-->

Kazakhstan

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Kazakhstan
  4. Sud-est du Kazakhstan

Sud-est du Kazakhstan

La région qui s’étend d’Almaty au lac Balkhach est traditionnellement désignée sous le nom de Jetysu (Sémiretchié en russe) qui signifie “pays des sept fleuves”. En réalité, on dénombre plus de 800 cours d’eau, alimentés pour beaucoup par les glaciers des massifs montagneux qui longent les frontières avec le Kirghizstan et la Chine. Il y a beaucoup à voir et à faire dans cette région très diversifiée, que l’on peut explorer depuis Almaty.

Lacs Köl-Say

Ces trois jolis lacs se détachent sur les contreforts boisés et escarpés du Koungueï Alataou, à 110 km au sud-est d’Almaty à vol d’oiseau, mais à près de 300 km par la route via Tchilik (Shelek) et Jalanach. Ils sont disséminés le long de la rivière Köl-Say, entre 1 800 m et 2 800 m d’altitude, au sud-ouest du village de Saty.
Une douzaine de kilomètres par la route séparent ce dernier du lac Nijny (inférieur) Köl-Say, qui s’étend sur 1 km à une hauteur de 1 800 m. En chemin, vous devrez vous acquitter du droit d’entrée du parc national. Le lac Sredny (moyen) Köl-Say (2 250 m), à 5 km au-dessus du lac le plus bas, dépasse tous les autres en taille et en beauté. On y accède au terme d’une randonnée de 3 heures. De là, il faut encore 3 heures de marche (4 km) jusqu’au lac plus petit Verkhny (supérieur) Köl-Say, à 2 800 m, où la forêt cède la place aux alpages.
Évitez les Köl-Say en mai et juin, à l’époque des tiques, à cause du risque d’encéphalite.

Canyon Tcharyn

La rivière Tcharyn au cours rapide a creusé un canyon de 150 à 300 m de profondeur dans les steppes situées quelque 200 km à l’est d’Almaty. L’érosion a ensuite façonné dans la roche des formations étranges et colorées, surtout sur une partie du canyon que l’on a surnommée la “vallée des Châteaux” (Dolina Zamkov). Des agences de voyages les moins chères d’Almaty organisent de longues excursions d’une journée. L’Ecotourism Information Resource Centre  propose des week-ends en bus. Le canyon est trop chaud en été ; le meilleur moment pour s’y rendre se situe d’avril à juin ou de septembre à octobre. Il faut officiellement s’acquitter du droit d’entrée du parc national pour accéder au canyon, mais la règle ne s’applique pas toujours.
Ne nagez pas dans la rivière : le courant est plus fort qu’il n’y paraît.

Vallée de Karkara

La belle et large vallée de Karkara sert depuis des siècles de pâturage d’été aux troupeaux kazakhs et kirghiz.
De Kegen, à 250 km en voiture à l’est d’Almaty, une route pittoresque part vers le sud et remonte la vallée en direction du village de Karkara, avant de franchir la frontière kirghize à 28 km de Kegen. La frontière a rouvert de juin à octobre 2013 après plusieurs années de fermeture, et elle devrait sans doute rouvrir approximativement selon le même calendrier à l’avenir. De la frontière, la route bifurque à l’ouest vers Tüp et le lac Issyk-Koul, au Kirghizstan. Aucun transport public ne rejoint la frontière d’un côté ou de l’autre, mais un minibus quotidien partant entre 7h et 9h de la gare routière de Sayakhat à Almaty dessert Kegen (5-6 heures). De Kegen, vous pouvez remonter la vallée jusqu’à la frontière en stop ou en taxi. On trouve parfois des taxis collectifs de Sayakhat à Keg. À San-Tach, à 19 km derrière la frontière du Kirghizstan, vous pourrez trouver un bus ou partager un 4x4 pour vous rendre à Tüp ou à Karakol, mais pour aller à Karakol le plus simple est que le CBT de Karakol  vienne vous chercher en voiture à la frontière.
De fin juin à fin août, l’agence de tourisme de montagne Kan Tengri dispose d’un camp de base (vallée de Karkara) d’été à 2 200 m du côté kazakh de la frontière internationale. Ancien point de ravitaillement pour les treks et autres expéditions dans les Tian Shan du Centre, il offre à tout un chacun un hébergement en tente, avec des douches chaudes, un café et un bar.

Tian Shan du Centre

Les montagnes les plus hautes et les plus magnifiques du Kazakhstan s’élèvent à l’extrême sud-est du pays, au point de jonction avec le Kirghizstan et la Chine. Le Khan Tengri (7 010 m), sur la frontière kirghize, est considéré comme le plus beau pic, mais aussi le plus dangereux, des Tian Shan. Il est en outre entouré de nombreux sommets de plus de 5 000 m, notamment le Mramornaya Stena (mur de Marbre, 6 400 m) sur la frontière sino-kazakhe.
L’agence spécialisée Kan Tengri propose toute une gamme de treks d’une à trois semaines, et des expéditions d’alpinisme dans la région en juillet et août, avec séjour dans les campements sur les glaciers Inyltchek à environ 4 000 m. L’accès se fait souvent en hélicoptère, en utilisant le camp de la vallée de Karkara comme point de ravitaillement.

Pétroglyphes de Tamgaly

Inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, les pétroglyphes de Tamgaly constituent le plus impressionnant des nombreux groupes de pétroglyphes que l’on trouve dans le sud-est du Kazakhstan. Situé dans un canyon verdoyant d’une région autrement aride près du village de Karabastaou, à 170 km au nord-ouest d’Almaty, le site compte plus de 4 000 pétroglyphes, dont les plus anciens remontent à l’âge du bronze. Y sont représentés des idoles à tête solaire, des femmes en train d’accoucher, des scènes de chasse et une grande variété d’animaux – en raison de la luminosité, l’après-midi est le meilleur moment pour les observer. Le canyon de Tamgaly a été un site rituel pour les peuples nomades depuis 3 000 ans au moins. Ne confondez pas Tamgaly et Tamgaly Tas, site de pétroglyphes plus petit et plus récent sur la rivière Ili.

Parc national d’Altyn-Emel

Bien qu’il nécessite un certain budget, ce vaste parc national de 4 600 km2 au nord-est du lac Kapshagay mérite une visite pour ses beaux paysages désolés et ses sites naturels et archéologiques. Célèbre pour sa dune chantante, qui vrombit tel un moteur d’avion par temps sec et venté, il abrite aussi les pétroglyphes de Terekty et les 31 tumulus funéraires de Besshatyr, le plus grand ensemble de tombeaux scythes découvert à ce jour dans le monde. Au printemps et au début de l’automne, on peut espérer voir de rares gazelles à goitre (jeyran), des argalis et des onagres (kulan).
Le parc se visite en véhicule et il faut se cantonner à trois itinéraires linéaires, compris entre 80 et 160 km (l’aller) chacun. L’itinéraire ouest (n°2), accessible par le village de Shengeldy, est le plus facile à atteindre depuis Almaty et comprend les pétroglyphes de Terekty et les tumulus de Besshatyr. Les itinéraires central (n°1) et est (n°3) sont accessibles par le village de Basshi dans le nord du parc : le n°1 va à la dune chantante, le n°3 s’aventure dans la zone reculée du parc, dans les montagnes Katutaou et Aktaou. Il est difficile de parcourir plus d’un itinéraire en une journée.
 
 

Mis à jour le : 15 février 2015