Mongolie

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Mongolie
  4. Comment circuler

Mongolie : Comment circuler

Voyager dans la campagne de manière indépendante est le meilleur moyen de découvrir la Mongolie et de rencontrer la population, mais vous devez être au courant de plusieurs petites choses. Incendies de forêts annuels, peste, fièvre aphteuse et même choléra peuvent avoir des conséquences sur votre voyage, si des quarantaines sont mises en place.

Avion

La Mongolie, pays vaste, faiblement peuplé et doté de peu d'infrastructures, dépend énormément des transports aériens. Elle possède 44 aéroports en activité, bien que seuls 15 d'entre eux possèdent des pistes goudronnées.
Presque toutes les destinations sont desservies sans escale depuis Oulan-Bator. Il y a par contre très peu de vols de ville à ville et il est impossible de rallier, par exemple, Dalandzadgad depuis Bayan-Ölgii et inversement, sans repasser par Oulan-Bator.

Compagnies aériennes en Mongolie

AeroMongolia (011-330 373 ; www.aeromongolia.mn). Possède deux avions Fokker. Les itinéraires changent, mais, aux dernières nouvelles, elle desservait Ölgii, Dalandzadgad, Mörön, Ulaangom, Gov-Altaï et Khovd. Elle est très à cheval sur le poids des bagages et n’en accepte que l’équivalent de 15 kg (bagage à main compris) ; chaque kilo supplémentaire est facturé environ 3 000 T. Les paiements par carte bancaire et en espèces sont acceptés. AeroMongolia dessert aussi Hohhot en Chine et Irkoutsk en Russie.
EZ Nis (7575 3232 ; www.eznisairways.com). Dispose d’avions Saab 340B et propose des vols nationaux depuis/vers Oulan-Bator et Tchoïbalsan, Mörön, Donoï (Ouliastaï), Ulaangom, Tosontsengel, Bayan-Ölgii, Dalandzadgad et Oyu Tolgoï. Les horaires changeant fréquemment, consultez le site Internet. C’est une compagnie sûre et moderne, mais plus chère qu’AeroMongolia.
Hunnu Air (7000 1111 ; www.hunnuair.com). Dispose d’avions Fokker 50 et Airbus 319. Vols nationaux vers Donoï (Ouliastaï), Dalandzadgad, Khovd, Mörön, Tchoïbalsan, Bayankhongor et Altaï. Dessert aussi le sum de Bulgan, dans le sud de l’aïmag de Khovd. 
MIAT (011-333 999 ; www.miat.com). La compagnie nationale qui reliait autrefois tous les coins du pays a délégué les liaisons intérieures à AeroMongolia, sa filiale.

Enregistrement

Arrivez à l'aéroport au moins une heure avant le départ de votre avion. Même si vous avez un billet, un numéro de vol et une place attribuée, ne croyez pas que l'avion ne sera pas surbooké. Assurez-vous que votre bagage est bien parti dans la soute. Les aérosols ne sont autorisés dans aucun avion.

Tarifs

  • Il semble qu’AeroMongolia propose les meilleurs tarifs sur les vols nationaux ; un aller pour Dalandzadgad coûte 112 $US, tandis qu’un vol pour Bayan-Ölgii coûte environ 185 $US. Une bonne affaire, quand on sait que l’alternative par voie terrestre consiste en un trajet de 50 heures à bord d’un minibus surchargé. 
  • Les enfants âgés de 5 à 16 ans paient moitié prix ; ceux de moins de 5 ans voyagent gratuitement. Si vous êtes muni d’un visa étudiant, vous pouvez bénéficier d’une réduction de 25 à 50%. Le prix des billets peut augmenter durant les congés estivaux.
  • Renseignez-vous sur le poids maximal des bagages en achetant votre billet. EZ Nis accepte jusqu’à 20 kg sans faire payer de supplément.

Réservations et billets

E-billets
Il est désormais possible d’acheter un e-billet pour un vol intérieur avec les compagnies aériennes mongoles (EZ Nis, Hunnu Air et AeroMongolia). Les compagnies aériennes garantissent généralement les réservations pendant deux ou trois jours. 
Aller simple
Si vous souhaitez faire le trajet en avion dans un sens et en voiture dans l’autre sens (pour visiter Mörön par exemple), mieux vaut prendre l’avion au départ d’Oulan-Bator, où vous aurez plus de chances d’avoir un billet et un siège, puis faire le retour par la route – sinon, vous risquez d’attendre plusieurs jours qu’un avion et une place se libèrent (notamment à Mörön).
Haute saison. Les places sont parfois difficiles à obtenir en été, surtout durant la haute saison touristique, en juillet et fin août, quand les étudiants retournent à l’université. Réservez votre vol le plus tôt possible. 

Vélo

Les cyclistes ayant un goût très prononcé pour l’aventure vivront en Mongolie une expérience unique. Les vastes steppes ouvertes vous réservent un parcours difficile, mais si vous êtes bien équipé, rien ne vous empêchera d’aller à peu près où vous voulez (toutefois, un voyage dans le désert de Gobi ne pourra se faire qu’avec l’assistance d’une voiture). 

Bateau

Bien qu'il y ait 397 km de voies navigables en Mongolie, les fleuves ne sont pas utilisés pour transporter des passagers ou des marchandises. Le plus gros bateau du pays est le Sükhbaatar, qui fait occasionnellement le tour du Khövsgöl Nuur. Certains camps de yourtes près du Khövsgöl possèdent également de petites embarcations qui peuvent être louées.

Bus

Des compagnies de bus privées relient Oulan-Bator aux autres capitales d’aïmag et de gros bus qui peuvent transporter plus de 40 passagers desservent chaque jour la plupart des grandes villes. Les villes de l’extrême Ouest, comme Bayan-Ölgii et Uvs, sont cependant desservies par des minibus de façon moins fréquente.
L’avantage des bus et minibus qui affichent des départs réguliers est qu’ils partent à l’heure et qu’ils ne font pas d’escale, contrairement aux minibus privés qui circulent à l’heure mongole (c’est-à-dire lorsqu’ils ont entassé suffisamment de passagers à bord). Si vous optez pour un bus public, vous aurez en outre une place attribuée.
Les bus privés ont cependant leur lot de désagréments. Tout d’abord, comme il semble n’y avoir aucune limitation des bagages, les boîtes et les sacs ont tendance à s’accumuler dans les couloirs, ce qui rend les entrées et les sorties pour le moins difficiles. Essayez d’obtenir un siège à l’avant du bus pour éviter ce parcours du combattant. Sachez qu’en hiver le chauffage sera mis au maximum, ce qui se révèle parfait lorsqu’on est à l’avant ou à l’arrière du bus (le chauffage étant au milieu). Toutefois, si vous avez la malchance d’avoir une place au-dessus du chauffage, vous aurez l’impression d’être dans un four. Enfin, les chauffeurs mettent très souvent de la musique. Si c’est supportable pour une heure ou deux, cela devient gênant lorsqu’on veut dormir (et garder la raison) ; pensez à prendre de quoi vous isoler. 

Chameau et yak

Les yaks indociles et les chameaux belliqueux sont des moyens de transport avérés en Mongolie. Les chameaux peuvent porter jusqu'à 250 kg. Les yaks sont également un moyen pratique et écologique de transporter de lourdes charges.
À Ongiin Khiid et à Khongoryn Els, vous pouvez organiser des méharées de plusieurs jours. Quelques agences de voyages incluent une excursion à dos de chameau ou de yak dans leur programme. Sinon, vous pouvez toujours demander à un camp de yourtes.

Voiture et moto

Circuler en Mongolie avec votre propre voiture ou votre propre moto, sans chauffeur, est dangereux. Ce qui ressemble à des grandes routes sur les cartes s'avèrent souvent de simples pistes tracées dans la poussière, le sable ou la boue, et il n'y a quasi aucun panneau de signalisation dans tout le pays. En Mongolie, les routes relient les nomades, qui, pour la plupart, ne cessent de bouger, ce qui explique que les routes ne sont jamais exactement au même endroit. Les pistes reculées se transforment rapidement en autoroutes de terre à huit voies dénuées de circulation, ce qui rend la navigation dangereuse – certains conducteurs suivent les lignes téléphoniques quand il y en a, sinon, demandez votre chemin en route aux yourtes que vous croisez. Les villes où sont vendues denrées et eau sont rares et éloignées les unes des autres, et très peu de monde à la campagne parle une autre langue que le mongol – avec un peu de chance, vous rencontrerez quelqu'un parlant le russe.

Location et achat de voiture

Si vous souhaitez louer une voiture (et la conduire vous-même), contactez Drive Mongolia, un tour-opérateur qui loue des Land Cruisers et autres véhicules fiables. Vous pourrez les contacter via la Chuka Guesthouse. Happy Camel (9911 2075 ; www.happycamel.com) est un autre prestataire proposant des locations simples, avec des tarifs légèrement supérieurs à ceux de Drive Mongolia. Troisième option, Sixt loue un choix de véhicules, dont des petites citadines pour se déplacer dans Oulan-Bator et des 4×4 pour explorer la campagne. 
 

Voiture avec chauffeur : à Oulan-Bator, les pensions sont les meilleurs endroits où s’attacher ce type de service. Certes, elles prennent une commission, mais vous disposerez d’un conducteur et/ou d’un guide maîtrisant a priori les itinéraires touristiques et sachant localiser les sites peu évidents, tels les grottes, les pierres à cerfs et les monastères en ruine. 

 
Si vous souhaitez acquérir un véhicule, il vous faudra demander à la ronde (les propriétaires de pensions sauront peut-être vous renseigner), ou faire un tour au tsaiz zakh (marché automobile), au nord-est d’Oulan-Bator. Un vieux 4x4 russe peut valoir dans les 3 500 $US. Une IJ Planeta (cette moto russe omniprésente dans tout le pays), d’occasion mais en bon état, se vendra pour environ 1 000 $US. Si ces véhicules ont souvent tendance à tomber en panne, les habitants dans les campagnes pourront vous aider à réparer. Un modèle japonais sera plus fiable. Sur les marchés, l’écriteau zarna (Зарна) sur les jeeps signifie “à vendre”. 

Permis de conduire

Les voyageurs peuvent utiliser un permis international pour conduire en Mongolie. Les résidents expatriés doivent quant à eux obtenir un permis de conduire national. Si vous achetez un véhicule, renseignez-vous sur l'enregistrement au poste de police local.

En stop

Faire du stop n’est jamais une solution totalement sûre et nous ne le recommandons pas. Les voyageurs qui choisissent néanmoins cette option doivent savoir qu’ils prennent un risque, modeste mais bien réel. Pour plus de sécurité, mieux vaut voyager à deux et informer quelqu’un de l’endroit où vous prévoyez de vous rendre.
Faire du stop en Mongolie
Les transports publics sont si limités que le stop (généralement à bord de camions) est très répandu ; souvent, c’est même la seule manière de se déplacer dans les campagnes mongoles. Rarement gratuit, le stop s’apparente en fait assez souvent aux transports publics classiques. Surtout : ne soyez jamais pressé ! Avec les arrêts dans les différentes yourtes croisées le long de la route, les pneus crevés, les pannes mécaniques, les pannes sèches, les embourbements, un camion peut mettre jusqu’à 48 heures pour faire 200 km.
Risques
Sans être véritablement dangereux, le stop présente tout de même certains risques (la possibilité de se retrouver bloqué dans une zone reculée existe bien) et s’avère extrêmement inconfortable. Ne vous attendez pas à beaucoup de circulation dans les zones rurales reculées ; vous ne verrez qu’un ou deux véhicules dans la journée, et parfois absolument aucun durant plusieurs jours. Dans les villes, renseignez-vous sur le marché, où se trouvent toujours les camions ou à l’arrêt des bus/camions/jeeps. Le meilleur endroit pour attendre est la station-service à la lisière de la ville, par où passent la plupart des véhicules avant tout trajet.
Limites
Se déplacer uniquement en stop, toutefois, ne vous permettra que des étapes d’une triste ville d’aïmag à une autre. La location d’une jeep reste nécessaire pour voir, par exemple, le désert de Gobi, les montagnes du Khentii ou certains des lacs de l’extrême ouest.
Tarifs
Les conducteurs de camions négocient généralement le prix du trajet, pour un montant rarement beaucoup plus intéressant que celui d’un bus longue distance ou d’une jeep collective. Comptez environ 5 000 T par heure de voyage.
Matériel
Prenez un sac résistant à l’eau et à la poussière pour emballer votre sac à dos, mais, surtout, armez-vous d’énormément de temps et de patience, ainsi que d’une grande tolérance à l’inconfort. Enfin, prenez du matériel de camping pour pouvoir dormir en cas de panne.
 

Transports locaux

Bus, minibus et trolleybus

À Oulan-Bator, des bus et trolleybus bondés circulent le long des rues principales moyennant 300 T environ le trajet. Dans les villes comme Darkhan ou Erdenet, des minibus assurent la liaison entre un bout et l'autre de la ville, mais il est peu probable que vous les utilisiez, car la plupart des infrastructures sont situées dans le centre.

Taxi

Il n'y a de taxis qu'à Oulan-Bator et dans certaines grandes villes. À Oulan-Bator, tout véhicule est un taxi potentiel – il suffit de faire signe au chauffeur et de vous mettre d'accord sur le prix. Le tarif moyen lors de notre visite était de 400 T/km, mais cela aura sans doute augmenté quand vous serez sur place.

Minibus et jeeps

Les jeeps et minibus sont très utilisés pour les trajets longues et courtes distances en dehors des grandes villes. Ils peuvent être partagés entre étrangers, ce qui est pratique pour les groupes souhaitant aller d’un centre d’aïmag à un autre (ou voyager depuis/vers Oulan-Bator). Ils peuvent également être loués par des particuliers. 
Minibus Fourgon
Dans la plupart des cas, les minibus gris de 11 places appelés Fourgon servent aux longs trajets à travers la campagne sur des itinéraires très fréquentés. Les jeeps, de couleur verte ou kaki, sont plus fréquentes dans les zones reculées, comme les centres de sum (district). Elles sont surnommées jaran yös (abrégé en jaris), ce qui veut dire “69” (le numéro du modèle d’origine). 
Toyota Land Cruiser
Les gros 4x4 confortables de style Toyota Land Cruiser appartiennent à de riches Mongols et ne sont quasi jamais loués aux touristes (hormis dans quelques agences de voyages, mais comptez un prix plus élevé d’au moins 30% par rapport à une bonne vieille jeep russe).
Vitesse de circulation
Moyens de transport consacrés en Mongolie, les jeeps et minibus sont incontournables pour visiter les sites les plus éloignés. En règle générale, ils ne peuvent rouler qu’entre 30 et 50 km/h. C’est la région du Gobi qui possède globalement les meilleures routes, sur lesquelles on peut atteindre une vitesse moyenne de 60 km/h.

Jeep et minibus collectifs

Les minibus et jeeps collectifs constituent le moyen de transport le plus répandu en Mongolie.
Destinations
Les véhicules privés partent d’Oulan-Bator vers toutes les capitales d’aïmag, les grandes villes et les destinations touristiques. D’autres, moins fréquents et moins fiables, circulent aussi entre la plupart des capitales d’aïmag, mais très peu de jeeps vont jusqu’aux sum.
À prévoir
Pour les trajets longue distance, pensez à apporter de quoi boire et manger ; les guanz (cantines ou restaurants bon marché) en bordure de route risquent d’être peu nombreux et éloignés les uns des autres.
Pannes
Attendez-vous au moins à une panne et n’oubliez pas de prendre un sac de couchage et des vêtements chauds au cas où vous devriez passer une nuit au milieu de nulle part.
Inconfort
Les voyages longue distance de plus de 10 heures sont pour le moins inconfortables. La plupart des voyageurs qui prennent un minibus longue distance à destination de Mörön ou de Dalandzadgad finissent par rentrer en avion.
Coût
Les trajets en minibus ou en jeep coûtent généralement 10% de plus environ que le trajet en bus, notamment parce qu’ils sont plus rapides.
Camions postaux. Dans les campagnes, la poste affrète des camions postaux, qui acceptent également les passagers. Leurs horaires de départ sont fixes et ils circulent normalement une fois par semaine entre une capitale d’aïmag et la ville principale d’un sum. Vous devriez trouver une liste des tarifs et des horaires de départ à la poste locale.

Louer un minibus ou une jeep

Le meilleur moyen de visiter soi-même la campagne mongole est de louer un minibus ou une jeep, avec chauffeur et, moyennant un petit supplément, un guide. En partageant les frais à plusieurs, cela ne revient pas trop cher. Pour en savoir plus sur la façon de louer votre propre véhicule, voir le chapitre Circuits organisés, et pour bien planifier votre voyage, voir le chapitre Road trip mongol. 

Taxi

La Mongolie compte officiellement 49 250 km de grands axes routiers, mais seulement 5 000 environ d’entre eux sont goudronnés. Les taxis ne sont utiles que sur ces derniers, qui vont notamment d’Oulan-Bator vers Darkhan, Erdenet et Bulgan, au nord ; vers Kharkhorin, Tsetserleg et Bayankhongor à l’ouest ; vers Mandalgovi, Saïnshand et Zamyn-Üüd au sud ; et vers Öndörkhaan, à l’est. La plupart des sites dignes d’intérêt étant cependant très éloignés des axes principaux, même les petites excursions requièrent du tout-terrain. Par conséquent, méfiez-vous si un guide indépendant vous affirme que vous pouvez tranquillement visiter le pays à bord du taxi Toyota de son frère !

Train

Les 1 810 km de voies ferroviaires que compte le pays appartiennent principalement au Transmongolien, qui relie la Chine et la Russie. Il faut ajouter à cela deux lignes secondaires : jusqu’au centre minier d’Erdenet (cuivre) depuis Darkhan, et vers celui de Baganuur (charbon) depuis Oulan-Bator. Un autre train part toutes les semaines de Tchoïbalsan, capitale de l’aïmag de Dornod, à destination de la frontière russe.
Depuis Oulan-Bator, des trains express quotidiens relient Darkhan, au nord, et continuent jusqu’à Sükhbaatar ou à Erdenet. En direction du sud, des trains partent quotidiennement d’Oulan-Bator à destination de Zamyn-Üüd, via Tchoïr et Saïnchand. Vous ne pouvez pas utiliser le Transmongolien pour des trajets à l’intérieur de la Mongolie. 
Cuisine. La cuisine disponible dans les trains locaux est généralement de piètre qualité ; mieux vaut donc prendre avec soi quelques en-cas, fruits ou nouilles instantanées.
Si vous voyagez au départ d’Oulan-Bator, il est important de réserver une couchette “molle” – à partir de 60 jours avant le départ. Les frais de réservation se montent à 1 000 T. En général, il est judicieux de réserver pour toutes les classes, même si vous trouverez toujours des places en siège “dur”. En été, le simple fait de se procurer un billet devient compliqué et entraîne de longues files d’attente. Normalement, votre pension ou votre hôtel pourra se charger d’acheter votre billet, vous épargnant ainsi un épineux casse-tête. Pour plus de détails, appelez la gare au %21-24137 (en mongol uniquement). 
Trouver une place. Il est généralement nécessaire de se battre pour trouver une place lorsque l’on voyage en siège “dur” (voir ci-dessous). Si vous voyagez à deux, l’un de vous peut vite monter à bord pour trouver les places, tandis que l’autre s’occupe des bagages.

Classes

Il y a généralement trois classes dans les trains de passagers : siège “dur”, couchette “dure” et couchette “molle”.
Siège “dur” 
Les sièges sont en fait des couchettes matelassées, mais il n’y a pas de place réservée ni de limite au nombre de places vendues, si bien que les wagons sont toujours bondés et sales. 
Couchette “dure”
La couchette “dure” (appelée platzkartnuu) ressemble au siège “dur”, mais chacun a sa couchette attitrée. Il est même possible de louer des draps et une couverture (1 000 T). Des places couchettes “molles” sont également disponibles si vous ne supportez plus les “dures”.
Couchette “molle”
Les couchettes “molles” le sont à peine plus que les “dures”, mais les conditions sont tout autres : la différence de prix (généralement au moins le double d’une place “dure”) est prohibitive pour la plupart des Mongols. Les wagons de places “molles” sont divisés en compartiments de quatre couchettes chacun. Chaque voyageur a sa couchette et il est possible de dormir, à condition bien entendu que vos voisins ne soient pas ivres morts et/ou bruyants. Si vous voyagez de nuit, des draps propres sont proposés à 1 100 T environ (un investissement prudent, compte tenu de l’odeur douteuse de certains matelas). Par rapport aux sièges “durs”, c’est un véritable luxe qui vaut amplement le prix du supplément payé.

 

Mis à jour le : 17 février 2015

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir la Mongolie

Paramètres des cookies