour échapper à la chaleur, ils adoreront le parc aquatique Wild Wild Wet, à visiter de préférence en semaine ou à combiner le week-end avec l'Escape Theme Park voisin.
À Sentosa, on trouve le nouveau parc d'attractions Universal Studios, ainsi que des attractions moins gigantesques, comme la luge, le Flying Trapeze et Cineblast. L'East Coast Park est le site de Ski 360° – parc où pratiquer ski nautique, kneeboard et wakeboard – et de kilomètres de sentiers à parcourir à cheval, à vélo ou sur des patins.
Le zoo de Singapour et le safari nocturne sont très bien adaptés aux enfants, comme l'est le parc ornithologique de Jurong, où se trouvent également le Science Centre, pédagogique et amusant, et ses voisins l'Omni-Theatre, qui projette des films IMAX, et la piste de ski de Snow City. Les enfants qui s'intéressent aux mythes et légendes asiatiques aimeront les statues de l'Haw Par Villa. Enfin, les parents d'enfants plus âgés pourront les lancer sur les pistes de VTT de Pulau Ubin – qu'ils s'assurent simplement de louer un vélo correct.

Le meilleur de la glisse

  • Sentosa Luge
  • Ski 360°
  • Snow City
  • Wild Wild Wet

Le meilleur de l'éducatif

  • Haw Par Villa
  • Jurong Bird Park
  • Night Safari
  • Science Centre Singapore
  • Singapore Zoo

Bars et clubs

Avec tous les bars, pubs et clubs que compte Singapour, pas question de se coucher tôt. La politique de zonage en vigueur explique que bars et clubs sont en général regroupés dans des secteurs bien délimités, ce qui est parfait pour une tournée des grands ducs, beaucoup moins quand on veut prendre un verre au calme.
Le long d'Orchard Rd, c'est Emerald Hill, avec sa série de petites shophouses colorées, qui attire le plus de monde. Dans le Colonial District, un vieux couvent a été transformé avec talent – et un peu d'irrévérence – en un centre centre commercial regroupant boutiques, bars et restaurants, baptisé CHIJMES (carte, E3).
Le pouls de la nuit bat sur les quais. Boat Quay attire banquiers et touristes (et les rabatteurs qui les harcèlent), et il vaut mieux se décaler d'un pâté de maison pour rejoindre les établissements plus discrets de Circular Rd (carte, D6). Clarke Quay (carte, D5), qui a bénéficié d'une rénovation, a connu un fort engouement ces dernières années et tout le quartier s'est transformé en une vaste piste de danse – essayez le Rupee Room, le Butter Factory et le Cuba Libre. Les extravertis choisiront l'Actor's Bar, les plus réservés se sentiront probablement mieux dans les coins plus tranquilles de Robertson Quay un peu plus en amont.
La nuit, le CBD est tranquille, sauf vers Far East St, où se trouve l'Oosters, un bar belge, et le Kazbar. Quant à ce verre au calme, allez le prendre sur Club St (carte, E3), dans Chinatown, au BluJaz Café dans le quartier arabe, au Prince of Wales dans Little India, ou quelque part du côté d'Holland Rd ou Bukit Timah.
À noter que la St James Power Station, avec ses huit bars-clubs rutilants, dans le sud-ouest de la ville, s'affirme comme une sérieuse concurrente pour le titre de point le plus chaud de la nuit singapourienne.

Pour aller danser

  • Butter Factory
  • Cuba Libre
  • Movida
  • Rupee Room
  • Zouk

Pour prendre une bière

  • Archipelago
  • Brewerkz
  • Oosters
  • Paulaner Brauhaus
  • Red Dot Brewhouse

Mode

L'expression résumant le mieux l'esprit de la mode singapourienne est probablement « chic décontracté ». On n'est pas à Tokyo et les tenues les plus osées que vous risquez de rencontrer sont celles des quelques ados gothiques, pour la plupart malais, mais même eux se limitent à un look codifié. Jusqu'à un récent virage à 180°, l'individualisme était découragé à Singapour, ce qui se reflète fortement dans la tenue vestimentaire. T-shirts et jeans sont omniprésents. Pour les jeunes femmes, la mode privilégie les petits shorts en denim et les minijupes, souvent associés à un débardeur et à des ballerines. Dans les quartiers périphériques, les tongs, le bermuda et le T-shirt constituent l'uniforme le plus courant, tandis que dans le centre-ville les jeunes cadres impeccables portent chemise rayée, pantalon noir, chaussures pointues ou à bout carré et, bien entendu, du gel plein les cheveux (sans oublier le portable calé dans la main ou l'oreillette bien en place).
Malgré cette absence d'originalité et un goût prononcé pour les marques internationales de prêt-à-porter, il existe quelques lieux où dénicher de quoi se vêtir autrement. Sur Orchard Rd, le Heeren propose des vêtements de designers locaux et le Far East Plaza des tenues chics et bon marché ou plus extravagantes. Parco Bugis Junction abrite quelques créateurs locaux et, en face, le marché de Bugis Street réserve parfois de bonnes surprises.
Les principaux couturiers de Singapour, comme Daniel Yam (www.danielyam.com/trial.htm), Anthea Chan (www.perfectinblack.com) et, pour sortir vraiment des sentiers battus, K Mi Huang (www.womb.com.sg) sont dignes des créations des plus grandes marques internationales.

Concerts

La scène musicale de Singapour était autrefois peu engageante. Même s'il y a encore peu de groupes locaux vraiment intéressants, la situation a considérablement évolué.
Les amateurs de musique classique ne seront pas déçus. En effet l'orchestre symphonique et l'orchestre chinois de Singapour donnent régulièrement des concerts de bonne tenue à l'Esplanade. Il y a aussi des concerts gratuits en plein air le vendredi à l'Esplanade et de temps en temps sur la scène musicale construite sur le lac du jardin botanique. On peut acheter des billets pour les principaux concerts auprès de Sistic (www.sistic.com.sg) ou de TicketCharge (www.ticketcharge.com.sg).
Il arrive que passe par Singapour l'une ou l'autre des grandes stars internationales du rock ou de la pop, qui jouent au Singapore Indoor Stadium ou à Fort Canning Park. Mais il y a surtout quantité d'excellents groupes qui prennent leurs quartiers plus ou moins longtemps dans des bars ou des clubs comme ceux de la St James Power Station, l'Arena et le Cuba Libre. Le Crazy Elephant et le Substation (carte, E3) ouvrent leur scène à des groupes locaux. Le Prince of Wales, dans Little India, accueille régulièrement de bons ensembles locaux ou d'expatriés, ainsi qu'une sélection un peu inégale de gratteux acoustiques (une pinte de cafard poétique, Monsieur ? Ça marche !). Connectez-vous au site de TimeOut Singapore (www.timeoutsingapore.com, rubriques Music, Clubbing ou Performance) pour les concerts et événements à venir.
Les amateurs de jazz risquent d'être un peu frustrés. Le meilleur choix reste pour eux le Southbridge Jazz@7atenine, où se produisent les mêmes musiciens que dans le plus ancien club de jazz de Singapour, le Jazz@Southbrige. Le week-end, le BluJaz Café et le Harry's Bar peuvent offrir de bons sets. Par ailleurs, le Bellini Room de la St James Power Station accueille des groupes au swing irrésistiblement entraînant.

Le meilleur son jazz

  • Bellini Room
  • BluJaz Café
  • Harry's Bar
  • Southbridge Jazz@7atenine

Les meilleurs concerts

  • Crazy Elephant
  • Movida
  • Prince of Wales
  • The Arena
  • Wala Wala

Architecture

Comme pour de nombreuses villes à travers le monde, les années 1960 et 1970 ont été pour Singapour des années de bouleversement architectural. À cette époque, le bloc de béton fonctionnel était devenu la référence absolue, ce qui a eu pour conséquence la destruction d'une bonne partie des édifices anciens de l'île-État.
Heureusement, le bon sens a fini par prévaloir et des poches de la merveilleuse architecture singapourienne ont été sauvées, bien que les marchands de blocs béton prospèrent encore – ils construisent les immeubles planifiés par l'Office du logement et du développement (HDB). Le Colonial District est un sanctuaire de demeures coloniales et Chinatown abrite encore nombre de shophouses historiques autour de Telok Ayer, Tanjong Pagar et les ruelles adjacentes à South Bridge Rd.
Dans Kantong (Joo Chiat), on peut voir de vastes zones de shophouses Peranakan traditionnelles, remarquables pour leurs façades décorées et leurs cours intérieures rafraîchissantes.
Comme toujours, les avis sont très partagés dès qu'il s'agit des nouvelles constructions. La plupart des habitants soit adorent soit détestent l'Esplanade-Theatres on the Bay, aux allures de durians, et le « vaisseau spatial » de Norman Foster qui abrite la Cour suprême. Parkview Sq, place curieusement isolée digne de Gotham City, en surprend certains. Les tours jumelles du Gateway, conçues par I.M. Pei, ont la particularité de paraître plates d'où qu'on les regarde. Pour un chef-d'œuvre de symbiose entre design moderne et architecture classique, allez voir le musée national de Singapour et ses chandeliers oscillants. Enfin, dernières venues, les trois tours de 55 étages du Marina Bay Sands, avec leur jardin dans le ciel, symbolisent les nouvelles ambitions de la cité-État.

Les plus beaux édifices contemporains

  • Esplanade
  • Ion Orchard Mall
  • Parkview Sq (carte, G2)
  • Singapore Management University (carte, F3)
  • Cour suprême (carte, E5)

Les plus beaux édifices anciens

  • Musée des Civilisations asiatiques
  • Fullerton Hotel (carte, F6)
  • Musée national
  • Old Parliament House (The Arts House ; carte, E5)
  • Raffles Hotel

La Singapour verte

La première image qui vient à l'esprit du visiteur arrivant dans cette petite île où cohabitent 4,5 millions de personnes est celle d'une fourmilière humaine, d'une métropole de béton toute dévolue aux logements, à l'industrie et à l'argent.
Il s'aperçoit bien vite que ce n'est pas le cas. Outre de très nombreux parcs, Singapour compte des marais, des mangroves et, plus impressionnant que tout, l'une des deux seules forêts tropicales humides en milieu urbain au monde, la réserve naturelle de Bukit Timah.
Le centre de l'île est réservé aux forêts et aux réservoirs. Les mangroves qui la bordaient autrefois sont préservées en trois principaux points accessibles au public : la Sungei Buloh Wetland Reserve, le Pasis Ris Park et Chek Jawa sur Pulau Ubin, où s'ébattent oiseaux, loutres, varans et même quelques crocodiles.
Les forêts de Bukit Timah et de la réserve naturelle de Central Catchment sont les meilleurs endroits où voir des macaques à longue queue, des galéopithèques, des pythons, des lézards et des centaines d'espèces d'oiseaux.
Singapour se convertit lentement à l'écologie. Le gouvernement revoit trois fois par an son Plan vert pour 2012 (réduction des émissions de CO2, de la pollution atmosphérique et de la consommation d'eau, et amélioration de la gestion des déchets). Mais la récente augmentation de la circulation et la lenteur de la mise en place du recyclage menacent ses politiques environnementales.
De plus, l'île n'a aucune prise sur les actions de ses voisins et, de juin à septembre, l'épais brouillard âcre dû aux feux de défrichage en Indonésie peut dégrader la qualité de l'air (plutôt bonne en général) durant des semaines.

Parcs

Les extravagants massifs de plantes qui bordent la voie express qui mène en ville depuis le Changi Airport sont la première chose que remarquent nombre de visiteurs. Et ce n'est pas juste une vitrine. Singapour ne manque en effet pas de verdure.
L'une des conséquences positives du strict contrôle gouvernemental sur le développement de l'île-État a été la création de centaines de parcs en centre-ville et en banlieue. Et il ne s'agit pas de terrains vagues protégés à regret de l'avidité des promoteurs par un conseil municipal apathique.
Les parcs de Singapour sont bien souvent des chefs-d'œuvre d'architecture paysagère, de la plus petite oasis urbaine comme le Telok Ayer Garden (carte, F4) aux forêts du Kent Ridge Park et de la réserve naturelle de Labrador en passant par les vastes espaces méticuleusement entretenus de l'East Coast Park. Attendez-vous à trouver des pistes cyclables, des bancs non vandalisés, des parcours de santé parfaitement équipés, des mares pleines de nénuphars, des sentiers de réflexologie plantaire, des postes d'observation des oiseaux, des promenades de planches dans la mangrove, des restaurants, des musées, des jardins d'épices et des carrés de légumes, des balades pour chiens et des foyers à barbecue. Un immense réseau de voies de connexion entre les parcs permet aux cyclistes et aux joggeurs de faire pratiquement le tour de l'île sans croiser une route.
En entrant dans l'un de ces espaces merveilleux, on a tendance à croire, malgré tout le scepticisme qu'inspire l'expérience sociale singapourienne, que l'État a eu foi dans le pouvoir régénérateur des espaces verts dans un milieu surpeuplé et que, ce faisant, il avait peut-être à cœur le bien-être de ses citoyens.

Les plus beaux parcs en front de mer

  • East Coast Park
  • Réserve naturelle de Labrador
  • MacRitchie Reservoir Nature Park
  • Pasir Ris Park

Où échapper à la ville au cœur de la ville

  • Fort Canning Park
  • Kent Ridge Park
  • Réserve naturelle de Labrador
  • Mt Faber Park
  • Telok Ayer Garden (carte, F4)

Cinéma

Les Singapouriens fréquentent assidûment les salles obscures et sont fiers du record mondial d'entrées par tête que détient leur île. Mais les visiteurs auront intérêt à s'équiper chaudement et à faire preuve de patience car la climatisation est souvent poussée à fond dans les salles et les spectateurs du cru aiment à bavarder tout en faisant bruire leurs sacs de chips pendant les séances.
Ici, c'est le règne de Hollywood : plus un film est commercial, plus il a des chances de cartonner. En centre-ville d'immenses files d'attente se forment pour le dernier blockbuster, la dernière comédie romantique ou le dernier film d'animation animalier. Afin d'éviter de voir le guichet se fermer devant vous, réservez à l'avance un ticket coupe-file auprès de Golden Village (www.gv.com.sg).
Toutefois, conséquence des récentes évolutions de la ville-État, on peut désormais aller voir des films plus confidentiels, surtout internationaux, au Cinema Europa du Golden Village dans Vivocity et au Screening Room de Chinatown, luxueux et branché. Une fois par an, en avril, le Festival international du film de Singapour présente plus d'une centaine de films indépendants venus du monde entier.
Le cinéma Gold Class du Golden Village dans Vivocity propose un service à la place et des sièges d'un confort incroyable, mais, vu le niveau de prix, il y a intérêt à ce que le film soit à la hauteur.
Le cinéma singapourien n'a jamais vraiment trouvé de voix ou de style propres. La production locale manque d'originalité et varie beaucoup en qualité, ce qui, vu sa faiblesse quantitative, ne lui permet pas de s'imposer pour l'instant.

Les cinémas à éviter

  • Cathay Cineleisure Orchard – Il faut une éternité pour arriver en haut.
  • Eng Wah Toa Payoh – Foule bruyante.
  • Lido at Shaw House – Files d'attente interminables le week-end, très froid.

Les cinémas indépendants et les cinémas de luxe

  • Cinema Europa dans Vivocity
  • Gold Class dans Vivocity
  • The Picturehouse dans le Cathay
  • The Screening Room

Musées

Singapour est tellement bien pourvue en musées, de l'obscur et minuscule à l'immense et somptueux, que c'en est presque trop. La plupart sont regroupés dans le Colonial District.
On peut le comprendre, l'histoire de Singapour constitue le principal sujet mis en scène, au point parfois de tomber dans la redite. Il arrive aussi que les sous-entendus politiques soient un peu envahissants. Toutefois, dans l'ensemble, les musées singapouriens sont d'excellente tenue.
Le musée des Civilisations asiatiques est une des fiertés de la ville. Vient ensuite le Musée national, superbement restauré et doté d'une annexe moderne impressionnante. Le musée des Beaux-Arts voisin s'intéresse principalement à l'art de la région, mais abrite aussi des œuvres de grands artistes occidentaux, comme Rothko.
Le souvenir de la douloureuse expérience vécue par Singapour pendant la Seconde Guerre mondiale est présent dans de nombreux endroits de la ville. Cette période décisive de l'histoire du pays est couverte en détail dans plusieurs musées et commémorée en de nombreux sites, dont Fort Siloso sur Sentosa, Memories at Bukit Chandu dans le Kent Ridge Park, Memories at Old Ford Factory dans Bukit Timah, ainsi qu'au Musée national et à Images of Singapore sur Sentosa. Le traumatisme de l'occupation et les relations parfois tendues qu'a entretenues le pays avec ses grands voisins sont à l'origine de l'obsession sécuritaire qui y règne encore aujourd'hui.
Parmi les musées consacrés aux différentes communautés qui peuplent l'île, le plus intéressant est le Chinatown Heritage Centre, suivi par son homologue, le Musée peranakan, qui traite de la communauté ethnique mixte malaise-chinoise.

Ne pas manquer

  • Musée des Civilisations asiatiques
  • Musée national
  • Musée peranakan
  • Musée des Beaux-Arts

Pour en savoir plus sur la seconde guerre mondiale

  • Chapelle et mémorial de Changi
  • Fort Siloso
  • Reflections at Bukit Chandu
  • The Battle Box
  • Mémorial de Kranji

Gays et lesbiennes

Des clubs gays à la techno tapageuse, des saunas et des salons de massage derrière des porches discrets, des lesbiennes se tenant par la main dans la rue, des drag-queens à la télé… Attendez ! c'est vraiment ça la Singapour collet monté et répressive ?
Comme c'est le cas pour bien d'autres sujets, la position du pays quant à l'homosexualité est loin d'être claire. L'homosexualité masculine est illégale, et pourtant de nombreux clubs, bars et saunas gays – pour la plupart installés dans Chinatown – opèrent au grand jour et pratiquement sans être inquiétés par la police. Lee Kuan Yew, architecte du code moral singapourien, a lui-même laissé entendre à mots couverts que les positions antigays du gouvernement n'étaient plus d'actualité.
Cela ne signifie pas pour autant que le gouvernement est prêt à ouvrir les vannes. La police a refusé une nouvelle fois la tenue de deux événements gays annuels – Nation et SnowBall – dont les premières éditions avaient rencontré beaucoup de succès et dont l'écho s'était propagé au-delà des frontières. Le Premier ministre a déclaré à cette occasion que Singapour n'était pas prête à promouvoir les modes de vie gays.
Vous trouverez sur www.utopia-asia.com des informations précises et à jour sur les événements et les établissements de la communauté homosexuelle. Vous pouvez aussi vous connecter au site www.trevy.com (qui a remplacé www.sgboy.com, interdit) ou sur le site régional www.fridae.com.
Quant à l'homosexualité féminine, elle n'a pas d'existence légale, ce qui signifie que la police doit se promener avec des œillères, parce qu'il est difficile de passer plus de quelques heures dans les rues ou les galeries marchandes de la ville sans rencontrer des couples de lesbiennes, souvent main dans la main, voire affichant un comportement amoureux, sans pour autant attirer autrement l'attention. En fait, il n'y a probablement pas de ville en Asie, et peut-être même dans le monde, où les lesbiennes soient plus visibles qu'à Singapour.
En 2007, le gouvernement a interdit un jeu destiné à la Xbox dans lequel on peut voir une scène de baiser entre une extraterrestre et une femme. Puis, gêné par les gros titres suscités partout dans le monde par cette interdiction, il est revenu sur sa décision.

Sports

Malgré les conditions de température et d'humidité extrêmes qui règnent toute l'année chez eux, les Singapouriens aiment se dépenser en plein air.
L'ANZA club (www.anzacycling.com) et le Cycleworx shop (www.cycleworx.com) organisent des balades à vélo. Pour les adeptes du VTT, il y a la piste de la réserve de Bukit Timah, mais il n'y a pas de vélos à louer sur place. On peut en louer de corrects à côté du débarcadère de Pulau Ubin, qui offre d'excellentes pistes.
Les coureurs s'adresseront aux MacRitchie Runners (www.mr25.org.sg). Les sports d'endurance sont très populaires et il y a de fréquentes compétitions, en général dans l'East Coast Park. Voyez avec la Triathlon Association (www.triathlonsingapore.org).
Malgré ses contraintes d'espace, la ville est parvenue à caser un nombre surprenant de terrains de golf. Les green fees sont élevés pour les non-membres – de 90 $S pour les terrains les moins prestigieux comme celui du Jurong Country Club à 450 $S le week-end pour celui de Serapong.
Les amateurs de varappe seront comblés par la Dairy Farm Quarry (fréquentée par les Singapouriens le week-end), tandis que les cavaliers trouveront leur compte auprès des établissements de Horse City, à l'ouest, ou de Gallop Stable, à l'est.
Singapour, bordée par des eaux mazoutées, n'incite pas à la baignade en mer. Si votre hôtel ne dispose pas d'une piscine, il y en a de publiques, propres et bon marché, comme celle de River Valley (carte, C4). Les plaisanciers et les véliplanchistes ont le choix entre plusieurs clubs (voir www.water-venture.org.sg). Constant Wind loue des planches à voile et des dériveurs.
Les wakeboarders, kneeboarders et skieurs nautiques ne manqueront surtout pas le téléski nautique de Ski 360° dans un lagon de l'East Coast Park.
Vizeat

Articles récents