Cambodge : Culture

Coutumes, langue, religion, arts... au Cambodge

Les Cambodgiens se saluent par une inclinaison du buste, les mains jointes, le sompiah. Plus l'inclinaison est profonde et les mains hautes, plus le respect est marqué. La poignée de main à l'occidentale tend à s'imposer depuis quelques années. Comme partout en Asie, un petit cadeau, symbole de gratitude, est apprécié lors d'une invitation. Il doit toujours être offert des deux mains, ou de la main droite. N'oubliez pas de vous déchausser avant d'entrer dans une maison khmère. Une tenue vestimentaire correcte (ni short, ni T-shirt sans manches) est recommandée pour la visite des pagodes.

Langue

La langue khmère ou cambodgienne a des points communs avec d'autres langues voisines ; en revanche, ce n'est pas une langue tonale : le ton ne modifie pas la signification des mots. Reste la complexité de la prononciation, que ne compense pas la simplicité de la grammaire.

  • Suai s'dei : Bonjour
  • Lia sunh hao-y : Au revoir
  • Juab kh'nia th'ngay krao-y : À bientôt
  • Baat : Oui (pour les hommes)
  • Jaa : Oui ( pour les femmes)
  • Te : Non
  • Sohm : S'il vous plaît
  • Aw kohn : Merci
  • Sohm Toh : Excusez-moi
  • Niak sohk sabaay te : Bonjour, comment allez-vous?
  • Kh'nyohm ch'muah... : Je m'appelle...
  • Kh'nyohm mao pii... : Je viens de...
  • Tii nih mian niak jeh phiasaa awngle te ? : Est-ce que quelqu'un parle anglais ?
  • Neuv ai naa... ? : Où se trouve...?
  • Khaang joeng : Nord
  • Khaang d'bowng : Sud
  • Khaang kaot : Est
  • Khaang leit : Ouest

Nourriture

Influencée par les traditions thaïlandaises et laotiennes voisines, la cuisine cambodgienne présente cependant des particularités et de savoureuses spécialités locales. Le riz constitue la base de l'alimentation. Un repas cambodgien comporte presque toujours une soupe (ou samlor), servie en même temps que les autres plats. À recommander, la samlor chapek, soupe de porc parfumé au gingembre. Les poissons du Tonlé Sap entrent dans la composition de nombreux plats ou se consomment grillés (trey ahng). Le plus souvent, le poisson est découpé en morceaux, roulés dans une feuille de laitue ou d'épinard et trempés dans une sauce au poisson. Les salades cambodgiennes, parfumées à la coriandre, aux feuilles de menthe et au thym citronné, sont délicieuses. On déguste des nouilles de riz ou khao phoune à tous les coins de rue. Les Cambodgiens boivent habituellement du thé ou de la bière avec leur repas. L'Angkor, la bière locale, est très bonne.

Religion

Religion de l'Empire khmer du Ier au XIVe siècle, l'hindouisme a fortement influencé la statuaire d'Angkor. Shiva fut la divinité préférée de la famille royale, avant d'être supplanté par Vishnu au XIIe siècle. Introduit entre le XIIIe et le XVe siècle, le bouddhisme theravada devint la religion d'État et le resta jusqu'à la prise du pouvoir par les Khmers rouges, en 1975. La doctrine theravada définit trois principaux aspects de l'existence humaine : le dukkha (souffrance), l'anicca (caractère transitoire de toute chose) et l'anatta (caractère non substantiel de la réalité). L'objectif ultime du bouddhisme theravada est le nibbana (nirvana en sanskrit), littéralement : "explosion" ou "extinction" des causes de la dukkha. Chaque homme est amené à devenir moine durant une brève période de son existence (idéalement entre la fin de sa formation et son entrée dans la vie active).

Arts

Les exactions des Khmers rouges ont porté des coups terribles à la culture locale. Ceux-ci ont détruit les statues, les instruments de musique, les livres : tout ce qui pouvait rappeler de près ou de loin un passé dont ils entendaient effacer toute trace. Depuis le début des années 1990, on assiste à une lente renaissance de la culture traditionnelle. Le Ballet royal du Cambodge rappelle, plus que tout autre forme d'art, la gloire passée d'Angkor. Le théâtre de masques (lkhaon khaol) a repris de la vigueur. La musique accompagne tous les rites religieux. Parmi les ensembles musicaux traditionnels, l'areak ka accompagne les mariages et se compose d'un violon à trois cordes (trokhmae), d'un instrument recourbé à corde unique (khsaemuoy) et de percussions (skorareak). La sculpture et l'architecture contemporaines sont fortement influencées par les beautés d'Angkor. Si le cinéma peine à renaître, Rithy Panh, un réalisateur franco-cambodgien, a tourné plusieurs films et documentaires passionnants, dont certains ont été primés lors de festivals internationaux.

Mis à jour le : 13 juin 2014
Vizeat

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le compagnon des voyageurs au long cours en Asie du Sud-Est, à glisser dans tous les sacs à dos avant le départ.