Mongolie

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Mongolie
  4. Les Incontournables

Mongolie : Les Incontournables

Le Naadam

Le Naadam est une fête très chère aux Mongols. Et cela se comprend : deux ou trois jours de combats acharnés, de courses de chevaux magnifiques et de concours d'archers éblouissants, voilà de quoi émerveiller n'importe qui. Mais le Naadam (le mot signifie « jeux ») est aussi l'occasion de s'amuser, de se retrouver en famille et entre amis, d'engloutir des khuushuur (chaussons au mouton) et quelques bouteilles de vodka. Dans les petits villages, les manifestations sont très marquées par la tradition, et tous les membres de la communauté y participent. Colorées et pittoresques, elles feront d'excellentes photos !

Dormir sour la yourte

De toutes les expériences que vous vivrez en Mongolie, la plus marquante sera la découverte des yourtes. De l'extérieur, elles ressemblent à de simples tentes, mais une fois la porte franchie, vous serez surpris de voir la quantité de meubles et d'équipements modernes qu'une famille de nomades peut disposer à l'intérieur. On y trouve des lits, des tables, des chaises, des armoires, un poêle et souvent une télé et une radio. Les visiteurs sont toujours les bienvenus sous la yourte, et il est inutile de frapper avant d'entrer (les Mongols ne le font jamais). En approchant, criez plutôt « Nokhoï khogio » (Tenez le chien !) pour annoncer votre arrivée.

Équitation

Depuis des milliers d'années, les Mongols parcourent leur pays à cheval. Nous vous conseillons d'en faire autant. Des randonnées d'une journée sont possibles autour d'Oulan-Bator, mais préférez-leur celles du parc national de Gorkhi-Terelj et de la zone strictement protégée de Bogdkhan Uul. Pour des excursions de plusieurs jours, direction le Khövsgöl Nuur, la zone strictement protégée de Khan Khentii ou le Naïman Nuur. Les chevaux mongols, à moitié sauvages, demandent un petit temps d'adaptation. Mais les guides locaux connaissent bien leurs animaux, alors faites-leur confiance et prenez exemple sur eux !

Désert de Gobi

Marco Polo se retournerait dans sa tombe à l'idée de savoir que le désert de Gobi est devenu une destination touristique. Comme nombre d'explorateurs, il redoutait par dessus tout la traversée de ce territoire hostile. Heureusement, les conditions de voyage se sont considérablement améliorées ces 700 dernières années, et il est maintenant possible de visiter le désert de manière assez confortable. On se déplace à dos de chameau, on découvre des fossiles de dinosaures, mais, surtout, on s'extasie devant les magnifiques Khongoryn Els, ces immenses dunes de sable que font siffler les vents violents.

Observation de la faune

La Mongolie est un terrain idéal pour observer les animaux. À l'est, des centaines (voire des milliers) de gazelles sillonnent les plaines à la vitesse de l'éclair. Dans les zones rocheuses, notamment dans le désert de Gobi, argalis et bouquetins abondent. Enfin, dans la taïga, au nord de la dépression de Darkhad, paissent des rennes majesteux. Le parc national de Khustaïn compte la faune la plus variée, dont des chevaux de Przewalski. Où que vous soyez, d'immenses oiseaux décrivent des cercles dans le ciel. Colonie de cormorans, Khetsuu Khad, parc national du Khyargas Nuur

Hospitalité mongole

L'hospitalité du peuple mongol n'est pas une légende. Pointez le bout de votre nez dans une yourte pour demander votre chemin, et l'on vous proposera aussitôt sucreries, thé et même parfois le gîte (au cas où vous auriez besoin de faire une petite sieste) et le couvert ! Si vous campez à proximité d'un groupe de nomades, il se peut que les enfants viennent vous rendre visite chargés de lait frais et de fromage. Tout cela s'inscrit dans une vieille tradition qui veut que les Mongols s'entraident et participent à leur survie mutuelle lorsqu'ils parcourent le vaste territoire qui est le leur.

Randonnée

Avec ses pics déchiquetés, ses vallées paisibles et ses champs de fleurs sauvages, la campagne mongole mérite d'être explorée à pied. La randonnée est une activité récente en Mongolie, mais si vous êtes débrouillard, vous devriez vous en sortir. Ici, pas d'abris pour les marcheurs, et peu de sentiers balisés, mais vous trouverez refuge dans les yourtes, et les habitants du pays se feront un plaisir de vous indiquer votre chemin. Pas de sherpas non plus, mais un cheval (ou un yak) de charge fera l'affaire. Une bonne carte, une tente solide et un esprit aventurier vous aideront dans votre expédition.

Khövsgöl Nuur

S'il y a un site naturel à ne pas manquer en Mongolie, c'est bien le Khövsgöl Nuur, ce lac de 136 km de longueur à l'extrême sud de la Sibérie. Pour les Mongols, c'est un lieu profondément spirituel, demeure de puissants naga (esprits des eaux) et source d'inspiration des chamans. Pour les étrangers, le Khövsgöl Nuur est un terrain d'aventure, où l'équitation, la pêche, le kayak, le trekking et le VTT ne sont que quelques-unes des possibilités parmi l'immense choix d'activités qui s'offrent à eux. Les plus téméraires pourront même s'embarquer pour un trek de 15 jours autour du magnifique rivage.

Transmongolien

Le Transmongolien est non seulement un moyen de transport peu coûteux, mais aussi une façon formidable de découvrir le pays. Ces quelques jours de train vous donneront l'occasion de rencontrer une foule de personnes, de vous mettre à jour dans vos lectures, ou encore de vous évader en admirant le paisible paysage du plateau mongol qui s'étend à perte de vue. Avant de monter dans le train, munissez-vous du kit du parfait voyageur mongol : des tonnes de salami, de pain et de cornichons, ainsi qu'un jeu de cartes ou d'échecs. Un bon manuel de conversation est également indispensable afin de communiquer avec vos compagnons de voyage.

Oulan-Bator

La Mongolie est connue pour avoir la densité de population la plus faible du monde. Vous auriez du mal à le croire si vous ne visitiez que la capitale. L'encombrement de piétons, de voitures et de constructions qui caractérise UB donne le vertige. Outre sa vie nocturne enivrante, ses cafés chics et ses Hummer, la ville offre aussi des espaces de quiétude. Faites tourner un moulin à prières au Gandan Khiid, flânez sur la place Sükhbaatar ou grimpez jusqu'au mémorial de Zaïsan pour échapper à sa frénésie déconcertante. Membre de la fanfare militaire devant le Parlement

Sur les traces de Gengis Khan

Féru d'histoire ? Partez sur les traces de Gengis Khan ! Un exemplaire de l'Histoire secrète des Mongols sous le bras, sautez dans votre jeep et mettez le cap sur l'est. Commencez par Tsonjin Boldog, colline où Gengis trouva son fameux fouet en or et sur laquelle trône aujourd'hui une immense statue. Poursuivez vers le Khökh Nuur, où l'empereur fut couronné devant 100 000 soldats. Plus vous avancerez, plus la piste sera sauvage, jusqu'à atteindre Dadal, lieu de naissance du héros. Statue de Gengis Khan, œuvre de D. Erdembileg, à Tsonjin Boldog

Cuisine mongole

En matière de cuisine, les Mongols sont habiles à tirer le meilleur parti de peu d'ingrédients. Les plats traditionnels sont à base de viande (en particulier de mouton), de farine et de produits laitiers – lait caillé séché ou fromage. C'est sous une yourte, à la campagne, que vous goûterez aux spécialités les plus typiques. Le festin comprend de la viande, des organes d'animaux, des intestins et même de la tête. D'autres spécialités sont proposées dans toutes les villes, comme les buuz et les khuushuur. Enfin, boire du lait de jument fermenté (aïrag) est une expérience que vous ne vivrez qu'en Asie centrale.

Chasse à l'Aigle

Depuis des siècles, utiliser des aigles pour attraper des proies est un sport traditionnel que pratiquent les nomades d'Asie centrale. Même Marco Polo fit mention de ces grands rapaces qu'élevait Koubilaï Khan. Aujourd'hui, ce sport est bel et bien vivant, mais il est seulement pratiqué dans une petite partie de la Mongolie. Rendez-vous dans l'aïmag de Bayan-Ölgii et faites connaissance avec les chasseurs kazakhs qui capturent et dressent ces oiseaux majestueux. Le moment le plus propice est début octobre, lors de la fête de l'Aigle, haute en couleur, de la ville d'Ölgii.

Monastères

De nombreux monastères bouddhiques (khiid) usés par le temps parsèment le paysage. Tranquillement assis sur les bancs, les lamas, jeunes et vieux, perpétuent l'héritage religieux arrivé du Tibet il y a plusieurs siècles de cela. Les profanes qui visitent ces lieux peuvent faire tourner un moulin à prières ou murmurer quelques mantras en signe de respect. Lieux de pèlerinage, les monastères sont aussi les rares vestiges que l'on peut voir en Mongolie et renferment souvent de précieuses icônes bouddhiques, des soutras et des peintures raffinées. Erdene Zuu Khiid

Mis à jour le : 17 mars 2015

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir la Mongolie

Paramètres des cookies