Myanmar

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Myanmar
  4. Sports et activités

Myanmar : Sports et activités

Les arts martiaux se rangent parmi les plus anciennes traditions du Myanmar. On retrouve la mention de la boxe birmane dans des chroniques des XVe et XVIe siècles relatant la guerre entre la Birmanie et la Thaïlande. Le football, introduit au XIXe siècle par les Britanniques, est le sport le plus populaire.

Football

La Ligue nationale du Myanmar (Myanmar National League, MNL ; www.themnl.com), lancée en 2009, comprend actuellement douze équipes en première ligue. La télévision locale retransmet les compétitions européennes, et les maisons de thé sont toujours prises d’assaut les jours de grand match.

Arts martiaux

La boxe birmane (myanma let-hwei) est très proche de la boxe thaïe (muay thai), sans avoir, comme elle, le rang de sport national. Les rencontres les plus courantes ont lieu à l’intérieur d’un cercle en terre battue tracé pour l’occasion, habituellement pendant les fêtes organisées dans les paya plutôt que sur des terrains de sport. Les combattants ont les mains nues. On a le droit de frapper n’importe quelle partie du corps ; les membres, mais pas la tête, peuvent être utilisés pour donner les coups : par exemple, coups de pied au cou, coups de coude au visage ou à la tête, crochets du genou dans les côtes ou coups de pied chassés au mollet. Le coup de poing est considéré comme l’un des coups les plus faibles et les coups de pied ne servent qu’à “attendrir” l’adversaire. Ce sont les coups de coude et de genou qui marquent les points décisifs dans la plupart des matchs.

Avant le début du match, chaque combattant effectue une sorte de danse rituelle sur le ring pour rendre hommage au Bouddha, ainsi qu’à Khun Cho et Khun Tha, les deux esprits tutélaires de la boxe birmane. Le gagnant répète ce rituel à la fin de la rencontre.

Chinlon

Souvent appelé “cane ball” en jargon anglo-birman, le chinlon est un sport qui se joue au pied à l’aide d’une balle de rotin tressé d’une douzaine de centimètres de diamètre. Le mot chinlon désigne aussi la balle elle-même. Un nombre illimité de joueurs peut s’intégrer au cercle et tenter de garder la balle en l’air en se la passant avec le pied. Dans sa version loisir, ce jeu est l’un des passe-temps favoris des Birmans de tous les âges car les points ne sont pas comptabilisés.

Pour les parties officielles, six joueurs forment un cercle de 6,6 m de circonférence. Chaque joueur doit maintenir la balle en l’air en utilisant une série de 30 positions qui mobilisent 6 surfaces du pied et de la jambe, à raison de 5 minutes par surface. Chaque coup réussi permet de marquer un point, tandis que des pénalités sont infligées si on utilise la mauvaise partie du corps ou si on laisse tomber la balle.

Une variante populaire, également pratiquée lors des compétitions nationales et internationales, se joue à l’aide d’un filet de volley-ball et suit les mêmes règles que ce dernier sport, à ceci près que seuls la tête et les pieds peuvent toucher la balle.

Mis à jour le : 22 janvier 2019

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le compagnon des voyageurs au long cours en Asie du Sud-Est, à glisser dans tous les sacs à dos avant le départ.
 

Paramètres des cookies